Monde

En Iran depuis 24 heures

Temps de lecture : 2 min

Voici les événements des dernières 24 heures en Iran.

Samedi 20 juin
- Les autorités annoncent qu'aucune autorisation n'a été donnée pour de nouvelles manifestations et avertissent qu'elles seront le cas échéant fermement réprimées.

- L'Association iranienne des religieux combattants renonce à sa marche de l'après-midi à Téhéran, mais les partisans de Moussavi ne donnent aucun ordre d'annulation.

- Le Conseil des gardiens, chargé d'examiner les plaintes de fraude, se dit prêt à un recompte de 10% des urnes, choisies au hasard.

- Plusieurs centaines de policiers anti-émeute, déployés sur la place Enqelab, tirent des balles et des gaz lacrymogènes et ont recours aux canons à eau et aux matraques pour disperser les milliers de manifestants qui ont défié l'interdiction de se rassembler.

- Un «terroriste» se tue en faisant détoner sa veste explosive au mausolée de l'imam Khomeiny à Téhéran, blessant jusqu'à trois pèlerins, selon des médias locaux.

- Hussein Moussavi lance sur son site internet une critique sans précédent du guide suprême Ali Khamenei, qui a validé la veille la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad.

- Le président américain Barack Obama appelle le gouvernement iranien à mettre fin aux violences et le prévient que «le monde le regarde».

Dimanche 21 juin

- Le ministère iranien des Renseignements a arrêté des membres du groupe d'opposition en exil des Moudjahidine du peuple.

- Un participant aux protestations de samedi affirme à l'AFP que les manifestants envisagent de nouveaux rassemblements.

- La chaîne de télévision Press-TV rapporte que 13 personnes sont mortes samedi dans les affrontements entre policiers et «terroristes» à Téhéran. Un peu plus tard, la télévision d'Etat parle de 10 morts et plus de 100 blessés.

- La TV d'Etat dément que des civils soient morts samedi dans l'incendie d'une mosquée au cours des manifestations, contrairement à ce qu'elle avait précédemment affirmé.

- Le ministre iranien des Affaires étrangères Manouchehr Mottaki, cité par Press-TV, accuse la Grande-Bretagne d'avoir comploté depuis plus de deux ans contre le scrutin présidentiel du 12 juin.

Crédit photo: Reuters

Newsletters

Aux États-Unis, ce que les migrants disent aux psys peut être utilisé contre eux

Aux États-Unis, ce que les migrants disent aux psys peut être utilisé contre eux

Les mineurs demandeurs d'asile ont des entretiens obligatoires avec des psychologues, mais les détails de ces conversations ont déjà été utilisées par l'agence de contrôle de l'immigration.

L'armée algérienne bousculée par le mouvement du Hirak

L'armée algérienne bousculée par le mouvement du Hirak

Elle se méfie de ce mouvement citoyen, dont le slogan «État civil, non militaire» est explicite.

Maxime, expatrié en Chine: «La quarantaine, c'est déprimant et ça rend fou»

Maxime, expatrié en Chine: «La quarantaine, c'est déprimant et ça rend fou»

De Wuhan à Shanghai, nous avons recueilli les témoignages de personnes reclues chez elles pour se protéger du Covid-19, de gré ou de force.

Newsletters