France

Que deviennent les ministres virés?

Slate.fr, mis à jour le 29.06.2009 à 15 h 23

Nicolas Sarkozy a fait le ménage. Huit ministres ou secrétaires d'Etat ont fait les frais du remaniement en quittant le gouvernement. LeFigaro.fr fait le point sur leur avenir et distingue quatre catégories: les européens, les mis en cause, les déçus et les furieux.

Les cas les moins compliqués — a priori — sont ceux de Michel Barnier et Rachida Dati, qui sont élus députés européens et qui devraient siéger à Satrasbourg. Sauf que Barnier se verrait bien à la Commission européenne et que Dati pourrait prendre un poste d'avocate d'affaires.

L'avenir de Bernard Laporte et d'André Santini sont suspendus, selon LeFigaro.fr, à leurs soucis judiciaires. Laporte peut toujours rêver du poste de président du PSG, tandis que Santini se satisferait déjà de la récupération de son siège de député.

Du côté des «déçus», Roger Karoutchi et Christine Albanel cherchent un point de chute. Si pour l'ex-ministre de la Culture, la présidence d'Arte s'éloigne, l'ex-secretaire d'Etat espère conquérir le poste de président du groupe UMP au Sénat.

Enfin, les «furieux» alimentent la polémique, vexés d'avoir été exfiltrés du gouvernement sans même un coup de fil. C'est le cas de Christine Boutin, qui dénonce un «délit de sale gueule» et d'Yves Jégo qui est persuadé que les békés, Total et le Medef ont eu sa peau.

[Lire l'article complet sur LeFigaro.fr]

(photo de Une: Christine Albanel à l'Assemblée, Reuters)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte