France

Marche des beurs 1983-Trappes 2013: la nouvelle génération se revendique Française et musulmane

Véronique Valentino, mis à jour le 25.11.2013 à 18 h 42

Portrait d’une communauté, diverse par ses opinions et ses pratiques, mais soudée par un même sentiment d’injustice et une même volonté de faire entendre sa voix.

La marche des beurs, 25 février 1983 / Djida Tazdait ou ses amis/collègues au Parlement Européen via Wikimedia Commons

La marche des beurs, 25 février 1983 / Djida Tazdait ou ses amis/collègues au Parlement Européen via Wikimedia Commons

Article paru en août 2013, après les émeutes qui ont éclaté à Trappes. Nous le republions à l'occasion des trente ans du début de la Marche des Beurs, le 15 octobre 1983.

Un groupe de jeunes au pied d’un immeuble du quartier des Merisiers à Trappes. Plus loin, des femmes discutent tandis que des enfants jouent dans les allées. Après une journée passée à s’abriter de la chaleur écrasante ou de retour du travail, les habitants des Merisiers profitent de la relative fraîcheur de la soirée avant l’heure de la rupture du jeûne. Du moins pour ceux qui pratiquent le ramadan.

A voir le climat insouciant qui règne, on a peine à croire qu’il y a à peine une dizaine de jours, des émeutes ont opposé plus de 200 personnes aux forces de l’ordre, devant le commissariat situé à quelques centaines de mètres.

Dans les récriminations des jeunes, méfiants vis-à-vis de la presse qui «retournent nos propos», selon Sélim, un chauffeur de bus de 26 ans, ce qui domine, ce sont les relations avec la police.

«Il y a un très gros problème à Trappes. Les policiers, surtout les jeunes, se croient tout permis. Ils parlent mal à nos parents, les tutoient

Tous mettent notamment en cause une même équipe de la BAC circulant dans une 308 noire.

«Ils connaissent jusqu’à notre date de naissance, plaisante Sélim, nous appellent par nos noms, mais cela ne les empêche pas de nous contrôler en permanence. Souvent, lors de ces contrôles d’identité, ils nous entraînent à l’écart dans les bâtiments pour mieux nous fouiller, jusque dans nos caleçons, ou nous font enlever nos baskets. Même les “petits”. C’est de la provocation et de l’humiliation

Ce que confirme Mohamed, 40 ans, sorti prendre l’air avec ses deux jeunes enfants:

«Les policiers, on les voit soit pour contrôler, soit pour courir derrière les jeunes. J’observe aussi leur attitude irrespectueuse vis-à-vis des femmes portant le foulard

Cet habitant du quartier des Merisiers déplore qu’ils ne prennent pas le temps de «parler avec les gens, de casser les barrières».

Incompréhension de la loi sur le voile intégral

Seul de la bande à porter le qamis (longue tunique descendant jusqu’à mi-mollets) et la calotte, Ibrahim juge qu’on «mêle trop islam et banlieue» et dénonce les «amalgames». Ce jeune étudiant en design pense qu’il devrait être normal de pouvoir pratiquer sa foi comme on l’entend «dans un pays qui se veut démocratique comme la France».

Plus âgé, Abdou, musulman également, m’explique que dans sa famille, il y a de tout, «des juifs, des Antillais, des Africains... C’est comme un bouquet de fleurs. Qu’on prie Yaveh, Allah, Jésus ou personne n’a pas d’importance, on est là pour s’entendre».

Responsable adjoint d’un magasin de vêtements de sport et titulaire d’un BTS, il dit s’en être sorti «malgré la discrimination» grâce à la «grinta», la niaque. Pour lui, qui affirme mieux connaître la Bretagne que l’Afrique et qui rappelle que son arrière-grand père a fait la guerre pour défendre la France, la citoyenneté française est un acquis, parfaitement compatible avec le fait de se revendiquer musulman. Il pense lui aussi qu’il faut laisser les gens pratiquer tranquillement et ne pas stigmatiser les femmes voilées.

Un avis qui rejoint celui de Médine, 33 ans, qui travaille chez PSA à Poissy et pense qu’il est «tout à fait possible de pratiquer sa religion avec les lois françaises». Même s’il trouve que «les libertés fondamentales sont quand même bouffées par toutes ces lois sur l’islam», il pense que les jeunes musulmanes acceptent bien la loi sur le foulard à l’école.

