Culture

Paris Match récompense un reportage truqué

Temps de lecture : 2 min

Les étudiants qui avaient remporté le concours du grand reportage Paris Match pour leurs photos sur la précarité étudiante, Guillaume Chauvin et Rémi Hubert, ont avoué avoir fait une mise en scène pour leurs photos, rapporte lemonde.fr.

Etudiants aux Arts Déco de Strasbourg, ils ont lu un texte lors de la remise du prix à la Sorbonne, à Paris, expliquant que leur démarche avait pour but de critiquer «le voyeurisme et la complaisance» du discours médiatique. Ils avaient en effet poussé le voyeurisme à outrance dans leur faux reportage, avec des phrases comme: «Quand j’ai vu par hasard une de mes élèves faire le trottoir, j’ai eu un choc», citation supposée d'un «membre du corps enseignant.» Ils ont expliqué qu'ils pensaient en avoir trop fait et que leur projet ne passerait pas. Mais si.

Sur son site, Paris Match explique avoir finalement décidé d’annuler le trophée du Grand Prix. «En revanche, le Comité du Grand Prix a souhaité maintenir la bourse de 5000 Euros destinée à l’Ecole Supérieur des Arts Décoratifs de Strasbourg où sont inscrits les deux étudiants, et participer ainsi aux soutiens nécessaires en faveur de ceux dont ils ont voulu raconter la vie».

[Lire l'article complet sur lemonde.fr]

(crédit photo de Une: capture d'écran du site Paris Match.fr)
Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Les séries télé ont une méchante influence sur notre consommation d'alcool

Les séries télé ont une méchante influence sur notre consommation d'alcool

Ces programmes sont imprégnés de références à l'alcool. Et cela perturbe notre rapport à la boisson.

5 recommandations du Slate Podcast Club, épisode 13

5 recommandations du Slate Podcast Club, épisode 13

Inégalités raciales, style vestimentaire et vie de free-lance, découvrez la sélection hebdomadaire des membres de notre groupe Facebook.

Écriture inclusive: le retour du «péril mortel»?

Écriture inclusive: le retour du «péril mortel»?

[TRIBUNE] Les signataires de la tribune de Marianne grondent contre l'impertinence de celles et ceux qui osent se réapproprier leur langue, au lieu de participer à un mouvement qui ne s'arrêtera plus.

Newsletters