Monde

Vaste offensive américaine en Afghanistan

Temps de lecture : 2 min

L'armée américaine a lancé une «opération majeure» contre les combattants talibans dans le Sud de l'Afghanistan, ont annoncé les autorités militaires jeudi 2 juillet. Environ 4 000 américains, pour la plupart des Marines, et 650 soldats et policiers afghans participent à l'opération Khanjar, ou «frappe de l'épée», dans la vallée de la rivière Helmand, selon le commandement américain à Kaboul.

Il s'agit de la plus large offensive depuis l'arrivée des renforts au début de l'année, qui fait suite à une opération menée par les Britanniques dans la même région la semaine précédente. C'est aussi la première opération majeure depuis que le Général américain Stanley McChrystal a pris la tête des forces alliées en Afghanistan, rapporte CNN.

La province de Helmand est un foyer de la violence talibane depuis plusieurs mois. Au moins 25 soldats britanniques y ont été tués en 2009. Selon une source à Washington, le but de l'offensive n'est pas d'«attraper les méchants», mais plutôt de «tenir la zone et d'y rester». «Cette approche témoigne de la philosophie de McChrystal: le succès se mesure par le nombre d'Afghans protégés, pas par le nombre de méchants tués.»

[Lire l'article complet sur CNN.com]

(Photo: Army.mil, Flickr, CC)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 23 au 29 novembre

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 23 au 29 novembre

Plongée dans la logorrhée du futur ex-président américain.

Des policiers anglais couchaient avec les «cibles» qu'ils espionnaient

Des policiers anglais couchaient avec les «cibles» qu'ils espionnaient

Au Royaume-Uni, une enquête publique tente de faire la lumière sur les pratiques très controversées de policiers infiltrés auprès de divers groupes militants.

À Jérusalem, un ancien ministre d'extrême droite proposé à la direction du mémorial de la Shoah

À Jérusalem, un ancien ministre d'extrême droite proposé à la direction du mémorial de la Shoah

La nomination d'Effie Eitam à la tête du Yad Vashem a suscité la colère des historiens et des rescapés de la Shoah.

Newsletters