Marseille pourrait-elle devenir la Los Angeles du XXIe siècle?

France, Bouches-du-Rhône (13), Marseille, 8ème arr. : "Cité Radieuse" Le Corbusier 1945-52, toit-terrasse. / (vincent desjardins) via Flickr CC License by.

France, Bouches-du-Rhône (13), Marseille, 8ème arr. : "Cité Radieuse" Le Corbusier 1945-52, toit-terrasse. / (vincent desjardins) via Flickr CC License by.

Urbanisme éclaté, métropole étendue, omniprésence de la voiture, climat: la ville la plus atypique de France a un petit quelque chose de Los Angeles, comme une récente exposition sur le skate et le surf l’a montré. L’occasion de s’interroger sur le modèle métropolitain que pourrait adopter la ville.

Marseille pourrait-elle être une Los Angeles de la Méditerranée? C’est un peu la question qui reste en suspens après l'étonnante exposition «This is (not) Music», axée sur le surf, le skate et les kustom kultures, qui a permis, de avril à juin, à la capitale provençale de se la jouer pendant 47 jours L.A. à la française.

A première vue, les deux villes ne se ressemblent pas vraiment. Los Angeles s'impose comme la capitale mondiale du divertissement avec ses grosses industries cinématographiques, télévisuelles, artistiques et musicales face à une Marseille balbutiante, qui amorçe pour la première fois son tournant culturel grâce à cette année 2013, durant laquelle la ville est distinguée par le label de Capitale européenne de la culture.

Plutôt Venice Beach...

Pour Julia Zecconi, urbaniste travaillant à Marseille et rédactrice en chef du site architectureFR, «à part le mauvais fonctionnement des transports en commun et l’urbanisation éclatée [en référence au modèle Aix-Marseille relié par la zone commerciale Plan de Campagne, ndlr], je ne ne trouve pas qu’il y ait beaucoup de similitudes entre les deux villes. Marseille s'est construite grâce à ses 110 villages qui sont tous devenus des quartiers englobés par l'étalement urbain. Rien à voir donc avec Los Angeles, une ville très récente qui a explosé car tous les gens sont venus y vivre».

Pour Sebastien Carayol, journaliste indépendant qui a officié lors de DJ sets dans «This is (not) Music» et spécialiste de la culture skate qui vit entre Los Angeles et Marseille, on peut certes citer la place laissée à certains architectes modernes comme Le Corbusier à Marseille et Albert Frey à Los Angeles, mais L.A. n'est pas forcément la bonne référence:

«Aux Etats-Unis, quand on me demande à quoi ressemble Marseille par rapport à Nice, que les gens connaissent mieux, je leur dis: “Vous voyez Venice Beach? C’est là où j’habite”

Marseille ressemble donc plus à l’un des quartiers de la ville, dans l'ouest de Los Angeles, un ex-ghetto en bord de plage situé entre deux zones beaucoup plus riches, Santa Monica et Marina Del Rey. «Sans doute pour l’aspect plus rebelle, plus sulfureux», souligne Sebastien Carayol.

Marseille, la jumelle de la ville qui a vu naître les Doors et le mouvement hippie? Ne rions pas trop vite.  Dans les années 90, Venice Beach et Marseille ont eu un point commun étonnant: la culture skate.

Ville culte du skate et du monokini

En effet, si la ville de Venice est connue pour être le berceau du skateboard moderne, suite notamment à la sécheresse de 1976, qui poussa les précurseurs de la pratique à skater dans des piscines vides, Marseille elle aussi a connu dans les années 90 une entrée mythique sur la scène skate. «En 1991, on a construit à Marseille le skatepark du Prado, une référence absolue et mondiale jusque dans les années 2000», rappelle Sébastien Carayol.

Sur le bowl du Prado à Marseille (Backflip / brieuc_s via Flickr CC License by)

A une époque où la plupart des skateparks aux Etats-unis sont payants et grillagés pour cause d’assurance, le libre accès du «Bowl» marseillais mais aussi son cadre environnant, près de la plage et d’Européennes plus ouvertes sur le topless qu’outre-Atlantique, suffisent à faire sa réputation. «C’était un lieu unique et gratuit au bord d’une plage où les nanas ont le droit de faire du seins nus... Ça a poussé la légende», plaisante Sébastien Carayol.

Ainsi, pendant dix ans, le skatepark du Prado devient le lieu de pélerinage incontournable du skate, accueillant régulièrement les plus grands champions de la discipline (Wade Speyer, Tony Hawk, John Cardiel, Steve Alba...). A un point tel que son décor servira même de tableau au jeu vidéo éponyme de la star du skate Tony Hawke, Tony Hawk Pro Skater 2.

