Partager cet article

Le jour le plus dingue: comment des GIs se sont alliés à des soldats de la Wehrmacht pour libérer des Français en mai 1945

Cinq prisonniers d'Itter entourent le général McAuliffe, de la 103e division d'infanterie, après leur libération: Paul Reynaud, Marie-Renée-Joséphine Weygand, Maurice Gamelin, Edouard Daladier et Maxime Weygand (National Archives).

Cinq prisonniers d'Itter entourent le général McAuliffe, de la 103e division d'infanterie, après leur libération: Paul Reynaud, Marie-Renée-Joséphine Weygand, Maurice Gamelin, Edouard Daladier et Maxime Weygand (National Archives).

Trois jours avant la fin de la Seconde Guerre mondiale, une alliance improbable a délivré des politiques et militaires français de haut rang détenus dans un château en Autriche.

Cet article a été originellement publié en juin 2013. Nous le republions à l'occasion des 70 ans des évènements d'Itter.

D'un château l'autre: quand on s’intéresse aux exilés français de la fin de la Seconde Guerre mondiale, c’est d'abord le nom de Sigmaringen qui vient à l’esprit, Pétain et sa cour de fuyards d’un régime de Vichy en pleine liquéfaction, personnages à venir d’un des livres les plus célèbres de Céline. Mais quelques centaines de kilomètres plus au sud-ouest, une autre forteresse a marqué la fin du conflit côté français: au château d’Itter, dans le Tyrol autrichien, quatorze personnalités françaises détenues par les nazis furent libérées, le 5 mai 1945, par une poignée de GI rejoints par… des soldats de la Wehrmacht.

Une alliance unique dont l’histoire n’avait jusqu’ici jamais été racontée dans tous ses détails, même si un historien français, Benoît Luc, y avait consacré quelques dizaines de pages éclairantes en 2011 dans son très documenté Otages d’Hitler, 1942-1945. Cette fois-ci, c’est un spécialiste américain d’histoire militaire, Stephen Harding, qui narre en détail cet épisode dans The Last Battle. When U.S. and German Soldiers Joined Forces in the Waning Hours of World War II in Europe, paru le mois dernier aux Etats-Unis.

Fondé sur de volumineuses recherches biographiques et des interviews de quatre survivants de l’époque, le livre alterne portraits, éclairages stratégiques et scènes d’action pour raconter l’un des «derniers, et sans doute le plus étrange, combat terrestre de la Seconde Guerre mondiale sur le sol européen». Mais aussi ses prémices: la décision des nazis de créer une prison dans ce décor idyllique.

Après le débarquement allié en Afrique du nord et l’occupation de la zone sud en novembre 1942, le chef de la SS Himmler choisit de rassembler dans un même lieu des ehrenhäftlinge (prisonniers de haut rang) français afin de pouvoir les utiliser comme otages ou monnaie d’échange dans la suite de la guerre. Son choix se fixe sur Itter, une forteresse du Moyen-Âge, successivement possession de Louis II de Bavière et du régime napoléonien, lieu de villégiature de Wagner, Liszt ou Tchaïkovski sous une propriétaire mélomane ou siège d’une éphémère alliance de lutte contre les dangers du tabac mise en place par les nazis.

Sous la supervision de l’architecte du Reich, Albert Speer, et le commandement du camp de concentration de Dachau, tout proche, le Schloss d’Itter est donc reconfiguré en prison de luxe pour détenus de luxe —«Nous avons libéré le Who’s Who», écrira après la guerre un reporter de guerre américain, Meyer Levin, présent sur place en mai 1945.

Le château d'Itter

Drôle de colonie pénitentiaire

Là-bas va en effet se former pendant deux ans, au fil des arrivées successives de prisonniers, une drôle de colonie pénitentiaire dont les ambiguïtés —pétainistes anti-allemands, ultranationalistes résistants…— reflètent celles de la France de l'époque.

On y trouve deux anciens présidents du Conseil poursuivis par Vichy pour leur responsabilité dans la défaite: Edouard Daladier, signataire sans illusions des accords de Munich, et son ennemi Paul Reynaud, qui s’est opposé à Pétain sur la poursuite de la guerre en juin 1940. Le tennisman Jean Borotra, sextuple vainqueur de la Coupe Davis et double lauréat de Roland-Garros et de Wimbledon, devenu commissaire général à l’éducation et aux sports de Vichy, mais renvoyé sous la pression des Allemands pour son manque de zèle dans la «nazification» du sport français.


Jean Borotra (en 1931) et Léon Jouhaux (en 1951) / via German Federal Archives et Wikimédia Commons

Le général Maurice Gamelin, chef d’état-major des armées au début de la guerre, et son successeur Maxime Weygand, bombardé à son poste neuf jours après l’invasion allemande puis devenu ministre de la Défense de Pétain —mais néanmoins qualifié d’«ennemi irréconciliable de l’Allemagne», au point que les nazis songèrent à le faire assassiner.

Léon Jouhaux, le secrétaire général de la CGT, dissoute par le régime de Vichy, et le colonel de La Rocque, fondateur des Croix-de-feu puis du PSF, pétainiste mais pas vichyste, et maître d’oeuvre d’un réseau de renseignements en lien avec les Britanniques. Ou encore Michel Clemenceau, fils du «Tigre», Marcel Granger, un parent du général Giraud, le rival de De Gaulle à Alger, ou Marie-Agnès Cailliau, la sœur du fondateur de la France libre…

Certains détenus font venir leur conjoint, d’autres s’y refusent. Plusieurs personnalités (l’ancien président de la République Albert Lebrun, l’ancien ambassadeur à Berlin André François-Poncet ou l’ex-président du Conseil italien Francesco Saverio Nitti) font un passage avant d’être transférés ailleurs. Léon Blum et Georges Mandel, qui ont été transférés en Allemagne avec certains des prisonniers d’Itter, ne peuvent eux y être détenus car juifs —le premier finira la guerre à Buchenwald, le second assassiné par la Milice.

Agrandir le plan

En arrivant, les prisonniers peuvent contempler au fronton du château la célèbre citation de la Divine comédie de Dante: «Lasciate ogni speranza, voi ch’entrate» («Abandonnez tout espoir, vous qui entrez ici»). Un enfer, Itter? «Mais ici, c’est le paradis !», lâche pourtant Reynaud en arrivant en mai 1943, à la grande surprise des détenus déjà présents.

Un autre prisonnier a lui décrit une forteresse «qui associe les verrous, les grilles, les sentinelles d’une prison aux commodités d’une pension bourgeoise». Les soldats allemands ont reçu l’ordre d’honorer leurs otages du salut militaire —et non hitlérien— et de les appeler «Excellence». Au menu des journées: repas (relativement copieux), lecture, bridge, gymnastique, messe, séances de bronzage…

Mais l’ambiance entre les détenus se dégrade au fil des arrivées: un symbole des divisions de leur pays et de ses haines recuites, que ces prisonniers de luxe ressassent dans leurs chambres-cellules en polissant les Mémoires qui leur permettront de se justifier à la Libération. Les insultes volent, parfois: Weygand qualifie Reynaud de «voyou», quand ce dernier lui donne du «collabo» et moque le trouble de son visage en apprenant l’entrée de De Gaulle à Bayeux ou la prise de Strasbourg par les troupes françaises.

«Crépuscule des dieux»

Mais ce n’est rien à côté du «crépuscule des dieux» —le mot est d’Edouard Daladier— qui envahit leurs geôliers au fil des défaites allemandes. Ancien officier des camps de Dachau et Maïdanek, le commandant du château-prison, le SS-Hauptsturmführer Sebastian Wimmer, décrit par Harding comme «brutal, peu raffiné et politiquement inepte», sombre ainsi dans l’alcoolisme et des accès de violence erratique après la mort de son frère dans un bombardement. Le 2 mai 1945, deux jours après le suicide d’Hitler dans son bunker, Wilhelm Weiter, le commandant en fuite de Dachau, imite lui le Führer de deux balles dans une des chambres d’Itter.

L’Allemagne est à genoux. Le 4 mai, jour même où l’amiral Dönitz, le nouveau chef du IIIe Reich, entame les négociations en vue d’une cessation des hostilités avec les Alliés, Wimmer quitte précipitamment le château avec sa femme après avoir confié la protection des prisonniers d’Itter à Kurt-Siegfried Schrader, un Waffen-SS du voisinage récemment libéré de ses fonctions et qui a compris que l'effort de guerre allemand est voué à l'échec.

 

L'officier SS Kurt-Siegfried Schrader

Pour les détenus français, la liberté est alors proche et incertaine, et un des grands mérites de l’ouvrage d’Harding (malgré la multiplication des détails militaires qui peuvent perdre le lecteur néophyte) est de peindre toute la complexité de leur situation. Les voilà seuls dans un château-prison déserté de ses geôliers, mais dans une région où croisent à la fois une armée américaine craignant des poches de résistance nazie et peu désireuse de sacrifier des hommes alors que la paix n’est plus qu’une question de jours, une résistance autrichienne qui sort du maquis sept ans après l’Anschluss, des soldats de la Wehrmacht parfois fraîchement enrôlés et peu motivés, mais aussi des éléments SS déterminés à sévir jusqu’au bout…

Leur salut viendra d’hommes dont, contrairement à eux, les noms ne sont pas inscrits dans les livres d’histoire. Un détenu croate et homme à tout faire du château, Zvonimir Cuckovic, que Reynaud et Daladier ont envoyé à vélo porter une lettre aux troupes américaines à Innsbruck, distante de soixante kilomètres. Le cuisinier tchèque de la prison, Andreas Krobot, qui part lui chercher l’aide des résistants autrichiens à Wörgl, le village le plus proche.

Et surtout, de deux soldats jusqu’ici ennemis: un Américain, un Allemand. Le capitaine d’un bataillon de blindés de la 12e division de l’US Army et un major de la Wehrmacht.

Uniforme kaki froissé et cigare aux dents

Le premier est un jeune officier du Nebraska âgé de 27 ans, John C. «Jack» Lee Jr., que le lecteur de l’ouvrage de Peter Harding découvre près de son tank, Besotten Jenny («Jenny l'amoureuse»), croqué de manière hollywoodienne —on ne sera pas surpris d’apprendre qu'une société de production a déjà posé une option sur les droits du livre pour en tirer un film:

«Un homme trapu et puissamment musclé portant un uniforme kaki froissé et un pistolet automatique .45 au côté, un cigare déjà bien mâchonné mais éteint aux dents. […] Il déchira l’enveloppe sans cérémonie et survola rapidement la lettre, puis se hissa sur le Sherman et rentra dans la tourelle. Quelques minutes plus tard, il réapparut et monta sur le moteur à l’arrière du tank, un large sourire au visage. Les yeux fixés sur l’officier allemand, il lui expliqua qu’il s’appelait Lee et qu’il semblait qu’ils étaient tous deux en route pour une mission de sauvetage.»

Jack Lee

L’homme à qui il s’adresse, venu lui remettre sa reddition mais aussi une lettre des prisonniers d’Itter, s’appelle Josef Gangl, et était qualifié en 1935 par ses supérieurs de la Wehrmacht de «national-socialiste dévoué». Il a combattu lors de la campagne de France, été décoré lors de l’invasion de l’URSS, s’est échappé de la poche de Falaise lors des combats d’artillerie en Normandie après le Débarquement —mais a aussi noué des contacts avec la Résistance autrichienne, à qui il offre un soutien logistique à l'hiver 45.

Josef Gangl

Lui et une poignée d'hommes gagnent Itter avec Lee et quelques GI en contournant les barrages de SS et y retrouvent les prisonniers français. Pendant près de vingt-quatre heures, Américains, Allemands et Français résistent, armes à la main —Gamelin ou Reynaud y vont aussi de leurs coups de feu—, aux tentatives d’incursion d’éléments restés fidèles au régime nazi.

Alors que leurs munitions s'épuisent, la dernière tentative d’approche des SS, le 5 mai dans l'après-midi, est tuée dans l’œuf par l’arrivée des renforts américains, guidés par un Borotra qui s'est échappé de manière audacieuse du château, fidèle à son surnom de «Basque bondissant». Après vingt-quatre heures de siège, les libérateurs d’Itter sont accueillis par Jack Lee d’une petite phrase historique et ironique: «Qu’est-ce qui vous a pris aussi longtemps?»

Une dépêche de l'Associated Press annonçant la libération d'Itter (reproduite par le Telegraph-Herald)

«L'histoire la plus dingue»

Une arrivée que ne verra pas Gangl, abattu lors du siège par un tir ennemi —et c’est tout le paradoxe du récit de Harding que d’avoir pour scène la plus émotionnelle la mort d’un officier ayant servi pendant dix-sept ans dans la Wehrmacht, célébré aujourd’hui comme un héros de la résistance autrichienne:

«Il avait à peine fait dix pieds qu’il chuta sur les pavés de la cour dans une position étrange, son casque à visière roulant au sol quelques pas derrière lui. […] Quand du sang commença rapidement à former une flaque autour de sa tête, il devint évident que Sepp Gangl, un homme de valeur qui avait survécu à l’enfer de Stalingrad et au maelstrom de Normandie, avait été abattu par la balle d’un sniper.»

Le château d'Itter en 2010. Svíčková via Wikimédia Commons

Les autres personnages principaux de la bataille d’Itter y ont eux survécu, et Harding résume le destin de chacun d’une poignée de lignes en épilogue de son livre, là encore comme dans un film hollywoodien.

Les Français ont retrouvé leur pays libéré et, pour beaucoup, une fonction, un siège, voire un portefeuille. Arrêté quelques semaines plus tard et détenu dans un camp géré par les autorités françaises, Sebastian Wimmer a été «inexplicablement» libéré dès 1949, malgré sa participation au système concentrationnaire, et s’est suicidé trois ans plus tard. Après avoir passé deux ans en prison, Kurt-Siegfried Schrader a lui occupé des fonctions politiques dans le Land de Rhénanie du Nord-Westphalie.

Quant à Jack Lee, à son retour aux Etats-Unis, il a vécu une vie tumultueuse et triste. Successivement joueur de football américain, coach, barman ou hôtelier, il est mort en 1973 à seulement 54 ans, probablement d'une maladie liée à son alcoolisme. Quelques mois plus tôt, explique Harding, il avait répondu d'une brève phrase à un journaliste qui l’interrogeait sur ce qui s’était passé à Itter: «Eh bien, c’était l’histoire la plus dingue.»

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte