Société

Le patron de la Formule 1 juge Hitler «efficace»

Temps de lecture : 2 min

C'était peut-être l'interview de trop pour Bernie Ecclestone, le vieux patron de la Formule 1 mondiale. Interrogé par le quotidien britannique The Times, il explique préférer les dictatures aux démocraties, jugeant qu'Hitler «était efficace».

«Je préfère les leaders forts [...] C'est terrible à dire je suppose, mais mis à part le fait qu'Hitler s'est laissé emporter et persuader de faire des choses dont j'ignore s'il voulait les faire ou pas, il était en position de commander beaucoup de gens et d'être efficace [...] A la fin il s'est perdu, donc il n'était pas un très bon dictateur», a expliqué le Britannique de 78 ans.

Défendant l'idée d'un gouvernement construit sur la tyrannie, Bernie Ecclestone estime que «nous avons fait une chose terrible en nous débarassant de Saddam Hussein. Il était le seul qui pouvait contrôler le pays. C'est la même chose [pour les Talibans]».

[Lire l'article complet sur le site du Times]

(photo de Une: Bernie Ecclestone, Wikimedia Commons)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

«Le Coup d'État d'urgence», ou comment la France a fait du citoyen un «sujet virus»

«Le Coup d'État d'urgence», ou comment la France a fait du citoyen un «sujet virus»

Nous publions les bonnes feuilles du nouvel ouvrage de l'avocat pénaliste Arié Alimi, qui revient sur le premier état d'urgence sanitaire de l'histoire de France.

Pour les couples infertiles, le test préimplantatoire des embryons aneuploïdes serait une réelle avancée

Pour les couples infertiles, le test préimplantatoire des embryons aneuploïdes serait une réelle avancée

Ce diagnostic consiste à dépister à un stade embryonnaire très précoce des anomalies chromosomiques. Actuellement interdit, il est débattu dans le cadre de la loi bioéthique.

Une journée comme celle de la veille

Une journée comme celle de la veille

Il est de ces journées qui commencent comme celle de la veille, mais après lesquelles rien ne sera jamais plus comme avant. À cause d'un instant, parfois imperceptible, où tout bascule. Sur le moment, on n'y prête pas forcément attention. Parce...

Newsletters