L'invasion des «métiers à la con», une fatalité économique?

Alors que la technologie devait nous libérer du travail, l'économie contemporaine crée toujours plus de «métiers à la con» que ceux qui les exercent savent parfaitement inutiles, déplore l'anthropologue David Graeber. Ou pourquoi la semaine de 20 heures est encore loin.

«La Nuit de la Cogip», de Nicolas & Bruno (2009).

- «La Nuit de la Cogip», de Nicolas & Bruno (2009). -

«Avez-vous l’impression que le monde pourrait se passer de votre travail?

Ressentez-vous la profonde inutilité des tâches que vous accomplissez quotidiennement?

Avez-vous déjà pensé que vous seriez plus utile dans un hôpital, une salle de classe, un commerce ou une cuisine que dans un open space situé dans un quartier de bureaux?

Passez-vous des heures sur Facebook, YouTube ou à envoyer des mails persos au travail?

Avez-vous déjà participé à un afterwork avec des gens dont les intitulés de jobs étaient absolument mystérieux?

Êtes-vous en train de lire cet article parce qu’un ami ou un collègue vous l’a conseillé, twitté, facebooké ou emailé au travail?»

Si vous avez répondu oui à plusieurs de ces questions, vous faites sans aucun doute possible partie de cette population qui occupe un «boulot à la con», ou «bullshit job», comme les nomme l’anthropologue anglais David Graeber.

Professeur à la prestigieuse et orthodoxe London School of Economics, l’anthropologue «anarchiste» —vous allez vite comprendre le sens de ce qualificatif— a publié le 17 août, en pleine trêve estivale, un article coup de gueule très remarqué dans le trimestriel «radical» Strike!, qui s’est félicité que l’article avait franchi la barre des 170.000 consultations en moins d’une semaine.

Strike! Magazine

Dans cet article intitulé «A propos du phénomène des jobs à la con», le chercheur rappelle en introduction que le progrès technologique a toujours été vu comme l’horizon d’une libération du travail, mais que cet horizon s’est constamment éloigné à mesure que les progrès devenaient tangibles. En 1930, le célèbre économiste John Keynes estimait dans une fiction futuriste qu’on pourrait se contenter de travailler 15 heures par semaine un siècle plus tard et que d’ailleurs, on s’ennuierait tellement que le principal problème collectif serait de répartir le travail.

Or, le progrès n’a fait depuis que nous donner des raisons supplémentaires de travailler, dans des métiers que même ceux qui les occupent trouvent parfois profondément inutiles. Cela alors même que le chômage de masse s’est installé durablement, note Graeber:

«Pour y arriver, des emplois ont dû être créés qui sont, par définition, inutiles. Des troupes entières de gens, en Europe et en Amérique du Nord particulièrement, passent leur vie professionnelle à effectuer des tâches qu’ils savent sans réelle utilité. Les nuisances morales et spirituelles qui accompagnent cette situation sont profondes. C’est une cicatrice qui balafre notre âme collective. Et pourtant, personne n’en parle.» [1]

Parlons-en!

Et bien aujourd’hui, nous allons en parler.

Les bullshit jobs de l’auteur appartiennent au secteur des services: les fonctions dites de support et les services aux entreprises (ressources humaines, management, droit, qualité, finance, communication, conseil, etc.) et plus largement les emplois de bureau, de l’employé administratif au manager:

«Nous avons pu observer le gonflement, non seulement des industries de “service”, mais aussi du secteur administratif, jusqu’à la création de nouvelles industries comme les services financiers, le télémarketing, ou la croissance sans précédent de secteurs comme le droit des affaires, les administrations, ressources humaines ou encore relations publiques.»

Des gens qui, au-delà des 15 heures de travail efficace hebdomadaire, passent selon lui «le reste de leur temps à organiser ou aller à des séminaires de motivation, mettre à jour leur profil Facebook ou télécharger des séries télévisées».

David Graeber est bien conscient que personne n’a la légitimité pour décider quels boulots sont utiles et quels boulots sont «foireux». Il ne s’agit même pas d’une distinction entre travail productif et improductif, mais plutôt entre travail socialement utile et travail vidé de sens. D’ailleurs, comme il l’observe, un métier est d’autant moins payé qu’il est utile à la société.

«Que se passerait-il si toute une classe de gens devait simplement disparaître?», se demande-t-il. A ce jeu là, ce ne sont évidemment ni les postes les mieux rémunérés ni les plus éloignés de la production qui viennent immédiatement à l’esprit: plutôt les éboueurs, les enseignants, les mécaniciens ou les infirmiers.

«La plupart des gens en sont conscients»

Pour distinguer ces emplois, l’argument infaillible de David Graeber est le suivant: les détenteurs d’un bullshit job se reconnaissent à ce qu’ils ne se leurrent absolument pas sur la vacuité de leur travail.

«La plupart des gens qui font ces métiers en sont en fin de compte conscients. […] Il y a une classe entière de salariés qui, quand vous les rencontrez à des soirées et leur expliquez que vous faites quelque chose qui peut être considéré comme intéressant (anthropologue, par exemple), éviteront de discuter de leur métier. Mais donnez-leur quelques verres et ils se lanceront dans des tirades expliquant à quel point leur métier est stupide et inutile.»