La Dernière vague, exposition à la Friche de la Belle de Mai à Marseille

La réputation du skatepark marseillais s’essouffle malheureusement à partir des années 2000 lorsque d’autres équipements du même genre sont construits en Europe. La mairie de Marseille qui, en 1990, avait fait le choix «courageux de financer un tel projet alors que le skate était dans le creux de la vague», comme le rappelle Sebastien Carayol, laisse passer cet espace sportif au second plan. A tel point que les usagers aujourd’hui sont obligés de batailler pour obtenir des rénovations et ont même eu par le passé à réaliser les travaux d’entretien eux-mêmes.

Fin du premier épisode californien de Marseille.

Marseille, L.A du XXIe siècle

Mais en dehors de l’aspect anecdotique de cette période «skate» des années 90, d’autres raisons de comparer Marseille à la métropole californienne émergent depuis quelques années. Pour l'architecte Jacques Ferrier, il n’est pas impossible que Marseille devienne la «Los Angeles du 21ème siècle» à condition que la cité phocéenne «s’ouvre vers tout le cortège de grandes villes allant de Gênes à Barcelone».

Une ouverture qui passerait selon lui par «la constitution d'un territoire urbain méditerranéen cohérent en matière d’équipements de loisirs et de transports, avec une ligne grande vitesse qui relie Gênes à Barcelone et qui permettrait à Marseille de devenir le coeur de cette agglomération».

Une place névralgique pour Marseille qui se justifierait par le mode de vie de ses habitants et s’inscrirait dans une politique de décentralisation:

«Si vous regardez les pratiques d’un habitant de Marseille, comment il vit, ce qu’il fait après le travail, vous êtes plus proche des pratiques d’un habitant de Barcelone que d’un habitant de Lille. Or, les projets sont centralisés et sont pensés dans une uniformité et non pas dans le cadre européen du développement d’une métropole transfontalière, vitrine de la Méditerranée.»

En 2009, l'artiste marseillais Christophe Fort imaginait les lettres de la ville posées sur ses collines, façon Hollywood...

Pour que le rêve d'une future Los Angeles prenne corps, la priorité devra être donnée aux transports ferroviaires et notamment à la ligne LGV PACA censée relier l'arc méditerranéen, mais dont le projet est pour l’instant fortement ralenti. Selon Jacques Ferrier, «il est plus interessant et plus porteur en effet de faire un TGV côtier, comme à Tokyo, plutôt que de tirer des lignes depuis Paris. Ainsi, Marseille ne serait plus qu' à 3h45 de Barcelone et à 2h30 de Gênes.»

Un projet qui fait rêver sur le plan des perspectives économiques et culturelles mais que la réalité des difficultés de la métropole ramène sur terre. A Marseille, les élus ont déjà du mal à s’entendre au niveau local pour la mise en place du projet de métropole urbaine. A tel point que François Hollande n’a pas hésité à en mettre une couche lors de son discours d’inauguration du Mucem, martelant que «Marseille ne peut pas rester dans ses formes actuelles».

Los Angeles, en mieux

Pourtant, malgré les difficultés politico-administratives liées à un tel projet, Jacques Ferrier se veut optimiste. En effet, pour l’architecte, non seulement Marseille pourrait être au coeur de cette nouvelle L.A. méditerranéenne, mais grâce aux progrès de l’urbanisme et aux prises de consciences environnementales, elle pourrait également en éviter les écueils. Une bonne nouvelle, car il est vrai que l’exemple urbanistique de Los Angeles reste parmi «l'un des plus mauvais au monde» selon Julia Zecconi:

«Les sociologues, urbanistes, géographes, diront tous que cette ville est un échec, où seul le véhicule particulier triomphe, symbole de l'individualisme à son paroxysme! Je ne perçois pas comme une chance le fait de ressembler un jour à Los Angeles, ça serait même un échec de se baser sur les Américains pour tenter d'évoluer... Ils sont très très en retard sur la côte Ouest surtout, en matière d'urbanisme.»

Un mauvais exemple certes, mais qu’il ne faudrait pas évacuer trop vite non plus, selon Jacques Ferrier. En effet, s’inspirer de la tendance à relier les villes entre elles, tout en optimisant l’urbanisme, serait une équation idéale pour faire de cette mégapole méditerranéenne une Los Angeles en mieux. «Bien sûr, il ne faut pas s’inscrire dans la nostalgie et le passé, L.A., c’est le mythe des années 50/60», concède l’architecte:

«Toutefois il faut aussi arrêter de voir la côte méditerranéenne comme un endroit où la ville a mangé la nature mais à l’inverse comme une richesse possible, une ville ou tous les 500 mètres, on aperçoit la mer.»

