France

Depuis quand lance-t-on des excréments en signe de protestation?

Grégoire Fleurot, mis à jour le 18.07.2013 à 7 h 20

Ce geste répugnant n'est pas si rare que cela.

Un manifestant antimondialisation lance un seau de déjections humaines sur des policiers à Cancun, au Mexique, pendant une rencontre de l'OMC le 13 septembre 2003. REUTERS/Daniel Aguilar

Un manifestant antimondialisation lance un seau de déjections humaines sur des policiers à Cancun, au Mexique, pendant une rencontre de l'OMC le 13 septembre 2003. REUTERS/Daniel Aguilar

Mark Cavendish a été victime lors de la 11e étape du Tour de France d’un jet d’urine venant de supporters mécontents du supposé coup d’épaule que le sprinteur britannique aurait donné la veille au Néerlandais Tom Veelers, qui avait chuté dans le sprint final. L’épisode n’est pas sans rappeler un autre incident survenu quelques jours plus tôt dans des circonstances bien différentes, quand la présentatrice de TF1 Claire Chazal s’est fait renverser un seau d’excréments dessus alors qu’elle conduisait sa voiture avec la vitre ouverte, sans que l’on connaisse pour le moment les motivations de son agresseur.

Depuis quand lance-t-on des déjections corporelles sur des gens, et pourquoi?

Personne ne connaît la période exacte à laquelle le lancer d’excrément est apparu, mais il s’agit d’une pratique répandue qui ne se limite pas à un espace géographique en particulier, le plus souvent en signe de protestation ou pour humilier quelqu’un.

Dans l'Antiquité déjà, les selles représentaient l’une des choses les plus sales et humiliantes qu’il soit. Dans l’Ancien Testament, Dieu ordonne au prophète Ezéchiel de faire manger aux Israélites des gâteaux d’orge cuits avec des excréments humains, tandis que le Talmud parle de faire bouillir dans des excréments l’esprit de ceux qui veulent du mal à Israël pour les humilier. Dans la Divine Comédie de Dante, les flatteurs se retrouvent en enfer dans une fosse remplie d’excréments.

Aujourd’hui, les excréments et l’urine sont utilisés dans certaines méthodes de torture. L’une des photos de la tristement célèbre prison d’Abou Ghraib, où des soldats américains ont multiplié les actes de torture et d’humiliation pendant la guerre en Irak, montre un prisonnier enduit de fèces.

Geste de protestation politique

Le lancer d’excréments est parfois utilisé comme un geste de protestation politique. Dans quasiment toutes les sociétés humaines, la saleté est une offense contre l'ordre social. Lancer des selles prend alors toute sa signification contestataire. En 2008, lors de la Convention nationale du Parti démocrate à Denver, les autorités avaient voté une loi interdisant les manifestants à porter des seaux remplis de fèces pour prévenir d’éventuels lancers de selles.

Plus récemment, un membre du mouvement Occupy Wall Street a été photographié à New York en train de déféquer sur une voiture de police, tandis que la ville de Chicago a équipé en 2012 ses policiers anti-émeute de visières pour se protéger des éventuels jets d’urine et de matière fécale des manifestants contre le sommet du G8 qui s’est tenu dans la ville.

La manifestation scatologique n’est pas l’apanage des Américains. En juin, plusieurs personnes ont été arrêtées en possession de sacs d’excréments en marge d’une manifestation contre le manque d’installations sanitaires dans la ville sud-africaine de Cape Town, ce qui n’avait pas empêché plusieurs sacs de fèces d’être déversés dans des bureaux d’élus locaux.

La présidente de la province du Cap-Occidental avait été aspergée de la même matière une semaine plus tôt lors d’une visite dans les quartiers pauvres de la ville. Les habitants des townships protestaient ainsi contre les toilettes collectives en extérieur insalubres dont beaucoup doivent se contenter.

Du côté de l’Asie, un Sud-Coréen a été interpellé l’année dernière après avoir lancé des excréments humains sur l'ambassade du Japon pour protester contre la revendication territoriale de Tokyo sur des îlots sud-coréens dans la mer de l'Est.

Pulsions

Dans d’autres cas, les lancers de défécations ou d’urine n’ont absolument aucun but politique, et semblent plutôt répondre des pulsions irrépressibles. En 2011, trois supporters du FC Cologne ont été interdits de stade dans toute l’Allemagne pour trois ans, la peine maximale dans leur cas, pour avoir lancé des gobelets remplis de fèces et d’urine dans les tribunes. Au Japon, un ouvrier qui s’était rendu de lui-même à la police parce qu’il avait jeté ses selles sur des passantes en circulant à moto a expliqué son geste par le fait que son travail le stressait trop.

Si l’origine de la pratique chez l’homme n’est pas claire, nous partageons cette tendance à jeter nos excréments sur nos semblables avec le chimpanzé, qui est un véritable habitué du lancer de fèces. Des scientifiques sont même arrivés à la conclusion qu’il s’agissait d’un signe d’intelligence chez notre cousin éloigné.

Pas sûr que cela console Claire Chazal ou les victimes du lanceur en moto japonais.

Grégoire Fleurot

L’explication remercie Susan S. Morrison, professeure à la Texas State University de San Marcos et auteure de Excrement in the Late Middle Ages: Sacred Filth and Chaucer's Fecopoetics.

Retrouvez tous nos articles de la rubrique L'explication ici. Vous vous posez une question sur l'actualité? Envoyez un mail à explication @ slate.fr

Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
fècespipiUrinecacaAllemagne
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte