Monde

L'appel anti-Berlusconi des femmes italiennes

Temps de lecture : 2 min

«Nous sommes profondément indignées, en tant que femmes impliquées dans le monde de l'université et de la culture, de la façon dont le président du Conseil, Silvio Berlusconi, traite les femmes, et ce sur la scène publique comme privée. (...) Nous lançons un appel aux premières dames des pays concernés par le prochain G8 qui se tiendra à l'Aquila, pour qu'elles boycottent le rendez-vous italien, et affirment ainsi avec force que l'abaissement des femmes dans un pays offense et atteint les femmes de tous les pays.»

Dans cet appel, publié sur le site de La Repubblica, quatre femmes professeurs d'université entendent lutter contre l'image que Silvio Berlusconi projette des femmes. Entre ses frasques personnelles et la façon dont les femmes sont traitées dans les institutions, ayant à affronter des comportements sexistes et réflexions désobligeantes, les signataires de l'appel estiment que la présence des femmes sur la scène publique est gravement ébranlée.

Le contrôle exercé par Berlusconi sur la plupart des médias italiens rend difficile, expliquent-elles, de diffuser cet appel et de créer une solidarité féminine.

[Lire l'article complet sur La Repubblica]

(photo: Reuters / Silvio Berlusconi à la mi temps d'un match de football du Milan AC)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr


Slate.fr

Newsletters

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Au Japon, un moine en burn-out porte plainte contre ses employeurs

Le milieu bouddhiste semble lui aussi touché par le «karoshi», la mort par surmenage, connu pour faire des victimes dans le pays.

Les «hommes caïmans» de Centrafrique nourrissent les fantasmes les plus fous

Les «hommes caïmans» de Centrafrique nourrissent les fantasmes les plus fous

Sur la rivière Oubangui, qui marque la frontière naturelle entre la République centrafricaine et la République démocratique du Congo, ceux qui s’apparentent à des pêcheurs trompent le regard des badauds venus se désaltérer dans les bars du...

Newsletters