Partager cet article

La cougar n'existe pas

Pierre Niney et Virginie Efira dans «20 ans d'écart» © EuropaCorp Distribution

Pierre Niney et Virginie Efira dans «20 ans d'écart» © EuropaCorp Distribution

On la voit tous les jours dans les magazines, à la télé ou au cinéma, comme ces temps-ci dans «20 ans d'écart». La femme «mûre» qui cherche de jeunes hommes n'est peut-être que là, en fait.

Sur les écrans en ce moment, 20 ans d'écart, une love story entre Alice, une femme mûre de 38 ans (Virginie Efira) et Balthazar, un jeune homme de 20 ans (Pierre Niney). Cette comédie romantique consacre un terme entré dans le dictionnaire en 2011 et dans le langage populaire depuis quelques années: la cougar. Qu'est-ce qu'une cougar? Une femme âgée de plus de 35 ans en quête d'hommes plus jeunes.

Ces dernières années, les cougars étaient à l'honneur avec leurs peoples (Madona, Demi Moore, Claire Chazal), leur série (Cougar Town) et une couverture médiatique démesurée: pas un magazine féminin qui ne sorte régulièrement son article sur le sujet.

Le phénomène n'est pas vraiment nouveau. Tant dans son incarnation parmi les peoples (Marguerite Duras et Edit Piaf avait aussi leur «toy boy») que dans sa représentation au cinéma. Dans Le Lauréat, Mrs. Robinson abusait déjà du jeune Dustin Hoffman et Harold et Maude (1971) célébrait la relation entre un jeune et une octogénaire. Plus récemment, dans Toy Boy, Ashton Kutcher, à l'époque en couple avec Demi Moore de 15 ans son aînée, jouait avec autodérision le rôle d'un séducteur entretenu par des vieilles riches Californiennes.

Mais le phénomène n'a émergé dans les médias que récemment. Pourquoi un tel succès? Quelle réalité a-t-il vraiment? La cougar est-elle l'avenir de la femme?

La cougar excite l'imagination et les magazines car elle remue les derniers interdits qui corsètent la sexualité féminine. Madame Bovary, Lady Chatterley ou encore Histoire d'O, chacun de ces romans ont fait scandale en présentant un désir féminin anticonformiste. Dans l'ordre, un roman sur une «desesperate housewife» du XIXe siècle, une bourgeoise qui fraye avec un garde chasse et un roman SM à côté duquel 50 nuances de Grey paraît bien mièvre. La cougar fait parler d'elle parce qu'elle bouscule le conformisme sexuel de trois manières: elle cherche des hommes jeunes, elle a plus de 35 ans, elle prend l'initiative.

De Nabokov à Johnny, l'image du vieux avec une jeune fille est un classique. Woody Allen symbolise à lui cette constante, dans son oeuvre, de Manhattan à Whatever works, comme dans sa vie privée: il a quitté sa femme pour se marier avec la fille adoptive de celle-ci. La cougar inverse la tendance.

La sexualité de la femme «mûre» est mal vue.

«Le vieux beau peut encore séduire alors que la vieille femme est toujours ridicule dans un rôle de séductrice.»

Une citation de Simone Signoret. On parle de mûrissement d’un côté, de vieillissement de l’autre. La cougar sort les griffes face à cette date de péremption précoce: la femme de plus de 35 ans, elle aussi, a droit à une vie sexuelle.

Enfin, la cougar inverse les rôles traditionnellement attribués aux sexes: elle prend l'initiative et a les moyens de ses désirs. Si elle n'est plus l'objet de convoitise qu'elle a été plus jeune, elle sera la prédatrice. Libérée de la dépendance économique, elle consomme comme un homme à femme.

Ainsi, la cougar fait presque figure d'icône féministe, du moins pour les magazines féminins pour qui le féminisme s'est arrêté à la libération sexuelle. Les sites spécialisés, les livres et maintenant les films sur le sujet se multiplient. Mais la cougar est-elle vraiment l'avenir de la femme? Une étude parue en 2010 semble montrer que non.