L'Escale Borely, à Marseille (Stéphanie Plasse)

Pour ce faire, le spécialiste préconise un recours à une «culture de la frugalité» dans l’espace collectif et urbain. «Une frugalité architecturale, urbaine, avec pas trop d’infrastructures», en référence à Rome et Athènes et aux origines de la Méditerranée. «Dans le futur on pourrait avoir quelque chose de géré comme une métropole mais qui réinvente un rapport à la ville, à la mer, au paysage et que l’on a envie de vivre au XXIe siècle.»

Complémentarité versus compétitivité

Néanmoins, créer une nouvelle cité le long de l'arc méditerranéen, inspirée de la métropole américaine, sans en récupérer les défauts, serait-il possible? De nombreux freins existent, Jacques Ferrier le reconnaît:

«La France a une culture fortement centraliste depuis trois ou quatre siècles. A cela s'ajoute des soucis de réalité administrative avec les frontières, avec deux régions et autant de communes à faire traverser. Maintenant, il y a de bon signes, par exemple Nice qui va relier Gênes en train. Je pense que d’ici vingt à trente ans, si ce n’est pas gâché par d’autres initiatives d’urbanisme, ce sera une réalité.»

Même constat pour Julia Zecconi, dont le discours se fait un peu plus corrosif au moment d'évoquer les relations entre les villes méditerranéennes:

«Je crois que Marseille, Gênes et Barcelone ne pourront jamais se sentir unies comme une métropole unique. Los Angeles est une même ville dans un même pays, ça semble évident qu'elle fonctionne d'un bloc. Pour l'arc méditerranéen, ça semble plus difficile. Pour l'instant j'ai plutôt l'impression que ces trois villes sont en compétition permanente. On est plus dans une logique de compétitivité des territoires que de complémentarité!»

Se tourner vers les pays arabes

Une course à la performance loin d'être gagnée pour Marseille aux vues des transformations amorcées par les villes méditerranéenes comme Gênes, dont le port rénové a été reconverti pour accueillir des activités culturelles et touristiques importantes, et Barcelone, qui avait initié les efforts en 1992 en requalifiant son centre ville pour les J.O. Marseille reste ainsi toujours à la traîne par rapport à ses concurrentes méditerranéennes, même si la ville a fait des progrès, notamment en transformant son port, son centre ville et son front de mer sous l’impulsion de MP2013 et du programme Euromed.

Institué en 1995 à l’initiative de l’Union européenne et de dix autres Etats du sud de la Méditerranée, le partenariat Euromed, dit aussi «Processus de Barcelone», prévoit des actions dans le domaine politique, financier et économique avec l’instauration d’un marché de libre échange en 2010. Un projet de grande envergure qui semble aujourd’hui à l’arrêt.

Malgré cela, la cité phocénne aurait le moyen d'inverser la tendance, à condition d'adopter le bon positionnement. En l'occurrence «se tourner vers le monde arabe», comme le préconise Jean-Yves Moisseron, chercheur à l'Institut de recherche pour le développement et rédacteur en chef de la revue Maghreb Mashrek:

«Marseille a une carte à jouer, ne serait-ce que par sa situation géographique et sa population locale, dont une très grande part est d'origine maghrébine. Je sais qu'il y a eu des efforts qui ont été faits pour redynamiser le port de Marseille, mais il n'est pas le seul symbole de l'Euro-med par rapport aux autres ports qui sont en train de se constituer à Barcelone, ou même à Tanger.»

Dans cette position, Marseille aura du mal à concurrencer les villes méditerranéennes européennes et ainsi sauver ce qui reste du projet euro-méditerranéen. «Je crois que Marseille ne peut contribuer que marginalement à la relance du partenariat euroméditerranéen qui est un peu en panne, parce qu'au fond, ça ne se décide pas vraiment à Marseille mais plus à Bruxelles et à Barcelone.» Alors si Marseille souhaite un jour devenir une ville importante comme Los Angeles, elle devra miser sur la carte culturelle et sur ses échanges artistiques entamés pour 2013 avec les artistes des pays du monde arabe, Jean-Yves Moisseron l’affirme:

«C'est indéniable, la carte de la culture est une carte absolument fondamentale à jouer. Elle se jouera d'autant mieux si elle intègre les deux référentiels que sont le nationalisme arabe et l’islam et si la Méditerranée n'est pas une espèce voile pudique pour ne pas traiter de choses qui nous dérangent en France.»

Stéphanie Plasse et Laura Guien

A LIRE AUSSI