Médias

Philippe Val: déjà un journaliste de remercié

Temps de lecture : 2 min

Libération rapporte la première décision prise par le tout nouveau directeur de France Inter, Philippe Val: virer Frédéric Pommier, le présentateur de la revue de presse matinale de la station. Une décision annoncée seulement deux heures après être arrivé dans les bureaux de France Inter.

Pourquoi Frédéric Pommier a-t-il été remercié? A cause d'un problème de hiérarchisation de l'information dans l'exercice de la revue de presse, explique Philippe Val devant les employés de la radio. Parce qu'il a cité Siné Hebdo et non pas Charlie Hebdo sans sa revue de presse, répliquent les syndicats. Philippe Val avait en effet reproché ce choix au journaliste il y a quelques mois.

Le nouveau directeur de France Inter assure qu'un autre poste sera proposé à Frédéric Pommier. «Mais il fallait lui trouver quelque chose avant de lui annoncer qu'il arrêtait la revue de presse» s'énerve un journaliste.

[Lire l'article complet dans Libération]

(Photo: France Inter)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Calendrier de l'Avent des podcasts: Selom et Matisse, histoire d'un drame

Calendrier de l'Avent des podcasts: Selom et Matisse, histoire d'un drame

[J-23] Slate.fr propose un calendrier de l'Avent 100% podcasts avec des programmes qui ont marqué l'année 2020. Aujourd'hui, une enquête sur deux jeunes percutés par un train dans des circonstances troubles.

«Monsieur le Premier ministre, il y a urgence à sortir de cette spirale délétère pour la démocratie»

«Monsieur le Premier ministre, il y a urgence à sortir de cette spirale délétère pour la démocratie»

[TRIBUNE] Une quarantaine de sociétés de journalistes et de rédacteurs de la presse nationale, régionale, de l'audiovisuel et du web demandent le retrait des articles 21, 22 et 24 de la loi sur la Sécurité globale.

«Nous n'accréditerons pas nos journalistes pour couvrir les manifestations»

«Nous n'accréditerons pas nos journalistes pour couvrir les manifestations»

[TRIBUNE] Les directions de nombreuses rédactions françaises réaffirment leur attachement à la loi de 1881 sur la liberté de la presse et leur vigilance quant à sa préservation.

Newsletters