Monde

PETA proteste contre le meurtre de la mouche

Temps de lecture : 2 min

Peut-on tuer une mouche à la télévision quand on est président des Etats-Unis? Pour PETA, l'association de défense des droits des animaux, Barack Obama devra être un peu plus humain la prochaine fois qu'il a affaire à une mouche.

Pour ceux qui l'ont raté, voici la fameuse séquence de la lutte à mort entre les Etats-Unis et une pauvre mouche.

Pour protester (avec humour?) contre ce meurtre télévisé, PETA a prévu d'envoyer à Obama un «Katcha Bug Humane Bug Catcher», un drôle d'objet qui permet de capturer une mouche gênante et de la relâcher par la suite dans la nature.

«Nous défendons la compassion même pour les plus bizarres, les plus petits et les moins sympathiques des animaux», a expliqué Bruce Friedrich, le porte-parole de PETA. «Ecraser une mouche à la télévision montre que [Barack Obama] n'est pas parfait», a-t-il ajouté.

[Lire l'article complet sur le Huffington Post]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

La politique étrangère de Donald Trump est une politique nationaliste, en repli face aux affaires du monde et opposée à l'idée de coopération internationale. Cette attitude résonne particulièrement bien avec l'épidémie de Covid-19. De fait, l'une...

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Le dirigeant hongrois se sert de la pandémie pour asseoir son pouvoir sur la Hongrie et parie sur sa gestion de crise comme tremplin vers une réélection en 2022.

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En suscitant la polémique, le président américain se place en position de critiquer les personnes qui préfèrent parler de terminologie plutôt que de faire la guerre au coronavirus.

Newsletters