A Paris, un quart des médecin refuse des patients bénéficiant de la CMU

Temps de lecture : 2 min

Un professionnel de santé sur quatre exerçant à Paris (25,5 %) refuse de soigner les patients les plus défavorisés, indique une étude rendue publique mercredi par Le Fonds de financement de la Couverture maladie universelle (CMU). «La première raison invoquée pour justifier le refus est la lourdeur administrative et la “paperasse” qu'impliquerait la prise en charge des patients CMU», explique Le Monde.

La principale raison serait surtout financière car ce type de patients ne peuvent pas supporter le dépassement d'honoraires, une pratique très courante dans la capitale.

La CMU permet normalement l'accès à l'assurance maladie pour toutes les personnes résidant en France depuis plus de trois mois. 4,8 millions de personnes en bénéficie en 2008.

[Lire l'article complet sur Le Monde]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo Flickr Wolfiewolf

Slate.fr

Newsletters

Newsletters