Culture

Vers la fin de l'argentique

Temps de lecture : 2 min

Le groupe américain Kodak a annoncé lundi qu'il arrêtait la commercialisation du film Kodachrome, première pellicule photographique couleur destinée au grand public lancée il y a 74 ans, rapporte l'AFP

Introduite en 1935, la pellicule était un symbole de la photographie argentique, et avait servi les plus grands photographes, comme Peter Guttman et Steve McCurry. Elle se caractérisait par la finesse de son grain, des couleurs saturées et des contrastes importants.

«La première partie de ma carrière a été dominée par le Kodachrome, que j'ai employé pour saisir mes plus mémorables clichés», témoigne le photographe Steve McCurry, dont le portrait d'une jeune fille afghane, publié en une du magazine National Geographic en 1985, a fait le tour du monde.

Pour le chanteur Paul Simon, du duo Simon & Garfunkel, qui l'avait célébrée dans le tube «Kodachrome» de 1973, la pellicule était capable de «nous rendre le vert de nos étés, de nous faire croire que le monde entier est une journée enseillée».

Sur le site de Kodak, des portfolios de photographes ayant utilisé le Kodachrome sont mis en ligne, pour commémorer la fin de ce film mythique.

Lire l'article complet sur l'AFP

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

crédit: Flickr

Newsletters

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

«Ailleurs, partout» et «Ziyara», trajets de vie et de mémoire

Le film d'Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter invente un émouvant dispositif visuel et sonore pour faire éprouver le gouffre ouvert par les phénomènes migratoires actuels. Celui de Simone Bitton chemine parmi les traces d'un monde disparu, qui interroge le présent.

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

«Le Diable n'existe pas» y va vigoureusement par quatre chemins

Le film de Mohammad Rasoulof assemble quatre récits en forme de contes contemporains pour faire éprouver comment l'usage de la peine de mort par un régime répressif contamine chacun.

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

«Madres Paralelas», amours de femmes dans un palais des glaces

Grâce notamment à l'interprétation toute en finesse de ses deux actrices principales, le film le plus accompli d'Almodóvar depuis une bonne décennie compose une émouvante, subtile et finalement joyeuse carte des émotions.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio