Monde

Début du sommet de l'UA, sans Ahmadinejad

Temps de lecture : 2 min

Soulagement des participants au sommet de l'Union Africaine, qui débute à Syrte aujourd'hui, jeudi 2 juillet, et durera trois jours. Mahmoud Ahmadinejad a finalement annulé sa venue, rapporte RFI. Le président iranien devait participer au sommet et avait prévu un discours devant les chefs d'Etats africains.

Une décision qui a satisfait les délégués présents, l'un d'entre eux affirmant à la radio: «On va revenir aux fondamentaux, on va pouvoir vraiment parler de l'Afrique». Au programme, ce que Jean Ping, le président de la Commission de l'Union africaine, appelle, «la multiplication des coups d'Etat et des changements constitutionnels» sur le continent.

Ce sommet marque également le retour de la Mauritanie, suspendue de l'organisation en 2008 à la suite d'un coup d'Etat, et réintégrée suite à la mise en place d'un gouvernement d'union nationale et un «retour à l'ordre constitutionnel», salué par le Conseil de Paix et de Sécurité de l'UA.

[Lire l'article complet sur RFI]

(photo: Mahmoud Ahmadinejad à l'université de Columbia, New York, en 2007, via wikimedia)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr

Newsletters

Trop éduquées, trop ambitieuses: les femmes mongoles ont du mal à trouver un mari

Trop éduquées, trop ambitieuses: les femmes mongoles ont du mal à trouver un mari

Avec le tournant des années 1990, les femmes ont eu accès à l'éducation: la pression culturelle demeure.

Une femme voilée sur quatre s'est déjà fait pousser sur une plateforme de métro à New York

Une femme voilée sur quatre s'est déjà fait pousser sur une plateforme de métro à New York

La Commission sur les droits humains de New York vient de publier un rapport sur les discriminations dont sont victimes certaines minorités.

Des employés d'Amazon refusent de vendre à l'État américain des technologies pour encadrer l'immigration

Des employés d'Amazon refusent de vendre à l'État américain des technologies pour encadrer l'immigration

Ils rappellent à Jeff Bezos le passif nazi d'IBM pour s'opposer à la politique migratoire de Trump.

Newsletters