Un phénomène limité à une élite

Des chercheurs de l'université de Cardiff ont réalisé une enquête auprès de 22.400 utilisateurs de sites de rencontre dans 14 pays différents. Conclusion: malgré les différences culturelles, les femmes cherchent en priorité un homme aussi ou plus âgé qu'elles. De leur côté, les hommes sont plus attirés par les femmes plus jeunes et ce, d'autant plus qu'ils avancent en âge. Ainsi selon le Dr Michael Dunn, le psychologue qui a dirigé cette étude, les peoples cougars «ne reflètent pas du tout les aspirations de la population générale. Le phénomène des toy boys semble illusoire et limité à une élite». Dans la vraie vie, les quadra comme Virginie Elfira qui cherchent l'âme soeur à la sortie des universités sont quasi-inexistantes.

Dans le couple, la différence d'âge au profit de l'homme est une constante universelle. Il décroît en fonction du développement économique du pays (de 9 ans en Guinée à 1,2 an en Irlande).

Dans la France contemporaine, l'augmentation de la scolarisation abaisse l'écart d'âge entre conjoints: les hommes rencontrent beaucoup de femmes de leur âges à l'université et les femmes sont plus indépendantes. Mais en 2007, les mariages où la femme a un an de plus que son conjoint sont moins fréquents que les unions dans lesquels la femme a un, deux, trois ou même quatre ans de moins que son époux, comme le rapportait une étude de l'Insee citée par Jean-François Mignot du CNRS.

Cette différence s'expliquerait car le pic de désirabilité des hommes et des femmes n'interviendrait pas au même âge. Le sociologue Michel Bozon parle ainsi de domination consentie par les femmes.

«Tandis que, chez les femmes jeunes, l'homme mûr est valorisé parce que l'âge apparaît comme l'accoucheur de la position sociale de l'homme, inversement il y a dévaluation de la femme mûre par les hommes moins jeunes, parce que l'âge est ici le film sur lequel les traces d'une expérience conjugale antérieure sont irréversiblement fixées, et qu'il reste symboliquement borné par la fin de la vie fertile.»

Physique pour elle, statut social pour lui, les termes de la tractation matrimoniale restent désespérément traditionnels: rien de nouveau sous le soleil de la séduction.

Un mythe sur papier glacé

La cougar, une femme «mûre» qui veut s'éclater après son divorce? Pour Michel Bozon, c'est plutôt la misère sexuelle qui l'attend.

«Pour les femmes de plus de 35 ans, ce n’est pas seulement l’accès à la vie en couple qui devient délicat, mais, en amont, la rencontre de partenaires amoureux qui devient plus difficile et moins recherchée. Ce n’est pas le cas pour les hommes. L’âge a ainsi un sexe.»

Et le sexe, un âge.

A propos des couples où la femme est plus âgée que le conjoint, le sociologue remarque que ce qui les poussent, ce n'est pas un goût pour les hommes jeunes, mais un marché matrimonial moins ouvert. Ces femmes, en général plus diplômées, se sont mises en couple plus tardivement. Du coup, «les hommes du même âge ou un peu plus âgés, et socialement “fréquentables”, ont déjà été pris par des femmes un peu plus jeunes qu'elles, et elles doivent donc se tourner, bon gré mal gré, vers des conjoints un peu inhabituels». C'est plus par second choix que les femmes se rabattent sur des hommes plus jeunes.

A ce propos, le film 20 ans d'écart est révélateur. Virginie Efira incarne une journaliste dans un magazine féminin où l'on vante la jeunesse en permanence. Son âge devient un obstacle à sa promotion au sein de la rédaction. C'est donc par pur carriérisme et non par goût, qu'elle cherche à retrouver, par le biais d'un jeunot, le moyen de son ascension sociale. Ce qui a peut-être aussi été le cas pour Demi Moore qui a plus fait –et fait encore– parler d'elle, ces dernières années en tant que cougar qu'en tant qu'actrice.

Si le concept est plutôt sympathique, progressiste et peut symboliquement ouvrir des horizons amoureux, la cougar reste malheureusement encore un mythe sur papier glacé.

Clément Guillet

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte