Monde

Violence dans les rues de Téhéran

Temps de lecture : 2 min

La police anti-émeutes iranienne est intervenue violemment samedi 20 juin dans l'après-midi pour empêcher les partisans de l'opposition de se rendre sur la place Enqelab de Téhéran et de manifester. Il y aurait eu des affrontements violents. La police utiliserait des canons à eau pour disperser la foule. Une bombe a par ailleurs explosé au mausolée de l'imam Khomeiny blessant un pèlerin et entraînant la mort de l'assaillant.

L'opposition iranienne, qui conteste le résultat du scrutin présidentiel, a pourtant annoncé l'annulation de la manifestation prévue samedi après-midi à Téhéran au lendemain de la sévère mise en garde lancée par l'ayatollah Ali Khamenei, guide suprême de la révolution. Le parti Etemad-e Melli du réformateur Mehdi Karoubi, candidat malheureux à l'élection du 12 juin, a déclaré qu'il annulait le rassemblement.

Lors du prêche de la prière du vendredi, Ali Khamenei a pris fait et cause pour le président conservateur réélu, Mahmoud Ahmadinejad. Le guide suprême a demandé aux candidats battus, qui crient à la fraude, l'arrêt de ce mouvement.

Crédit photo: L'ayatollah Ali Khamenei   Reuters

En savoir plus:

Slate.fr

Newsletters

Un camion Brinks largue des billets sur l'autoroute

Un camion Brinks largue des billets sur l'autoroute

Des automobilistes du New Jersey sont sortis de leur voiture plus riches qu'en y entrant.

En Australie, les médias n'ont pas le droit de couvrir le procès d'un cardinal accusé de pédophilie

En Australie, les médias n'ont pas le droit de couvrir le procès d'un cardinal accusé de pédophilie

La justice australienne a interdit à la presse de publier le verdict du procès afin de ne pas influencer un autre procès en cours.

Un homme bloqué deux jours dans la ventilation d’un restaurant chinois

Un homme bloqué deux jours dans la ventilation d’un restaurant chinois

Attention si vous êtes claustrophobe, n’allez pas plus loin, cet article est votre pire cauchemar.

Newsletters