Culture

Et si «Nos meilleures années» avait une suite...

Margherita Nasi, mis à jour le 25.02.2013 à 17 h 06

Le réalisateur Marco Tullio Giordana racontait quarante ans de l'Italie et finissait sa fresque en 2003. Nous avons imaginé la suite de ce film magistral...

Matteo et Nicola Carati dans «Nos Meilleures années». DR

Matteo et Nicola Carati dans «Nos Meilleures années». DR

En 2003, le réalisateur italien Marco Tullio Giordana sortait le film fresque La Meglio Gioventù (Nos meilleures années, deux films de plus de 3 heures, prix Un Certain Regard 2003), que Newsweek a classé dans les 10 meilleurs films de la dernière décennie. Il raconte à travers la famille Carati une partie de l’histoire italienne récente entre 1966 et le début du XXIe siècle. (Evidemment, la suite de cet article contient des spoilers.) Voici le pitch du film vu par AlloCiné:

Les deux frères Nicola et Matteo partagent «les mêmes rêves, les mêmes espoirs, les mêmes lectures et les mêmes amitiés, jusqu'au jour où la rencontre avec Giorgia, une jeune fille souffrant de troubles psychiques, détermine le destin de chacun: Nicola décide de devenir psychiatre, alors que Matteo abandonne ses études et entre dans la police. Leur parcours ainsi que celui du reste de leur famille s'inscrit en parallèle avec les événements qui ont joué un rôle crucial dans l'histoire de l'Italie: l'inondation de Florence, la lutte contre la mafia en Sicile, les grands matchs de football de l'équipe nationale...»

Nous voici près de dix ans plus tard et le film, magistral et remarquement interprété, laisse ses fans orphelins. Nous avons donc imaginé, en gardant l’idée de confronter l’histoire des personnages à celle de la vie politique et sociale du pays, le synopsis des années suivantes, de 2003 à 2013. Toute ressemblance avec des événements réels n'est pas  fortuit...

Giorgia Esposti (Jasmine Trinca). Grâce aux soins de Nicola, Giorgia mène une vie heureuse et autonome au sein d’une co-location avec d’autres anciens patients. Nicola lui rend régulièrement visite et, connaissant l’amour de Giorgia pour le chanteur italien Fausto Leali, ne perd pas d’occasion pour lui offrir des vinyles de chanteurs des années 60 et 70. Mais même les soins les plus attentionnés ne peuvent rien contre le sort. Le hasard voudra que Giorgia se rende en excursion à l’Aquila au moment où la ville est frappée par un terrible tremblement de terre. Elle fait partie des 308 personnes décédées lors du séisme du 6 avril 2009. Elle est aujourd’hui enterrée à côté de Matteo.

Nicola Carati (Luigi Lo Cascio). Dans les années 60, sa rencontre avec Giorgia l’avait bouleversé et avait motivé son intérêt pour la discipline. Son décès le plonge dans une profonde dépression. Après une sombre année ponctuée de disputes avec sa femme Mirella et visites à la tombe de son frère Matteo, il décide de quitter la pratique et devient professeur à l’Université de la Sapienza de Rome où il transmet à ses élèves sa passion pour le psychiatre Franco Basaglia. Il martèle vouloir virer ceux qu’il appelle «les vieux dinosaures» qui ne font pas de place à des nouvelles générations abandonnées à la précarité.

L’université est en crise: depuis 2008, le budget des universités a baissé de plus de 15%, en passant de près de 7 milliards à un peu moins de 6. Pour dénoncer un monde fermé et difficile d’accès, Nicola affiche régulièrement sur les murs délabrés de la Sapienza les chiffres prouvant la désaffection des jeunes pour l’université. A la faculté de médecine, ces 10 dernières années, les effectifs ont diminué de 17%. Soit 58.000 étudiants en moins.

Giulia Monfalco (Sonia Bergamasco). L’ancienne brigadiste travaille maintenant comme volontaire dans les prisons où elle donne des cours de piano aux détenus. Elle est très engagée dans la lutte contre la surpopulation carcérale: avec un taux d’occupation de 153%, l'Italie est le pays d'Europe où la surpopulation carcérale est la plus élevée. Mais ses combats sont moins médiatisés que le livre qu’elle a écrit sur les Brigades rouges, où elle explique que l’organisation révolutionnaire d’extrême gauche a été manipulée de l’extérieur par des puissances occultes. Une partie de Nicola n’a jamais cessé de l’aimer, cette même partie qui regrette une Italie naïve et pétrie d’idéaux, une Italie qui n’existe plus.

Mirella Utano (Maya Sansa). Suite à la dépression de son mari Nicola, l’ancienne copine de Matteo se plonge corps et âme dans la photographie. Sous impulsion de Nicola, elle réalise un documentaire sur la gestion du séisme de l’Aquila où elle dénonce les actions du gouvernement et plus particulièrement celles de Silvio Berlusconi, tout comme elle pointe du doigt une opposition invisible et inefficace. Encouragée par le succès de ce premier documentaire, elle travaille aujourd’hui à son deuxième film: un récit du naufrage du Costa Concordia.

Sara Carati (Greta Cavuoti et Sara Pavoncello). La fille de Giulia et Nicola est restauratrice à Pompei. Négligé pendant de nombreuses années, victime de la corruption et des coupes budgétaires, le site tombe en ruines. «A l’image de l’Italie», aime répéter la désormais mère de famille. Irritée par les frasques révolutionnaires de sa mère, Sara s’est rentranchée dans le conservatisme et la tradition. Catholique fervente, grande admiratrice de Benoit XVI, elle a eu avec son mari Mimmo cinq enfants qui suivent tous assidument des cours de catéchisme. On la dit profondément secouée par la démission du Pape et par les rumeurs autour de l'existence d'un réseau de prélats homosexuels au Vatican.

Giovanna Carati (Lidia Vitale). La grande soeur de Matteo et Nicola, ancienne magistrate, s’est reconvertie dans la politique et est candidate pour les élections de 2013. Grâce à sa lutte contre la mafia, elle a acquis une certaine notoriété dans une Italie secouée par les scandales. Si elle n’emportera pas la victoire, ses slogans autour de la lutte anti-corruption pourraient lui gagner les faveurs de quelques déçus des partis traditionnels. Les sondages la placent autour de 4%, de quoi embêter suffisamment le Parti démocrate. Ses anciens collègues magistrats ne voient pas tous de bon oeil sa candidature. Certains l’accusent même de vouloir se refaire en politique une réputation qu’elle a perdue ailleurs.

Carlo Tommasi (Fabrizio Gifuni). Après avoir été directeur de la banque d’Italie, l’ami d’enfance de Matteo et Nicola poursuit sa brillante carrière. Il est désormais membre du directoire de la BCE et vit en Allemagne avec son épouse Francesca (la soeur de Nicola et Matteo) et ses enfants. Ces derniers le disent inquiet pour le scandale des comptes truqués de la banque Monte dei Paschi di Siena, soupçonnée d’avoir maquillé 730 millions d'euros de pertes avec des opérations sur produits dérivés. Carlo était directeur de la banque d’Italie au moment des faits, et cette dernière est accusée d’avoir été trop laxiste et peu transparente sur ce dossier.

Vitale Micavi (Claudio Gioè). L’ancien colocataire et ami de Nicola à Turin est reparti à Palerme, sa ville natale. Les années de précarité ont fait de cet ancien ouvrier de la Fiat un «grillino» aguerri. Il soutient le MouVement 5 Etoiles de Beppe Grillo et a une seule envie: renvoyer a casa cette "classe politique qui verrouille tout".

Andrea Utano (Francesco La Macchia). Le fils de Matteo et Mirella n’est jamais rentré de son voyage en Norvège. Déprimé par la situation des jeunes en Italie, il a préféré poursuivre ses études ailleurs comme des milliers de talents italiens. Il est aujourd’hui architecte en Suède.

Andrea sait que ces départs pénalisent son pays natal : les retombées des 243 brevets déposés à l’étranger par les 50 meilleurs chercheurs italiens pèseraient environ un milliard d’euros. S’il aimerait retourner en Italie, il craint ne jamais trouver un travail dans un pays où  le taux de chômage s'établit à 37,1% chez les jeunes de 15-24 ans.

Margherita Nasi

Images DR

Margherita Nasi
Margherita Nasi (42 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte