Culture

Confusion autour de la déprogrammation d'Orelsan

Temps de lecture : 2 min

L'entourage de Ségolène Royal avait dans un premier temps démenti mais la présidente de la Région Poitou-Charentes l'a confirmé samedi 4 juillet à Sud-Ouest: oui, elle a bien demandé l'annulation du concert du rappeur Orelsan aux Francofolies de La Rochelle le 14 juillet. Ce que dément l'organisateur du festival.

Ségolène Royal affirme avoir demandé des «clarifications» aux organisateurs du festival: «Je l’avais déjà fait au mois de mars. Je ne sais pas ce qui les a conduits à reprogrammer ce rappeur. En tant que femme et présidente de la région Poitou-Charentes, je n'ai absolument pas envie de sponsoriser sur mon territoire une personne qui vante les violences faites aux femmes (...) Même si je n'ai pas à me mêler des choix artistiques, j'assume, et je me réjouis qu'il ne chante pas ses paroles de haine et de meurtre aux Francofolies.»

La maison de disque d'Orelsan est très en colère: «Nous sommes [...] scandalisés que ce festival créé par Jean-louis Foulquier, en cette année anniversaire, entache définitivement  par cet acte de censure, son image», dénonce Wagram dans un communiqué.

Mais l'organisation du festival assure que l'annulation du concert d'Orelsan n'a rien à voir avec Ségolène Royal. «[La préfecture] craint des débordements liés au concert. Comme je ne voulais pas d'un concert avec des cars de CRS j'ai préféré annuler le spectacle. J'ai pris cette décision seul, sans aucune pression de la part de Ségolène Royal», déclare Gérard Pont, le directeur des Francofolies sur lexpress.fr

[Lire l'article complet sur le site de Sud-Ouest]

-> À relire sur Slate le plaidoyer pour Orelsan de notre chroniqueuse Titiou Lecoq.

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr

Newsletters

Enfant, je redoutais la fin de «Quitte ou double» présentée par Zappy Max

Enfant, je redoutais la fin de «Quitte ou double» présentée par Zappy Max

Inévitablement liée au souvenir sonore de son «Quitte ou double» lancé avec enthousiasme, la mort de l'animateur éveille en moi un autre et terrible souvenir.

Tolkien ne serait pas devenu Tolkien sans Oxford

Tolkien ne serait pas devenu Tolkien sans Oxford

J. R. R. Tolkien a passé cinquante ans à Oxford. Le biopic de l'écrivain, en salle ce 19 juin, revient sur ses années d'étudiant dans la cité universitaire, décisives dans l'invention de son univers.

Avec «Le Daim», à délirant, délirante et demie

Avec «Le Daim», à délirant, délirante et demie

Le nouveau film de Quentin Dupieux fabrique une fable absurde autour d'un serial killer obsessionnel et givré, invention nourrie d'une autre folie moins improbable, la pulsion créatrice.

Newsletters