Devenu chef d’équipe après avoir repris ses études, il est inquiet de la montée du FN et raconte les réflexions de collègues qui lui disent «oui, mais toi tu n’es pas comme eux». Ce qui ne l’empêche pas, paradoxalement, de citer Alain Soral, leader de l’extrême droite antisémite avec son site Egalité et réconciliation.

Comme la plupart des jeunes du quartier, qui condamnent l’interdiction du niqab, cet ancien ouvrier soutient «le fait que des gens puissent pratiquer un islam rigoriste, même si je ne suis pas d’accord avec eux».

Sarah et Chaïnez, deux jeunes femmes de 20 ans et 21 ans non voilées, sont du même avis. Sarah, d’origine marocaine, qui ironise sur ses cheveux blonds et ses yeux verts qui lui épargnent beaucoup de réflexions jusqu’à ce qu’on voie son nom sur un CV,  est pourtant la fille d’une conseillère régionale UMP. Cette étudiante en information et communication se dit même «musulmane avant d’être française» car, «si je pars vivre dans un autre pays, je pourrai changer de nationalité, pas de religion».

«Ce n'est pas à Le Pen ou Valls de définir comment nous devons être Français»

Les jeunes du quartier des Merisiers ne sont pas les seuls à dénoncer un climat islamophobe. Selon Marwan Muhammad du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), «les musulmans ont aujourd’hui le sentiment d’être traités comme des citoyens de seconde zone. Je participe à des conférences partout en France et j’ai pu constater qu’il y a un niveau de frustration et de détresse que les hommes politiques et l’opinion publique n’imaginent pas».

Cette association, qui assure la défense et l’accompagnement des victimes d’actes islamophobes, a pris en charge le dossier de la femme intégralement voilée et de son mari mis en cause lors du contrôle à l’origine des émeutes de Trappes.

Pour son porte-parole, l’islamophobie ne recouvre pas seulement les insultes et les agressions physiques –8 agressions de femmes voilées en quelques semaines–, elle génère aussi des dégâts collatéraux très lourds.

«Les victimes sont aussi celles qui se demandent à quoi bon faire des études, car elles ont intériorisé le fait qu’avec leur voile, elles ne trouveront pas de travail. Ça, c’est impossible à mesurer.»

Pour Marwan Muhammad, dont l’association a gagné en popularité au sein de la communauté musulmane depuis sa création il y a dix ans, les musulmans français sont fatigués de l’injonction à la nation qui leur est renvoyée en permanence.

«C’est totalement dépassé. La citoyenneté est un fait juridique, ça consiste à être de nationalité française, le reste c’est de l’idéologie. Nous sommes des citoyens français comme les autres, nous payons nos impôts. Nous n’avons pas à renier telle ou telle part de notre identité ou à faire allégeance au drapeau. Ce n’est pas à Marine Le Pen ou à Manuel Valls de définir, ni comment nous devons être Français, ni comment nous devons ou pas être musulmans

Quant à Ismahane Chouder, figure historique du Collectif des féministes pour l’égalité, qui rassemble des musulmanes et non musulmanes, voilées comme elle ou non, elle dénonce plus encore l’islamophobie de gauche.

«Que le FN soit islamophobe, c’est dans l’ordre des choses. Que l’UMP récupère ce discours, ça n’est pas étonnant. Mais quand ça vient de la gauche, c’est encore plus dangereux et inacceptable

Nadia Henni Moulaï, journaliste et auteure d’un «petit précis de l’islamophobie ordinaire» met en cause la banalisation de la parole raciste pendant les années Sarkozy et le débat sur l’identité nationale lancé par l’UMP en 2010.

Le débat sur le mot islamophobie lui-même, largement accepté à l’étranger et dans les organisations internationales, lui semble symptomatique d’une certaine hypocrisie française.

«Certains prétendent que le terme a été inventé par les mollahs iraniens alors qu’il a été forgé par des administrateurs coloniaux français dans les années 1910. D’autres, au nom du droit au blasphème, soutiennent que l’emploi de ce terme vise à interdire toute critique de l’islam. Mais quand on disqualifie les personnes qui s’en réclament, on n’est plus dans la simple critique de la religion.»

Pour cette jeune femme musulmane non voilée, qui admet cependant le droit de porter le hijab pour celles qui le souhaitent, le pire est que l’islamophobie et la méconnaissance de l’islam ne touchent pas que le Français moyen mais aussi les élites.

Elle cite cette directrice de la communication d’une mairie de gauche qui s’est entendue dire, lors d’une réunion technique de préparation d’un plan de prévention, que «comme ça va être le ramadan, il va y avoir une recrudescence de grippe A». Et de rester perplexe devant les justifications avancées par la responsable technique qui lui explique:

«Comme les musulmans n’ont pas le droit d’avaler leur salive pendant le ramadan, ils vont cracher par terre et propager le virus

Elle met aussi en cause les médias français grand public pour leur ignorance de l’islam et leur propension à diffuser les clichés les plus négatifs sur les musulmans.

Des représentants officiels totalement décrédibilisés

Autre sentiment largement répandu parmi les musulmans français, le désaveu du Conseil français du culte musulman, créé par Nicolas Sarkozy en 2003 et censé permettre une organisation de l’islam de France.

Kamel Razkallah, porte-parole du collectif de citoyens d’Argenteuil et Bezons qui s’est constitué après les agressions de jeunes femmes voilées dans cette ville, dénonce une «institution complètement décrédibilisée constituée de pique-assiettes du pouvoir qui n’ont aucune légitimité». D’autant, insiste le militant argenteuillais, qu’on ne les a «pas entendu sur les agressions islamophobes».

Pour M’Hamed Henniche, secrétaire général de l’Union des musulmans du 93, «le CFCM est une institution politique, dont l’existence se négocie entre l’Etat français et les pays d’origine, dans laquelle les musulmans français n’ont aucune confiance».

La volonté des politiques de promouvoir un islam de France est par ailleurs perçue comme une «vision assimilationniste de l’islam, d’autant plus intolérable qu’il est quand même curieux qu’un Etat prétendument laïque se mêle de vouloir organiser une religion».

Preuve de cette absence de légitimité du CFCM, la polémique sur la date de début du ramadan, qui a vu celle fixée officiellement par le CFCM désavouée par la grande majorité des jeûneurs.

Ismahane Chouder, membre du Collectif des féministes pour l’égalité qui réunit des femmes musulmanes et non-musulmanes, voilées ou non, cite Simone de Beauvoir tout en revendiquant son voile «tant que les femmes ne sont pas forcées de le porter». Elle rappelle que la gestion de l’islam par les autorités françaises remonte à l’Algérie coloniale. Elle trouve absurde que la France pense l’organisation de l’islam «par le haut, en référence au catholicisme, alors que dans notre religion il n’y a pas de clergé, ni de représentants désignés par une autorité officielle».

Mais les imams locaux, pour la plupart d’origine étrangère, désignés comme des «blédards» et des «béni-oui-oui», ne trouvent pas non plus toujours grâce aux yeux des musulmans français. Paradoxalement, pour Mohamed Chanaï, qui fait partie du bureau de la mosquée La Lumière à Argenteuil et voit également d’un mauvais œil toute ingérence de l’Etat, «il faut des imams formés en France, qui aient une connaissance de la société dans laquelle vivent les jeunes et qui puissent s’exprimer en français. C’est l’une des raisons du succès des salafistes dans les quartiers».

Momo est redevenu Mohamed

Quel que soit le courant dont les jeunes ayant des parents ou grands-parents immigrés se réclament, trente ans après la Marche des beurs, l’islam est devenu une référence omniprésente pour ces nouvelles générations.

«En 1983, lors de la marche, ce n’était pas bien vu», se souvient Abdelaziz Chaâmbi, responsable à l’époque du comité Drôme-Ardèche d’accueil des marcheurs à Aubenas, militant depuis 1976 et qui date son retour à l’Islam de 1979.