Graeber considère également que le capitalisme, qui est par définition le système économique qui place la rationalité et l’organisation scientifique du travail au sommet de ses priorités, ne devrait paradoxalement pas tolérer autant d’inflation bureaucratique:

«C’est comme si quelqu’un inventait des emplois sans intérêt, juste pour nous tenir tous occupés. Et c’est ici que réside tout le mystère. Dans un système capitaliste, c’est précisément ce qui n’est pas censé arriver.»

La politologue Béatrice Hibou, auteure de La Bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, nous avait d'ailleurs expliqué l’année dernière lors de la sortie de son ouvrage comment l’avalanche de normes, de procédures, de reporting et autres formalités, indispensables au management de l’économie globalisée, rendait nécessaire l’inflation de cette bureaucratisation des tâches que critique Graeber.

La bullshitisation de l’économie n’en est qu’à ses débuts

Il ne s’agit pas vraiment de la bureaucratie des fonctionnaires comme celle décrite par le sociologue Max Weber, mais d’une bureaucratie des grandes entreprises privées. Et au-delà d’elles, l’emprise de la bureaucratie —et, donc, de ces fameux «jobs à la con»— s’est étendue à des secteurs qu’on penserait épargnés: ONG, associations, services publics… Au niveau des mentalités et des comportements individuels, l’invasion de la vie quotidienne par le vocabulaire bullshit d’entreprise en est d’ailleurs la meilleure preuve.

Tapez «corporate bullshit bingo» dans Google Image (une sorte de loto des mots à la con prononcés en entreprise) et admirez les centaines de grilles réalisées par des salariés traumatisés par leurs réunions-projet (comme celle ci-dessus)

De ce point de vue, la critique des bullshit jobs tombe à côté de la plaque. Les employés visés seraient au contraire, d’un point de vue purement économique, les seuls par lesquels la complexité du monde productif peut être apprivoisée. Et les bullshit jobs sont un mal nécessaire au fonctionnement de l’ensemble —qu’on considère que l’ensemble est une réussite ou un échec.

D’ailleurs, The Economist ne s’y trompe pas dans sa réponse à Graeber, publiée sur le blog Free Exchange, qui lui a valu une réponse ironique de l'auteur, tout heureux de se voir réfuté par le temple de la pensée libérale:

«Au cours du siècle dernier, l’économie mondiale s’est progressivement complexifiée. Les biens qui sont produits sont plus complexes, la chaîne de fabrication utilisée pour les produire est plus complexe, le système qui consiste à les marketer, les vendre et les distribuer est plus complexe, les moyens de financement de tout ce système sont plus complexes, et ainsi de suite. Cette complexité est ce qui fait notre richesse. Mais c’est extrêmement douloureux à manager.»

Les chiffres montrent, pour la France comme les autres pays développés, deux mouvements concomittants qui pèsent sur la structure de l’emploi: la tertiarisation de l’économie et l'augmentation de la part prise par les postes plus qualifiés.

Sur ce diagramme de l'Insee trouvé dans un rapport du Centre d'analyse stratégique sur les métiers d'avenir, nous avons identifié la progression inquiétante des bullshit jobs. Une tendance lourde...

Un énorme réservoir de bullshitisation de l’économie pourrait être exploité dans les années à venir… Les «services opérationnels» externalisés par les entreprises pourraient créer jusqu’à 600.000 nouveaux emplois à l’horizon 2030, selon un rapport du Centre d'analyse stratégique publié début 2012. Ceux à «fort contenu cognitif», 400.000 de plus, quand, enfin, les «activités d’intermédiation», qui concernent notamment l’«intermédiation entre l'entreprise et ses clients», créeraient plus de 300.000 emplois supplémentaires.

Si nous avons des métiers à la con, c’est aussi de notre faute

La critique de David Graeber est en fait moins économique que sociétale. L'auteur n’est pas anarchiste pour rien: il critique en fait le principe même de la division du travail, que d’autres considèrent comme étant justement le ciment de la cohésion sociale, dans la mesure où elle rend les individus plus interdépendants.

Mais la division du travail est en général perçue par les anarchistes comme dénaturant l’individu en le cantonnant à une vie dans laquelle la technique a fait de lui un esclave, bien loin de le libérer. L’opposition entre tâches de conception et tâches d’exécution, la nostalgie vis-à-vis d’un monde où le travailleur n’était pas dépossédé du fruit de son travail ou la critique de la «techno-bureaucratie» sont en effet des thèmes forts de la pensée anarchiste, en lien avec son refus de la hiérarchie sociale.

Source: The Economist

L’auteur précise d’ailleurs que les toiletteurs d’animaux de compagnie, les babysitters ou les livreurs de pizzas qui travaillent la nuit n’existeraient pas si les gens avaient du temps pour s’occuper de ces tâches. Or, ce qu’on vit va dans le sens contraire: nous allons vers un stade ultime de la division du travail social.

