Monde

Madoff condamné à 150 ans de prison

Temps de lecture : 2 min

Bernard Madoff a été condamné, lundi 29 juin 2009, à 150 ans de prison. Il avait plaidé coupable en mars 2009 des 11 chefs d'accusation portés contre lui. Le ministère public avait alors requis la peine maximale de 150 ans de prison pour l'ancien courtier new-yorkais. «A fraude exemplaire, peine exemplaire», lit-on dans LeFigaro.fr.

Madoff a ainsi écopé de la peine maximale. Il avait auparavant présenté ses excuses aux victimes de son escroquerie, affirmant qu'il devra «vivre avec cette douleur» le reste de sa vie. Le financier avait avoué n'avoir jamais investi un centime des sommes qu'il avait en portefeuille. Il avait monté un «schéma de Ponzi», une cavalerie financière qui consiste à rémunérer les investisseurs avec l'argent déposé par de nouveaux clients. Le système avait fonctionné jusqu'au jour où les demandes de retrait avaient explosé avec la crise de l'automne 2008. La somme des investissements perdus s'élève à plusieurs dizaines de milliards de dollars.

Son avocat avait demandé l'indulgence en raison de l'âge avancé du financier new-yorkais. Mais rien n'y a fait, le cas Madoff devait servir d'exemple. «C'est là le message qu'il faut répandre : les crimes commis par Madoff étaient extraordinairement diaboliques», a déclaré le juge Chin. Bernard Madoff devrait donc finir sa vie en prison.

[Lire l'article complet sur The Wall Street Journal]

(Photo: Père Noël Madoff, DoctorWho / Flickr )

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 16 au 22 novembre

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 16 au 22 novembre

Plongée dans la logorrhée du futur ex-président américain.

L'élection de Joe Biden peut rebattre les cartes en Asie-Pacifique

L'élection de Joe Biden peut rebattre les cartes en Asie-Pacifique

S'il réactivait l'accord transpacifique duquel Trump s'était retiré, le futur président des États-Unis troublerait la toute nouvelle plus grande zone de libre-échange au monde.

Près de trois-quarts des femmes ont peur de faire du sport en extérieur dans l'obscurité lors du confinement

Près de trois-quarts des femmes ont peur de faire du sport en extérieur dans l'obscurité lors du confinement

Cela joue sur la santé mentale, alors que l'hiver arrive.

Newsletters