«Les jeunes étaient dans une problématique d’assimilation, se renommaient Momo au lieu de Mohamed. L’islam à l’époque, c’était un truc de vieux, totalement ringard

Alors pourquoi ce retour massif à l’islam? Abdelaziz Chaâmbi, qui dit allier démarche spirituelle et combat militant, l’analyse comme ça:

«Pour moi, des revendications identitaires sont nés des déceptions au vu du traitement qui a été réservé aux marcheurs. Ils réclamaient l’égalité, mais ensuite rien n’a changé dans les quartiers. Comme avec les harkis, il y a eu une trahison de la promesse assimilationniste. Après la marche de 1983 et celle de 1984, totalement récupérée par SOS Racisme et le PS, Toumi Djaidja, qui était à l’origine du mouvement, est revenu à l’islam

M’Hammed Henniche, secrétaire général et co-fondateur de l’Union des musulmans du 93, qui siège au bureau de plusieurs mosquées du département, a constaté qu’au départ, la plupart des jeunes issus de l’immigration des quartiers populaires «s’identifiaient en tant qu’Algériens, Marocains ou Tunisiens, selon la nationalité de leurs parents».

«Puis il y a eu l’identité beur qui voulait rompre avec l’héritage des parents, pour la plupart illettrés. Aujourd’hui, les nouvelles générations n’hésitent pas à se revendiquer musulmanes et françaises, avec une volonté de visibilité, alors que leurs aînés rasaient les murs. C’était ce qu’on appelait l’islam des caves. Alors qu’on voit émerger actuellement une élite bien éduquée, bien formée, bien insérée socialement.»

Même volonté de réhabiliter la mémoire des parents chez Ismahane Chouder, revenue à la foi musulmane en 1992 par le soufisme après une parenthèse bouddhiste. Elle se dit profondément laïque mais déclare «refuser la blanchisseuse ethnique» et se désole qu’on la renvoie à chaque fois au modèle anglo-saxon lorsqu’elle revendique une identité plurielle.

«Je veux qu’on m’accepte dans toutes mes dimensions, française, musulmane, familière de la culture provençale là où je suis née et attirée par les cultures asiatiques

Elle aussi constate une progression du salafisme, «y compris chez les non salafi. Beaucoup  tendent à interpréter les textes de façon littérale au détriment de la dimension spirituelle de l’islam».

Déçus par Sarkozy, déçus par Valls

Une autre évidence qui s’impose, à entendre nombre de responsables associatifs, c’est le désenchantement des Français musulmans vis-à-vis de l’ensemble de la classe politique.

M’Hammed Henniche, connu pour avoir affrété des «bus hallal» afin d’acheminer des dizaines d’entre eux au meeting de Villepinte lors de la campagne de Sarkozy en 2007, a rapidement déchanté.

«Nous voulions montrer que des musulmans pouvaient aussi voter à droite, mais le mandat de Sarkozy a été marqué par une forte poussée d’islamophobie. Et celle-ci a été gérée et alimentée par l’Elysée et l’UMP

Depuis, la gauche a également déçu. «On attendait de voir ce que donnerait l’alternance, mais il n’y a pas de changement. Manuel Valls, qui est semble-t-il très populaire, envoie des signaux qui vont dans la mauvaise direction avec l’assentiment de François Hollande», explique Asmaâ, ex-journaliste pigiste et militante associative proche des Indivisibles ou de Foulexpress, qui a créé sa propre entreprise de communication numérique parce qu’elle ne trouvait pas de travail avec son voile.

Manuel Valls, dont les déclarations sont dénoncées avec force, fait d’ailleurs l’unanimité contre lui. «Il soutient sans nuance les policiers, refuse de condamner leurs dérapages racistes sur Facebook, relaie la version des syndicats de police des événements de Trappes sans écouter celles de l’autre partie, explique devant le Crif que les juifs peuvent être fiers de porter la kippa, mais que le voile est un combat essentiel de la République», s’indigne Mohamed Kamli, du collectif des habitants de Trappes, qui s’étonne que le reste de la gauche reste silencieuse sur ces déclarations.

L’enterrement du récépissé pour les contrôles d’identité, le droit de vote des étrangers repoussé aux calendes grecques, mais aussi l’absence de mesures concrètes pour les quartiers sont aussi douloureusement vécus, alors que les musulmans français ont, selon une étude de l’Ifop, voté à une écrasante majorité pour François Hollande.

Une volonté de s’auto-organiser

Ce rejet de l’ensemble de la classe politique explique la volonté affichée par de nombreux responsables associatifs de s’auto-organiser. Une idée populaire au sein d’une communauté, par ailleurs très divisée.

L’exemple du quartier des Merisiers est très significatif. Non seulement des militants associatifs ont su mobiliser des jeunes et des moins jeunes au sein d’un collectif de citoyens, mais ils ont pour projet de réaliser une vidéo donnant leur propre version des émeutes et du contrôle de la femme en niqab qui a précédé.

Dans le Val d’Oise, c’est Mohamed Chanaï, militant (il s’est présenté sur une liste du Parti des musulmans de France aux municipales d’Argenteuil avant d’être candidat pour les Verts aux législatives de 2012), président de la mosquée La Lumière de la ZUP d’Argenteuil, qui affirme que les collectifs pullulent partout en France.

Exemple en Seine-Saint-Denis, où un Mouvement citoyen des quartiers de Montreuil a vu le jour, comme à Lyon, Vénissieux, Vaulx-en-Velin, Toulouse, Lille, Marseille et de nombreuses autres villes et banlieues.

Ces nouveaux leaders qui émergent réfutent toute posture victimaire. «Il faut que les gens cessent de réclamer des coups de pouce à leur maire ou leur député et qu’ils apprennent plutôt à s’organiser», affirme Mohamed Chanaï.

«Ceci dit, ajoute-t-il, les habitants des quartiers attendent de moins en moins de la part de la classe politique et nous devons, nous, militants associatifs et politiques, ne pas promettre n’importe quoi

Vers une émancipation politique aux municipales de 2014

Beaucoup pensent qu’il est temps de s’émanciper des partis classiques pour faire leur entrée en politique. Militants de terrain, ils souhaitent sortir du strict cadre local et associatif. Pas question pour autant de rallier individuellement les grands partis qui ont tôt fait de récupérer les plus actifs.

«Durant des années, les habitants des quartiers ont été victimes des ambitions personnelles de ceux qui se contentaient d’aller à la gamelle, condamne Mohamed Chanaï. Nous, nous devons conserver la crédibilité acquise sur le terrain et transformer l’essai

Plus question non plus de jouer les forces d’appoint.

«Nous avons appelé à voter François Hollande dès le premier tour, pour le vote utile et à Trappes, dans les quartiers, il a dépassé les 70%.»  

Ceux qui sont passés par des mouvements comme le Forum social des quartiers populaires (FSQP), par exemple, envisagent tout naturellement de monter des listes électorales indépendantes en 2014 sous l’étiquette Force citoyenne populaire, un nouveau parti né en 2012, qui entend mettre la problématiques des quartiers populaires en avant.

C’est notamment le cas de Abdelaziz Chaâmbi à Lyon, de Mohamed Chanaï et Kamel Razkallah à Argenteuil. Ou encore de Mohammed Kamli, conseiller municipal indépendant à Trappes qui, avant de fonder le collectif de citoyens de Trappes, réfléchissait déjà à une démarche de ce type au sein d’un collectif pour une citoyenneté active et participative:

«Il faut sortir du bipartisme et de ces fausses alternances, construire une réelle alternative pour rallier tous ceux qui se réfugient dans l’abstention car ils ne croient plus en la politique, amener les citoyens à être des acteurs.»

Abdelaziz Chaâmbi se dit prêt à répondre à tous ceux qui dénonceraient une démarche communautaire.

«Le FCP est un parti de droit commun, qui s’adresse à tous. Il n’insiste pas seulement sur la question des quartiers mais plus globalement sur celle des pauvres, des exclus. Ce n’est pas un truc d’arabes, de noirs, mais pas uniquement non plus un truc de blancs. Nous voulons être à l’image de la société

Sous la bannière de ce nouveau parti, on trouve Alima Boumédiène-Thiery, ex-sénatrice des verts, Salah Amokrane élu de 2001 à 2008 sur la liste des Motivé-e-s de Toulouse, le sociologue Michel Kokoreff ou encore Almamy Kanouté de Convergences, déjà présent à la municipale à Fresnes (Val-de-Marne), où sa liste avait recueilli 11,11% des voix en 2008 puis aux législatives de 2012, ou encore Axiom, rappeur et porte-parole d’ACLe feu.

Avec l’arrivée de listes estampillées FCP, qui comptent notamment mobiliser les abstentionnistes, les municipales de 2014 pourraient bien réserver quelques surprises…

Véronique Valentino

Véronique Valentino
Véronique Valentino (2 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte