Monde

Comprendre la présidentielle iranienne façon quiz

Temps de lecture : 2 min

Qui sont les candidats qui restent en lice pour l'élection du 14 juin? Pourquoi ont-ils été préférés par le Conseil des gardiens de la Constitution? Quelle est leur influence? Quels secrets cachent-il? Testez vos connaissances sur l'Iran.

L'actuel président iranien Mahmoud Ahmadinejad à New York en septembre 2012. REUTERS/Brendan McDermid
L'actuel président iranien Mahmoud Ahmadinejad à New York en septembre 2012. REUTERS/Brendan McDermid

Sur les 686 candidatures déposées auprès du ministère de l'Intérieur iranien le 11 mai 2013, le Conseil des gardiens de la Contitution n'a retenu que huit candidats pour la présidentielle du 14 juin. Le successeur de Mahmoud Ahmadinejad se trouve parmi eux.

Parmi les candidatures rejetées, celle du poulain de Mahmoud Ahmadinejad, Esfandiar Rahim-Mashaie pose problème puisqu’elle risque de soulever la colère de l'actuel président iranien et de son clan au pouvoir. La plupart des candidatures de réformateurs ont été refusées ainsi que celle de l'ancien président iranien Ali Akbar Hachemi Rafsandjani, pilier de la République islamique. Celui-ci n'a pas pu rester silencieux bien longtemps. «Ce que cet organe a fait est pire que les ennemis étrangers», a déclaré l'ancien chef d’Etat iranien devant ses collaborateurs.

Qui sont les candidats qui restent en lice? Pourquoi ont-ils été préférés par le Conseil des gardiens de la Constitution? Quelle est leur influence? Quels secrets cachent-il? Testez vos connaissances sur l'Iran et découvrez-les à travers ce quiz (si vous obtenez la moyenne et que vous n’êtes pas candidat à la présidentielle iranienne, chapeau bas).

Bahar Makooi

Newsletters

YouTube, réseau préféré de l’extrême droite américaine

YouTube, réseau préféré de l’extrême droite américaine

Le site de partage de vidéos est l'un des outils de radicalisation les plus puissants.

Une petite annonce fait tomber Républicains et Démocrates dans le même panneau

Une petite annonce fait tomber Républicains et Démocrates dans le même panneau

Les deux camps avaient tort.

À Londres, les élites déclarent la guerre aux sous-sols géants

À Londres, les élites déclarent la guerre aux sous-sols géants

Les propriétaires des quartiers chics londoniens ne veulent plus des extensions souterraines démesurées des résidences de leur voisinage.

Newsletters