Monde

Les favoris du conclave: Christoph Schönborn (Autriche), l'ancien élève de Ratzinger

Temps de lecture : 2 min

Ce cardinal francophone et francophile s'est notamment signalé par ses positions très fermes sur les affaires de pédophilie.

Benoît XVI et Christoph Schönborn, en juin 2010. REUTERS/L'Osservatore Romano.
Benoît XVI et Christoph Schönborn, en juin 2010. REUTERS/L'Osservatore Romano.

68 ans. Né le 22 janvier 1945 en Bohème (actuelle République tchèque), il est archevêque de Vienne (Autriche) depuis 1995.

Issu d’une famille de la haute aristocratie de Bohème, entré en 1963 dans l’ordre des dominicains, Christoph Schönborn fait ses études en Autriche, en France (à la Sorbonne et à l’Institut catholique de Paris) et en Allemagne (à Ratisbonne, où il est l’élève de Joseph Ratzinger). Polyglotte (il est francophone et francophile), il enseigne la théologie à la faculté de Fribourg en Suisse, avant d’être appelé à la Commission théologique internationale par le cardinal Ratzinger et nommé par Jean-Paul II secrétaire de la commission de rédaction du Catéchisme de l’Eglise catholique (1987-1992).

Le pape le promeut ensuite évêque auxiliaire de Vienne en 1991, puis archevêque de la ville en 1995, où il succède au cardinal Groër, contraint de démissionner à la suite d’accusations de pédophilie. Sa volonté de sortir l’Eglise autrichienne du silence sur les affaires de pédophilie lui vaut de solides inimités à la Curie romaine, mais une réputation de courage à l’extérieur.

Très attiré par le christianisme oriental, Christoph Schönborn entretient de bonnes relations avec les Eglises orthodoxes. Réformiste, il a des positions plutôt audacieuses sur l’homosexualité et les divorcés-remariés. Il s’est montré habile face à la contestation de prêtres autrichiens qui avaient lancé un «appel à la désobéissance». Il a été créé cardinal par Jean-Paul II en 1998.

Henri Tincq

Newsletters

Faut-il prendre au sérieux le mandat d'arrêt contre Trump lancé par l'Iran?

Faut-il prendre au sérieux le mandat d'arrêt contre Trump lancé par l'Iran?

Ce n'est pas la première fois que l'Iran fait appel aux instances internationales contre les États-Unis.

Visiter un pays qui n'existe pas, c'est possible

Visiter un pays qui n'existe pas, c'est possible

Il faut plusieurs critères pour qu'un pays soit reconnu officiellement.

Chroniques trumpiennes: semaine du 29 juin au 5 juillet

Chroniques trumpiennes: semaine du 29 juin au 5 juillet

Aperçu hebdomadaire de la vie tweeto-mentale du président américain.

Newsletters