Politique

Pour Jégo, il y aura «un avant et un après-Jégo»

Temps de lecture : 2 min

On n'est jamais mieux servi que par soi-même. Dégagé sans ménagement du gouvernement par Nicolas Sarkozy, Yves Jégo se tresse des lauriers dans une interview au Parisien daté du 3 juillet: «J’ai voulu me faire le porte-parole d’un Etat neutre, qui n’ait pas de connivence et qui dise les choses. Je pense qu’outre-mer, il y aura un avant et un après-Jégo».

Selon l'ancien secrétaire d'Etat à l'Outre-mer, Nicolas Sarkozy l'a soutenu pendant le conflit aux Antilles: «Le président a pu le constater lui-même la semaine dernière lors de son voyage: la situation aux Antilles est redevenue normale. J’ai évité, dans un affrontement extraordinairement compliqué, une dérive insurrectionnelle qui aurait pu voir le sang versé».

Après avoir laissé sous-entendre que les patrons békés étaient à l'origine de son éviction, Yves Jégo revient partiellement sur ses déclarations, estimant qu'il n'a «pas de preuve ni d’élément précis». Mais il ne nie pas.

[Lire l'interview sur le site du Parisien]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 23 au 29 novembre

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 23 au 29 novembre

Plongée dans la logorrhée du futur ex-président américain.

La semaine imaginaire du préfet Lallement

La semaine imaginaire du préfet Lallement

Chaque samedi, Louison se met dans la peau d'une personnalité qui a fait l'actu et imagine son journal de bord.

Monsieur le président, Maradona n'est pas une vignette Panini

Monsieur le président, Maradona n'est pas une vignette Panini

Une enfilade de lieux communs et d'erreurs factuelles: on a corrigé l'hommage de l'Élysée au footballeur disparu.

Newsletters