Diogène a inspiré le «Sarkozy je te vois»

Slate.fr, mis à jour le 06.07.2009 à 12 h 55

L’homme qui avait crié «Sarkozy je te vois» et manqué d’être condamné pour cela, témoigne de son action dans Le Monde.

Il se déclare «très heureux» du dénouement de cette affaire pour deux raisons. «D'une part, l'emballement médiatique a permis de ridiculiser la politique sécuritaire du président de la République.» D’autre part, il se réjouit car «un simple quidam peut détourner le storytelling et raconter à son tour sa propre histoire».

Son attitude aurait ainsi été dès le départ très travaillée, presque un «happening» . A l’époque journaliste, aujourd’hui professeur de philosophie, il choisit délibérément de se présenter comme étant au RMI aux policiers, pour apparaître «impuissant» et «fragile». Puis, au lieu de comparaître anonymement, il contacte un avocat spécialiste des droits de l’homme qui se charge d’organiser le battage médiatique.

Pas peu fier de lui, il se compare aux grands philosophes : «Je laisse échapper une petite précision en direction des journalistes sur ma profession, (…): professeur de philosophie». «C'est ainsi que résonnent, dans l'imaginaire collectif, les rapports énigmatiques entre le philosophe et les puissants avec des histoires déjà entendues où entrent en scène des personnages comme Diogène, Protagoras, Socrate...»

De «Ote-toi de mon soleil» de Diogène de Sinope à «Sarkozy je te vois», il n'y aurait donc qu'un pas. Mais combien y-en-a-t-il entre Nicolas Sarkozy et Alexandre le Grand?

[Lire l'article complet sur Le Monde]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte