Monde

Madoff condamné à 150 ans de prison

Temps de lecture : 2 min

Bernard Madoff a été condamné, lundi 29 juin 2009, à 150 ans de prison. Il avait plaidé coupable en mars 2009 des 11 chefs d'accusation portés contre lui. Le ministère public avait alors requis la peine maximale de 150 ans de prison pour l'ancien courtier new-yorkais. «A fraude exemplaire, peine exemplaire», lit-on dans LeFigaro.fr.

Madoff a ainsi écopé de la peine maximale. Il avait auparavant présenté ses excuses aux victimes de son escroquerie, affirmant qu'il devra «vivre avec cette douleur» le reste de sa vie. Le financier avait avoué n'avoir jamais investi un centime des sommes qu'il avait en portefeuille. Il avait monté un «schéma de Ponzi», une cavalerie financière qui consiste à rémunérer les investisseurs avec l'argent déposé par de nouveaux clients. Le système avait fonctionné jusqu'au jour où les demandes de retrait avaient explosé avec la crise de l'automne 2008. La somme des investissements perdus s'élève à plusieurs dizaines de milliards de dollars.

Son avocat avait demandé l'indulgence en raison de l'âge avancé du financier new-yorkais. Mais rien n'y a fait, le cas Madoff devait servir d'exemple. «C'est là le message qu'il faut répandre : les crimes commis par Madoff étaient extraordinairement diaboliques», a déclaré le juge Chin. Bernard Madoff devrait donc finir sa vie en prison.

[Lire l'article complet sur The Wall Street Journal]

(Photo: Père Noël Madoff, DoctorWho / Flickr )

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Le commerce équitable: un levier de résilience et d’adaptation aux effets du changement climatique

Le commerce équitable: un levier de résilience et d’adaptation aux effets du changement climatique

Les producteurs des pays en voie de développement sont les premiers touchés par les conséquences du réchauffement climatique. Ils se trouvent souvent en première ligne face à aux cyclones, aux ouragans, aux épisodes de sécheresse ou aux inondations qui réduisent le volume des récoltes et vont parfois jusqu’à les décimer. L’ONG Max Havelaar met tout en œuvre pour que les producteurs et productrices soient plus fort.e.s et résilient.e.s face aux aléas climatiques et leurs conséquences, mais aussi pour les accompagner dans la réduction de leur impact sur l'environnement.

Des nourrissons hospitalisés à cause de la pénurie de lait infantile aux États-Unis

Des nourrissons hospitalisés à cause de la pénurie de lait infantile aux États-Unis

Parents et médecins ne cessent de tirer la sonnette d'alarme face à une situation qui s'aggrave.

Préserver le patrimoine culinaire ukrainien, un acte de résistance

Préserver le patrimoine culinaire ukrainien, un acte de résistance

C'est ce qu'a entrepris Olga Koutseridi, originaire de Marioupol, en archivant le plus grand nombre de recettes possible.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio