Life

La théorie du déclin de Facebook

Slate.fr, mis à jour le 30.06.2009 à 10 h 10

Depuis que Twitter règne sans partage sur la hype 2.0, Facebook semble un peu à la traîne. Signe d'un retournement de tendance, le site ElectronLibre publie une tribune inquiétante pour le réseau social, estimant que Facebook est l'«AOL du web 2.0».

AOL, c'est ce grand portail du début de l'Internet qui fournissait un outil de mail, un navigateur web et toutes les infos nécessaires pour que l'utilisateur reste sur ses pages. Depuis, ce modèle très fermé est tombé en désuétude.

Mais selon ElectronLibre, Facebook est sur la même pente qu'AOL: le réseau social qui fait tout pour garder les internautes sur ses pages «aura bien du mal, tout comme son aîné, à réfréner les désirs de liberté de ses utilisateurs. Pour un certain nombre d’entre eux, revenir sur une page Facebook est un peu une frustration, un peu comme lorsqu’il faut aller chez ses parents pour partager un bon plat dominical.»

A l'appui de sa démonstration, ElectronLibre estime que le statut Facebook, la fonctionnalité la plus populaire, est d'ores et déjà ringardisée par Twitter. De la même manière, le partage de musique perdrait de son sens avec un site aussi évolué que Spotify qui permet d'écouter une grande partie de la discothèque mondiale en streaming.

[Lire l'article complet sur ElectronLibre]

(photo de Une: Reuters)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte