Partager cet article

En 2014, l'Europe dynamitée façon puzzle?

Une carte de l'Europe. REUTERS/Kai Pfaffenbach.

Une carte de l'Europe. REUTERS/Kai Pfaffenbach.

L'année prochaine devrait notamment être marquée par des référendums régionaux en Catalogne et en Ecosse et par une série d'élections décisives en Belgique. Nouveau souffle démocratique ou air d'avant-guerre?

Nouveau souffle démocratique ou air d'avant-guerre? L'Europe est actuellement agitée de nombreux processus séparatistes.

Il y a les référendums d'autodétermination annoncés pour l'année prochaine en Catalogne et en Ecosse, où sa date a d'ores et déjà été fixée au 18 septembre 2014. Parallèlement, d'autres régions européennes, telles que le Pays Basque ou la Flandre, connaissent, ces derniers temps, une progression importante de leurs mouvements indépendantistes. En France, la Nouvelle-Calédonie entrera également l'année à venir dans un processus d'autodétermination à l'issue bien incertaine.

«Les mouvements indépendantistes en Europe, malgré la diversité des situations, souhaitent approximativement la même chose: le droit à l’autodétermination», affirme Mikael Bodlore-Penlaez, auteur de L'Atlas des nations sans état en Europe. Une nouveauté cependant, «l'utilisation de l'arme référendaire pour une majorité d'entre eux».

Vincent Laborderie, chercheur en relation internationale à l'université catholique de Louvain (Belgique), souligne quant à lui les différences fondamentales qui peuvent exister entre tous ces séparatismes:

«L'Ecosse est un nationalisme ancien, identitaire, qui, contrairement aux autres, n'est pas un nationalisme de riches fatigués de partager avec le reste du pays. La Flandre, la Catalogne et l'Italie du nord sont par contre eux davantage dans cette démarche.»

Le changement majeur des années 2010 est le retour en force du politique et du juridique face aux stratégies de lutte armée de basse intensité des décennies précédentes. Et parfois, les choses se passent même sans heurts: «Au Royaume-Uni, en cas d'indépendance écossaise, il n'y aura pas de crise politique internationale», argumente Vincent Laborderie.

Et effectivement, en fin manoeuvrier, Alex Salmond, le leader du Scottish National Party, a soigneusement évité tous les mots qui fâchent: les Ecossais indépendants seront membres du Commonwealth avec la reine d'Angleterre pour chef d'état (symbolique), la livre sterling sera toujours la monnaie nationale et le très précieux pétrole de la mer du Nord sera équitablement réparti entre Londres et Edimbourg, tout comme le poids de la dette.

Démarches légalistes et tensions politiques

Alors que l'actualité avait mis en avant, depuis les années 70, les sanglants conflits basques et irlandais (régions où force est de constater que les processus sont au point mort), les tranquilles vagues de fond écossaise et catalane ont pris une ampleur inédite ces dix dernières années. Les pacifiques mouvements indépendantistes écossais, catalans et flamands n'ont jamais été aussi prêts du but... de manière non-violente.

«Dans chacun des processus en cours, le respect des règles de la démocratie a été l'un des points d'honneur des leaders indépendantistes, à droite comme à gauche de l'échiquier politique: Alex Salmond en Écosse, Artur Mas en Catalogne ou Bart de Wever en Flandre. C'est également ce qui avait guidé ce même mouvement dans les années 1990 en Estonie, en Lettonie, en Lituanie, en Slovaquie ou en Slovénie», précise Mikael Bodlore-Penlaez. Les guérillas référendaires ont pris la suite des guérillas tout court.

Ces démarches légalistes n'empêchent pas des tensions politiques. En Catalogne, le référendum prévu risque de ne pas se dérouler avec le même flegme british que son pendant écossais, les autorités espagnoles multipliant les recours devant le tribunal constitutionnel à chaque nouvelle atteinte à «l'indivisible unité de la nation espagnole». Le dernier date du 1er mars quand la vice-présidente du gouvernement, Soraya Saènz de Santamaria, a annoncé son intention de présenter tous les recours possibles devant la plus haute juridiction espagnole afin de faire annuler la «déclaration de souveraineté» nouvellement adoptée par le parlement catalan.

Et le tribunal constitutionnel espagnol risque fort d'être le goulot d'étranglement de toute la problématique catalane. Celui-ci avait, en effet, retoqué en 2008, le «plan Ibarretxe», du nom du lehendakari, chef du gouvernement autonome basque de l'époque, qui prévoyait la possibilité pour le Pays Basque de devenir un état «librement associé» à l'Espagne sur le modèle Porto-Rico/Etats-Unis. La volonté sécessionniste de Barcelone risque donc de connaître le même sort.

Cependant, en cas de victoire au référendum, la pression catalane ne pourra être contenue par un simple jugement constitutionnel. Or, une déclaration unilatérale d'indépendance mettrait les cerveaux en ébullition autant à Bruxelles qu'à Madrid. Et il n'y a pas que les stylos qui bouillonneront! Certains militaires espagnols ont clairement indiqué qu'une intervention de l'armée était possible si la république catalane était proclamée. Atmosphère, atmosphère...

