Culture

Vers la fin de l'argentique

Temps de lecture : 2 min

Le groupe américain Kodak a annoncé lundi qu'il arrêtait la commercialisation du film Kodachrome, première pellicule photographique couleur destinée au grand public lancée il y a 74 ans, rapporte l'AFP

Introduite en 1935, la pellicule était un symbole de la photographie argentique, et avait servi les plus grands photographes, comme Peter Guttman et Steve McCurry. Elle se caractérisait par la finesse de son grain, des couleurs saturées et des contrastes importants.

«La première partie de ma carrière a été dominée par le Kodachrome, que j'ai employé pour saisir mes plus mémorables clichés», témoigne le photographe Steve McCurry, dont le portrait d'une jeune fille afghane, publié en une du magazine National Geographic en 1985, a fait le tour du monde.

Pour le chanteur Paul Simon, du duo Simon & Garfunkel, qui l'avait célébrée dans le tube «Kodachrome» de 1973, la pellicule était capable de «nous rendre le vert de nos étés, de nous faire croire que le monde entier est une journée enseillée».

Sur le site de Kodak, des portfolios de photographes ayant utilisé le Kodachrome sont mis en ligne, pour commémorer la fin de ce film mythique.

Lire l'article complet sur l'AFP

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

crédit: Flickr

Slate.fr

Newsletters

«Le procès contre Mandela et les autres» et «6 Portraits XL», deux films pour toucher le réel

«Le procès contre Mandela et les autres» et «6 Portraits XL», deux films pour toucher le réel

Des voies aussi différentes qu'également originales pour explorer et donner à comprendre la réalité.

Chanel et la danse

Chanel et la danse

La maison a noué à plusieurs reprises des liens avec la danse. Cette année, Chanel a été mécène pour le gala d’ouverture de la saison de l’Opéra de Paris et accompagne l’événement avec des podcasts. Conversations avec Aurélie Dupont, Diana Vishneva, Kate Moran et Ohad Naharin.

«The House That Jack Built», diabolique comédie

«The House That Jack Built», diabolique comédie

Le nouveau film de Lars von Trier est une fable horrifique qui, aux côtés d'un tueur en série aussi ingénieux que cinglé, interroge la place de la violence dans la vie et dans les arts.

Newsletters