France

Karachi et Tibéhirine: c'est le même juge

Temps de lecture : 2 min

Les juges d'instruction ont trouvé leur nouveau héros. Alors que Nicolas Sarkozy a annoncé en janvier dernier la suppression de la fonction, le juge d'instruction Marc Trévidic vient de s'illustrer par deux fois en relançant des affaires susceptibles de gêner l'Etat français, l'instruction sur l'attentat de Karachi et celle sur les moines de Tibéhirine.

Dans les deux cas, l'Etat est soupçonné d'avoir connu des suspetcs ou des scénarios d'attentats, sans les avoir rendus publics afin de protéger des intérêts diplomatiques ou privés. Selon Reuters, le juge Marc Trévidic s'oppose publiquement à la réforme de Nicolas Sarkozy, ayant notamment participé à une manifestation au début de l'année.

«Ces affaires montrent que le juge d'instruction est indispensable. Il faut des juges d'instruction pour que les affaires d'Etat puissent être instruites sans pressions», déclare à Reuters Emmanuelle Perreux, présidente du Syndicat de la magistrature, classé à gauche.

[Lire l'article complet sur Reuters]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr

Newsletters

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

Prudence... et action rapide. Selon Pierre-Yves Cossé, commissaire au Plan de 1988 en 1992, l'embellie apparente de certains indicateurs économiques ne signifie absolument pas une prochaine sortie de crise.

Newsletters