Sports

De Borg à Nadal: comment le tennis va 15% plus vite qu'il y a 30 ans

Temps de lecture : 2 min

Nous avons comparé un échange Nadal-Djokovic en 2012 avec un échange Borg-Vilas de 1978. Attention les yeux et les oreilles.

Nostalgie, nostalgie! Roland-Garros, pour les fans de tennis, c’est souvent des souvenirs d’enfance ou d’adolescence. Pour ceux qui ne fréquentaient pas les allées de la porte d’Auteuil, comme on l’entend sur France Télévisions, Roland, c’était surtout des mercredi devant la télé ou des heures de révisions devant le Tournoi.

Forcément, on a tous été jeunes, et quand vient le mois de mai, on se souvient des joueurs qui ont émaillé ces après-midi ensoleillés (oui, en ce temps-là, il faisait toujours beau fin mai à Paris). Vilas, Chris <3 <3 <3 Evert, Borg, Connors, Nastase, Navratilova, Lendl, McEnroe, Mandlikova, puis pour les plus jeunes Mecir, Seles, Courier, Graf, Agassi, Sampras, Pernfors. Et oui, Yannick Noah aussi qui, trente ans après sa victoire à Paris, fait beaucoup pour que la nostalgie continue. Enfin, pour être précis, c’est plutôt parce qu’aucun Français n’a réussi à soulever le trophée depuis 30 ans que Noah a accordé des entretiens au Monde, à France Inter...

Bref, à écouter les plus vieux d’entre nous, l’âge d’or du tennis, c’était avant (avant, disons le génial Kuerten, le sublime Federer, le roi Nadal...). Ça prend la forme d’un «haaaaa», suivi d’un geste précis, puis d’un nom. Exemple: «Haaaa, la volée d’Edberg» ou «Haaa, le déplacement de Mecir», etc. (on peut même deviner une larme dans l’œil pour les plus vieux, dont le volume augmente en fonction de l’âge et de ses propres incapacités à effectuer une glissade sur terre battue.)

Bon, vraiment, c’était mieux avant? Sportivement, il est toujours impossible de comparer les périodes. Les physiques des joueurs ont changé, la technologie aussi. Comment comparer un Borg, né en en 1956, et un Nadal, né 30 ans plus tard (oui, il est né trois ans après la victoire de Noah contre Wilander...) Comment comparer les raquettes en bois avec des boyaux naturels avec les bijoux technologiques d’aujourd’hui? Alors quand on regarde un match à Roland-Garros en 2013 et qu’on jette un œil sur YouTube et Dailymotion à la recherche des vidéos vintage, on prend un sacré coup de vieux (pour ceux qui sont nés avant 1983), ou on se fend sacrément la poire (ceux nés après).

Nous avons donc comparé deux matchs[1]. Le premier, un Vilas-Borg de 1978. A cette époque, il fallait se caler dans son canapé, en regardant des crocodiles s’envoyer la balle blanche, et laisser du temps au temps. Au cours de ce match, un échange entre le Suédois et l’Argentin va durer plus de deux minutes. La balle va passer 86 fois au dessus du filet... Oui, 86 fois.

Trente-quatre ans plus tard –un siècle–, un autre face-à-face de légende, en finale l'an dernier entre Nadal et Djokovic. 44 échanges au compteur, deux fois moins. Mais c’est un autre tennis. La violence des coups, la puissance des corps, la vitesse des déplacements est incroyable. Pour la mesurer, nous avons monté ces deux «rallies», comme disent les Britanniques, face à face.

Et nous avons laissé la vidéo des anciens courir après la fin du point entre le Serbe et l’Espagnol. Laissé le son des deux vidéos.

Et attendu 8 secondes pour laisser atteindre le 44e échange aux deux vieux. Soit environ 15% de vitesse en moins...

Un siècle.

Johan Hufnagel (premier Roland-Garros en 1981)

[1] Voici le match de 1978, la vidéo est calé sur le point choisi:

et son point de comparaison de 2010:

Retourner à l'article

Article actualisé le 3 juin 2013 à 19h45: une erreur de calcul nous avait fait écrire dans un premier temps que le second échange va 20% plus vite que le premier. Il s'agit en réalité de 15%.

Newsletters

Le football français a encore des buts à se fixer en matière d'écologie

Le football français a encore des buts à se fixer en matière d'écologie

Alors que les supporters comptent les jours précédant la reprise du championnat français, le sport le plus populaire de l'Hexagone n'a pas encore pris conscience de son impact environnemental.

Le vélo électrique à la conquête du grand public

Le vélo électrique à la conquête du grand public

Attrayant mais plus cher, le grand frère de la bicyclette traditionnelle cherche à s'imposer.

Être mascotte sportive est un métier à part entière (et peut rapporter gros)

Être mascotte sportive est un métier à part entière (et peut rapporter gros)

Les plus performantes et célèbres de ces personnes cachées derrière un costume peuvent toucher un salaire annuel à six chiffres.

Newsletters