Monde

Les favoris du conclave: Peter Erdö (Hongrie), estimé de ses confrères européens

Temps de lecture : 2 min

L'archevêque de Budapest a pour thème favori celui de la sécularisation et de la déchristianisation de l’Europe.

Peter Erdo célèbre une messe à Budapest, le 24 février 2013. REUTERS/Laszlo Balogh.
Peter Erdo célèbre une messe à Budapest, le 24 février 2013. REUTERS/Laszlo Balogh.

60 ans. Né le 25 juin 1952 à Budapest, il est archevêque de Budapest et primat de Hongrie depuis 2003.

Fils d’une famille de six enfants, Peter Erdö étudie à Budapest et à l’université du Latran à Rome, où il obtient deux doctorats en théologie et en droit canon. Il enseigne à la faculté de théologie d’Esztergom en Hongrie, puis à Rome à l’université grégorienne des jésuites et à l’université du Latran.

En 1999, il est nommé évêque auxiliaire de Szekesfehervar, avant d’être promu par Jean-Paul II, trois ans plus tard, archevêque de Budapest et primat de Hongrie. En 2006, il est élu président du Conseil des conférences épiscopales européennes, poste qu’il occupe toujours et le met en relation avec les épiscopats de tout le Vieux continent.

Son thème favori est celui de la sécularisation et de la déchristianisation de l’Europe. Entre 2003 et 2007, il participe à des opérations dites de «Mission pour la ville» à Vienne, à Paris, à Bruxelles, à Lisbonne, à Budapest. Polyglotte, il parle sept langues.

Jeune, estimé de tous ses confrères en Europe, il obtiendra des voix au conclave. Créé cardinal par Jean-Paul II en 2003, à seulement 51 ans, il était jusqu’en 2010 le benjamin du Sacré collège des cardinaux.

Henri Tincq

Henri Tincq Journaliste

Newsletters

Une famille attaquée par un loup au Canada

Une famille attaquée par un loup au Canada

Un phénomène très rare alors que ces animaux ont davantage tendance à fuir l'homme.

Au Kirghizistan, l'éveil féministe

Au Kirghizistan, l'éveil féministe

Depuis quelques années, une nouvelle génération fait entendre sa voix, pour revendiquer des droits et changer les mentalités dans un pays où les violences sexistes sont légion.

Nous détruisons la planète, ne nous étonnons pas si les animaux nous mangent

Nous détruisons la planète, ne nous étonnons pas si les animaux nous mangent

En dégradant la nature, nous nous exposons à en devenir les victimes.

Newsletters