Sports

Qui peut sauver le tennis britannique?

Temps de lecture : 2 min

Chaque année, au mois de juin, une vague d'optimisme s'empare des médias anglais à l'approche du tournoi de Wimbledon. Chaque année, un joueur britannique est désigné pour être le premier joueur depuis Fred Perry en 1936 à remporter le Graal. Et chaque année, il perd. Aucun joueur britannique n'a gagné de tournoi du grand chelem dans l'ère Open, et le Royaume-Uni ne place actuellement qu'un joueur dans le top 100 mondial. Longtemps, les attentes de toute une nation reposaient sur les épaules de Tim Henman, quatre fois demi-finaliste malheureux; aujourd‘hui, elles sont sur celles d'Andy Murray.

Comment expliquer ces mauvais résultats, alors que le tennis britannique est un des plus riches au monde avec 76,5 millions de dollars de recettes en 2008? Certains accusent les joueurs britanniques d'être trop choyés, avec pour preuve le centre national flambant neuf de Roehampton et ses menus dignes d'un restaurant 3 étoiles, explique le Wall Street Journal, tandis que les joueurs australiens par exemple sont entraînés «à la dure» avec des méthodes d'entraînement physique rigoureuses.

Une autre explication, plus facilement vérifiable, est le peu de joueurs disponibles. Le nombre de licenciés est ainsi passé de 950.000 en 2003 à 750.000 en 2009, et cette baisse est particulièrement forte chez les moins de 14 ans. L'image élitiste du tennis en Angleterre est une autre source de problèmes pour la fédération, qui a du mal à former de jeunes champions et compte trop de joueurs «occasionnels.»

[Lire l'article complet sur le site du Wall Street Journal]

(Photo: FDWR, Flickr)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Un joueur de foot irlandais condamné à une amende par son club pour une référence à l’IRA

Un joueur de foot irlandais condamné à une amende par son club pour une référence à l’IRA

James McClean, milieu de terrain de Stoke City, a posté une photo de lui donnant une «leçon d’histoire» à ses enfants, avec une cagoule, faisant directement référence à l’IRA.

De Buenos Aires à Molenbeek, pas besoin d'être Megan Rapinoe pour s'affirmer avec un ballon

De Buenos Aires à Molenbeek, pas besoin d'être Megan Rapinoe pour s'affirmer avec un ballon

Un collectif de photojournalistes bruxellois a exploré le rapport des femmes au football à travers le monde.

Maillot à l'envers, les championnes du monde de foot réclament l'égalité salariale

Maillot à l'envers, les championnes du monde de foot réclament l'égalité salariale

Bien plus populaires et bien plus performantes que leurs camarades masculins, les joueuses de l'équipe nationale courent encore après la reconnaissance financière qui leur est due.

Newsletters