France

Sarkozy et Napoléon III, même discours?

Temps de lecture : 2 min

Aussi contesté soit-il, le discours de Nicolas Sarkozy lundi 22 juin devant le Congrès réuni à Versailles sera historique. Le dernier exercice du genre remonte au 4 novembre 1851 quand Louis-Napoléon Bonaparte s'était exprimé une dernière fois devant l'Assemblée, un mois avant le coup d'Etat du 2 décembre.

Challenges.fr s'est amusé à éplucher les trois discours de Napoléon III devant l'Assemblée pour y trouver des correspondances avec la situation politique de Sarkozy.

- «Mon élection à la première magistrature de la République avait fait naître des espérances, qui n'ont point encore pu toutes se réaliser», déclare-t-il en 1849 dans une déclaration que ne renierait pas Sarkozy.

- «[Le gouvernement] s'efforça de rétablir le prestige de l'autorité, en mettant tous ses soins à appeler aux fonctions publiques les hommes qu'il jugeait les plus honnêtes et les plus capables, sans s'arrêter à leurs antécédents politiques.», déclare-t-il en 1849 dans une forme d'éloge de l'«ouverture».

- «Un état de malaise général tend chaque jour à s'accroître. Partout le travail se ralentit, la misère augmente, les intérêts s'effrayent et les espérances antisociales s'exaltent à mesure que les pouvoirs publics affaiblis approchent de leur terme», déclare-t-il en 1851 dans une France déjà en crise.

[Lire l'article complet sur Challenges.fr]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

[Modification des dates après les deux commentaires ci-dessous. On avait la tête dans le 20ème siècle...]

Newsletters

VGE, président du cool trente ans avant Obama

VGE, président du cool trente ans avant Obama

Valéry Giscard d'Estaing est mort ce mercredi 2 décembre à l'âge de 94 ans. Tout au long de sa vie politique, l'ancien président de la République n'aura cessé de tenter de se construire une image d'homme moderne, en rupture avec les chefs d'État...

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

La grand-mère du petit garçon est décédée le 19 avril à l'âge de 88 ans. A-t-elle emporté le secret dans sa tombe?

Ensemble

Ensemble

Newsletters