Scénarios européens

Le thème de l'Europe est, à lui seul, un enjeu majeur dans tous ces processus. L'adhésion à l'Union Européenne des éventuelles nouvelles nations indépendantes a longtemps alimenté les débats des experts juridiques, car aucun leader nationaliste ne souhaitait devoir rester au ban de l'Europe. «70% des Catalans ne veulent pas quitter l'Union européenne», souligne Vincent Laborderie. Pour mettre fin aux surenchères, le président de la Commission européenne José Manuel Barroso a tranché: les nouveaux Etats devront présenter une adhésion en bonne et due forme!

Le SNP, au pouvoir à Edimbourg, sait que la question européenne sera l'un des enjeux majeurs du référendum pour l'indépendance. En prévision, les stratèges écossais ont trouvé la parade: l'exemple norvégien. Hors de l'Union Européenne, la Norvège voit son économie, stable et prospère, reposer en bonne part sur la manne pétrolière de la Mer du Nord. Le scénario pourrait être celui de l'Ecosse indépendante d'ici quelques mois.

En Flandres, l'épineuse question du devenir de la capitale européenne Bruxelles impacte également profondément le processus «d'évaporation de la Belgique» imaginé par Bart de Wever. Les trois rendez-vous électoraux programmés en 2014 dans le royaume d'outre-Quiévrain (législatives, régionales, européennes) risquent de remettre la question en avant.

Economie, fait politique, langue et culture

Reste une question: pourquoi, à l'heure de la construction européenne et de l'effacement global des frontières, existe-t-il une telle floraison de processus séparatistes?

«Les processus de supranationalité et de dérégulation économique et financière incitent au renforcement des frontières», affirme Anne-Marie Thiesse, directrice de recherche au CNRS et spécialiste des identités régionales et nationales. «Tout cela peut valider des processus autonomistes devenant sécessionnistes par recherche d'une refondation du politique.»

A l'heure du «tout économique», le renforcement du fait politique est un leitmotiv qui revient régulièrement dans les revendications indépendantistes: «Nous avons le sentiment d'être perdants dans notre relation avec le Royaume-Uni et le fait d'être indépendants nous permettra de faire nos propres choix», explique à Slate le représentant SNP d'Anniesland, dans la banlieue ouest de Glasgow, peuplée en majorité de retraités et de sans-emplois. Et le militant écossais de souligner la dichotomie entre les choix politiques de l'Ecosse et la réalité de l'ensemble britannique:

«Nous autres Ecossais n'avons élu qu'un seul parlementaire conservateur... et ce sont ces derniers qui sont au pouvoir au 10 Downing Street!»

Outre les questions de démocratie locale et de «retour du politique», les tensions linguistiques et culturelles sont également au centre des débats. En Flandre, l'enjeu de la langue et des délimitations communautaires entre Wallons et Flamands est un point nodal de tension politique. En Catalogne et au Pays Basque, l'argument linguistique est un des fondamentaux des nationalismes locaux.

Enfin, troisième point commun à cette vague indépendantiste: l'enjeu économique. Et, crise oblige, celui-ci pèse lourdement dans les processus en marche. «La question de la dette, par exemple, a une grosse influence dans le cas catalan», précise Vincent Laborderie. «La Catalogne ayant toujours été une région riche, les désaccords économiques et fiscaux sont anciens, mais avec la crise cela devient aigu.»

Mikael Bodlore-Penlaez nuance le propos:

«La période difficile a créé des tensions qui n'existaient pas à une telle échelle auparavant. Il faut noter que, dans les différentes régions européennes, la centralisation pèse lourdement. Cela pose question. Pourquoi les régions périphériques ne souhaitent elles plus suralimenter des centres asphyxiants, ou pourquoi les Catalans ou les Basques ne veulent plus être les vaches à lait de Madrid?»

Déception par rapport à l'Union européenne

Plus inattendu, malgré son pouvoir d'attractivité, ces processus d'autodétermination révèlent aussi une certaine déception par rapport à l'Union européenne. Ainsi, selon Anne-Marie Thiesse, «les mouvements autonomistes avaient pensé pouvoir trouver une légitimité à leurs discours grâce à la construction européenne. C'est à dire qu'on serait passé d'une Europe des nations à une Europe supranationale reconnaissant d'autres modes d'organisations», type Europe des régions ou instances transfrontalières.

Or, la réalité européenne des années 2010 est bien différente et beaucoup ont vu dans l'Union européenne une glaciation des Etats-nations associé à un éloignement bruxellois du pouvoir. L'Europe des régions reste donc encore à construire et constitue peut-être même une «nouvelle frontière».

Car, au final, même si «les processus en cours sont assez mal vus par les instances et les dirigeants européens», selon Vincent Laborderie, l'ensemble de ces mouvements indépendantistes espèrent tout de même mettre Bruxelles, Madrid ou Londres devant le fait accompli et ce par la voix référendaire. 2014 dira si tout cela constitue un nouveau souffle démocratique dans une Europe sous tension ou préfigure une crise encore plus profonde.

Fabien Lécuyer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte