La politique ne doit pas être un vrai métier

L'Assemblée nationale. REUTERS/Jacky Naegelen.

L'Assemblée nationale. REUTERS/Jacky Naegelen.

L'exigence de transparence restera illusoire en l'absence d'une limitation du cumul des mandats dans le temps et d'un vrai statut de l'élu, qui empêcheraient le milieu politique de s'autonomiser du reste de la société.

C’est entendu, on ne doit pas s’enrichir grâce à la politique. L’exigence de transparence, dont on nous rebat aujourd’hui les oreilles et sur laquelle des annonces sont attendues pour le conseil des ministres du mercredi 24 avril, est supposée répondre à cette légitime préoccupation.

Mais doit-on vivre de la politique? La question est plus complexe encore. C’est celle de la professionnalisation d’une activité éminemment paradoxale, tout à la fois au service des citoyens et située au-dessus d’eux.

La politique est devenue un métier à partir du milieu du XIXème siècle, et il n’y a pas lieu de le regretter. C’est en 1848 qu’est instituée, en même temps que le suffrage universel, une «indemnité législative» qui ouvre les portes de la représentation nationale aux classes populaires. En son absence, seuls les notables fortunés pouvaient se permettre de siéger dans les assemblées parlementaires.

La professionnalisation de l’activité politique est encore le fruit de l’autonomie gagnée par cette sphère au cours des siècles. L’élargissement du rôle de l’Etat a engendré une bureaucratie de plus en plus envahissante, telle que l’a bien analysée le sociologue Max Weber.

Ceux que l’on appellera «technocrates» ultérieurement devront alors être encadrés par des «élus», à moins que ce ne soit l’inverse. Toujours est-il que la complexité et l’emprise croissantes de l’Etat sur la société ont suscité l’émergence de métiers politiques à part entière.

Caste de professionnels

Pour toute une série de raisons, la professionnalisation de l’univers politique a toutefois été poussée beaucoup trop loin. A gauche comme à droite, le jeu des carrières électorales a secrété une élite de plus en plus spécialisée. Sa longévité et sa reproduction ont été assurées par tout un système de cumul des mandats, de contrôle des fiefs locaux et de maîtrise des appareils politiques.

Une caste de professionnels de la politique a ainsi pu contrôler progressivement le jeu démocratique. Le phénomène est porté à son paroxysme lorsque les responsabilités échoient à des personnes qui n’ont jamais exercé d’autre activité professionnelle dans leur existence.

Du temps de sa splendeur, le PCF se vantait d’envoyer des ouvriers à l’Assemblée nationale. En réalité, les dirigeants communistes faisaient élire des permanents aguerris qui avaient quitté l’usine depuis belle lurette. Mais cette mémoire sociale n’était pas sans effet. On pourrait dire à peu près la même chose de tous les enseignants qui sont devenus élus dans les années soixante-dix ou quatre-vingt.

La dévitalisation militante de «partis de masse», qui sont au demeurant toujours restés de taille modeste en France, a porté un coup fatal à cette forme particulière de promotion sociale que représentait l’élection pour certains citoyens. On ne voit plus guère de syndicalistes ou de militants associatifs expérimentés entrer à l’Assemblée nationale. Le manque d’ouverture sur l’univers social se caractérise aussi par le faible nombre de chefs d’entreprise qui osent se lancer dans l’arène politique.

Un univers auto-référentiel

Le personnel politique est de plus en plus recruté selon une logique interne au microcosme. François Fillon est «assistant parlementaire» de métier. Nombre de dirigeants socialistes, comme Delphine Batho ou Benoît Hamon, sont passés directement d’une activité militante de jeunesse à des fonctions politiques. Ces «professionnels de la profession» s’exposent à vivre dans un dangereux univers auto-référentiel.

«Le milieu politique est le plus souvent tout entier affairé autour des enjeux spécifiques qui le structurent», observe le politiste Daniel Gaxie, qui précise:

«Il s’agite à propos des alliances, des candidatures, des relations entre les partis et les chefs de partis, de la préparation ou du résultat des élections, de la perspective d’un remaniement gouvernemental, des rivalités interpersonnelles, des réactions des électeurs ou de tout ce qui peut affecter la popularité des partis, des dirigeants et du gouvernement.»

Ces logiques internes sont aggravées par l’homogénéité sociale et culturelle qui caractérise les milieux politiques français. On sait qu’un seul «ouvrier», Patrice Carvalho (PCF), siège actuellement au Palais-Bourbon. Ouvriers et employés ne représentent que 1,9% des députés contre 18,8% en 1945, selon le politiste Patrick Lehingue. Plus de 80% d’entre eux appartiennent à l’univers des «cadres et professions intellectuelles supérieures», qui ne représente que 17% de la population active.

Bourgeoisies d’appareil

La décentralisation, avec la multiplication des élus et des emplois publics qui gravitent autour qui en résulte, a également contribué à la constitution d’une classe de professionnels dépendant de la politique pour vivre. «La gauche se structure ainsi de plus en plus par rapport à une spécificité institutionnelle française: la quantité importante de mandats électifs liés à l’empilement des institutions locales», constate le politiste Rémi Lefebvre.

Les Verts eux-mêmes, longtemps adeptes d’une manière de faire la politique «autrement» et méfiants à l’égard des processus de notabilisation, sont désormais aimantés par des positions de pouvoir. «J’estime à deux mille le nombre d’élus et de salariés politiques, sur cinq mille adhérents réels», affirme Martine Billard, ancienne députée écologiste de Paris passée au Parti de gauche.

La dénonciation la plus cruelle de ces phénomène a été prononcée par Gaëtan Gorce. Pointant «un processus d'oligarchisation de l'appareil dirigeant du parti», le sénateur socialiste de la Nièvre relie la «confiscation» du PS «par une bourgeoisie d'appareil» au «produit d'une professionnalisation à outrance de la vie publique qui fait que l'on devient toujours plus tôt, toujours plus jeune, dépendant, pour vivre, d'un mandat ou de celui ou celle qui l'exerce».

Limiter le cumul dans le temps

Comment sortir d’une pareille spirale? Il serait vain de compter sur une prise de conscience, de la part de la classe politique, du danger qu’elle court à s’autonomiser à ce point de la société.

Rarissimes sont les cas d’élus qui abandonnent volontairement tous leurs mandats pour tenter une reconversion professionnelle et laisser la place à d’autres. La «tentation de Venise», autrefois chantée par Alain Juppé, tient du mythe. Les politiques disent «Je pourrais parfaitement faire autre chose» comme les alcooliques répètent «J’arrête de boire quand je veux».

Le remède radical serait d’instituer une limitation du cumul des mandats, non seulement dans l’espace mais dans le temps. Cela éviterait la constitution d’un classe de professionnels de la politique quasiment à vie.

Bien sûr, les plus malins tenteraient de contourner cette contrainte en passant d’un type de mandat à l’autre. Mais un tel dispositif introduirait tout de même une plus grande porosité entre la politique et la société.

Encore faudrait-il alors se pencher sérieusement sur le statut de l’élu. Un renouvellement de la classe politique n’est envisageable que si l’engagement en son sein au cours d’une vie professionnelle devient moins périlleux.

Il est des métiers que l’on peut mettre entre parenthèse, le temps d’un mandat électif, plus difficilement que d’autres. Ce n’est pas un hasard si aussi peu de salariés du privé ou d’entrepreneurs siègent sur les bancs de l’Assemblée nationale. Les dispositifs facilitant un aller et retour entre vie professionnelle et mandat électif restent à inventer.

Eric Dupin

A LIRE AUSSI