Nous avons atteint un tel niveau de complexité que nous avons même des banques d'images consacrées aux représentations de ces bullshit jobs, des séries qui s'en moquent (The Office, les Messages à caractère informatif...) ou des écrivains qui font de leurs titulaires leurs «héros», tel Houellebecq qui faisait dire à un personnage des Particules élémentaires (pourtant professeur, métier théoriquement non bullshit):

«Je ne sers à rien. [...] Totalement dépendant de la société qui m'entoure, je lui suis pour ma part à peu près inutile; tout ce que je sais faire, c'est produire des commentaires douteux sur des objets culturels désuets. [...] La plupart des gens qui m'entourent sont dans le même cas.»

Graeber pense que l'explication de ce paradoxe des bullshit jobs n’est pas économique: elle est politique. C’est parce que «la classe dirigeante a réalisé qu’une population heureuse et productive avec du temps libre était un danger mortel» que le travail inutile continue à prospérer.

Sur Naked Capitalism, le blogueur Yves Smith répond néanmoins que ce n’est pas parce que les paysans anglais étaient portés à l’insurrection que les capitalistes voulaient les installer dans le salariat, mais parce qu’ils étaient auto-suffisants et avaient du temps libre, et qu'ils ne voulaient pas abandonner leur mode de vie pour devenir salariés des usines, alors qu'ils pouvaient continuer à vivre mal mais en travaillant moins et en passant plus de temps à boire de la bière.

Une réponse moins paranoïaque à l'aliénation réelle qui consiste à faire un travail dénué d'intérêt ET de sens serait donc plus proche de la réalité. Comme Béatrice Hibou nous l’expliquait, nous sommes tous un peu bureaucrates au fond de nous:

«Contrairement à une vision un peu critique de gauche qui dit que c’est de la faute du grand capital, en fait, il y a sans doute cette logique, mais nous sommes tous bureaucrates. Parce qu’au nom de la sécurité, du principe de précaution, de la facilité de la vie, on promeut cette extension de l’usage de la norme.»

Comme consommateurs, amateurs de loisirs et de vacances, et tout simplement comme êtres humains, nous serions pour la plupart d’entre nous incapables de renoncer à ce qui a nécessité l’avènement d’un monde professionnel qui tourne autour de Powerpoint, d’Excel et des rapports d’activité semestriels. Et qui doit employer toujours plus d’assistants, d’analystes, d’homologateurs, de consultants, de contrôleurs qualité, d’évaluateurs, de responsables de suivi, de téléconseillers…

Le «syndrome de la chambre d’hôte»

Graeber est dans une mentalité qui rappelle celle de la génération Fight Club ou le choix de l’universitaire Matthew Crawford de quitter sa position de professeur pour… ouvrir un atelier de réparation mécanique. Mais le succès retentissant de son petit article, stimulant bien qu’un peu mal fichu, témoigne que derrière leurs écrans, les gens sont nombreux à prendre conscience des sacrifices qu'ils s'infligent en acceptant de telles routines professionnelles.

Cet univers professionnel n’est pas constitué que du top management, loin de là —sinon, pourquoi la classe dirigeante créerait des emplois aliénants qu’elle seule serait amenée à occuper? Il y a, pourrait-on dire, des bullshit jobs d'en haut et des bullshit jobs d'en bas. Le principal problème du texte est qu'il mélange les deux, et qu'il passe de l'un à l'autre sans prévenir, amalgamant des corporate lawyers (juristes de grandes entreprises) et des employés de bureau. Mais ce que ces métiers ont en commun, c'est que les occuper «produit un ressentiment envers quiconque a un travail avec une valeur sociale claire et indéniable».

La question posée par Graeber est d’actualité: chaque année, les magazines consacrent des dossiers à ces chefs de projet et directeurs marketing partis ouvrir une maison d’hôte à la campagne, qui souffrent du «syndrome de la chambre d'hôte» pour reprendre une expression du magazine Sciences Humaines. C’est bien qu’ils considèrent eux-mêmes que l’authenticité est absente de leur environnement de travail ou qu'ils ne perçoivent pas l'utilité de leur place dans la chaîne de valeur (en plus de s'emmerder au boulot).

Mais le paradoxe ultime, c’est sans doute que seule une économie pleine de ces emplois jugés inutiles peut produire des textes comme celui de Graeber, des économistes pour le commenter, des journalistes pour le relayer et, plus encore… des gens pour le lire au bureau entre deux échanges d’emails avec le comité de pilotage.

Jean-Laurent Cassely

[1] J'utilise dans cet article des extraits légèrement modifiés de la traduction intégrale du texte effectuée par le blog La grotte du barbu. Merci à lui. Revenir à l'article

Devenez fan sur , suivez-nous sur
 
L'AUTEUR
Jean-Laurent Cassely est journaliste et auteur. Il a publié récemment un bêtisier des mœurs parisiennes, «Paris, Mode d'emploi». Le suivre sur Google+. Ses articles
TOPICS
PARTAGER
LISIBILITÉ > taille de la police
SLATE CONSEILLE
D'autres ont aimé »
Publié le 26/08/2013
Mis à jour le 26/08/2013 à 10h47
22 réactions