Culture

Confusion autour de la déprogrammation d'Orelsan

Temps de lecture : 2 min

L'entourage de Ségolène Royal avait dans un premier temps démenti mais la présidente de la Région Poitou-Charentes l'a confirmé samedi 4 juillet à Sud-Ouest: oui, elle a bien demandé l'annulation du concert du rappeur Orelsan aux Francofolies de La Rochelle le 14 juillet. Ce que dément l'organisateur du festival.

Ségolène Royal affirme avoir demandé des «clarifications» aux organisateurs du festival: «Je l’avais déjà fait au mois de mars. Je ne sais pas ce qui les a conduits à reprogrammer ce rappeur. En tant que femme et présidente de la région Poitou-Charentes, je n'ai absolument pas envie de sponsoriser sur mon territoire une personne qui vante les violences faites aux femmes (...) Même si je n'ai pas à me mêler des choix artistiques, j'assume, et je me réjouis qu'il ne chante pas ses paroles de haine et de meurtre aux Francofolies.»

La maison de disque d'Orelsan est très en colère: «Nous sommes [...] scandalisés que ce festival créé par Jean-louis Foulquier, en cette année anniversaire, entache définitivement par cet acte de censure, son image», dénonce Wagram dans un communiqué.

Mais l'organisation du festival assure que l'annulation du concert d'Orelsan n'a rien à voir avec Ségolène Royal. «[La préfecture] craint des débordements liés au concert. Comme je ne voulais pas d'un concert avec des cars de CRS j'ai préféré annuler le spectacle. J'ai pris cette décision seul, sans aucune pression de la part de Ségolène Royal», déclare Gérard Pont, le directeur des Francofolies sur lexpress.fr

[Lire l'article complet sur le site de Sud-Ouest]

-> À relire sur Slate le plaidoyer pour Orelsan de notre chroniqueuse Titiou Lecoq.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

Le film d'Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter invente un émouvant dispositif visuel et sonore pour faire éprouver le gouffre ouvert par les phénomènes migratoires actuels. Celui de Simone Bitton chemine parmi les traces d'un monde disparu, qui interroge le présent.

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

Le film de Mohammad Rasoulof assemble quatre récits en forme de contes contemporains pour faire éprouver comment l'usage de la peine de mort par un régime répressif contamine chacun.

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

Grâce notamment à l'interprétation toute en finesse de ses deux actrices principales, le film le plus accompli d'Almodóvar depuis une bonne décennie compose une émouvante, subtile et finalement joyeuse carte des émotions.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio