France

Attentat de Karachi, une affaire d'Etat?

Temps de lecture : 2 min

 

Sept ans après l'attentat qui a coûté la vie à 11 ingénieurs français des arsenaux d'Etat DNC à Karachi, au Pakistan, les juges antiterroristes chargés du dossier ont annoncé jeudi 18 juin que la piste d'al-Qaida, jusqu'ici privilégiée, aurait été abandonnée au profit d'une thèse qui pourrait devenir «une affaire d'Etats».

«L'attentat pourrait en effet avoir été commandité par les autorités pakistanaises pour punir la France de ne pas avoir versé de commissions dans le cadre de la vente de sous-marins Agosta 90B, rapporte Le Figaro. Les onze victimes françaises collaboraient à la construction de ces sous-marins, vendus en 1994 par la France au Pakistan.»

«Lors de la signature du contrat d'armement entre la France et le Pakistan, des commissions, voire des rétro-commissions, avaient été envisagées, a confié un des avocats des familles des victimes à Sud-Ouest. La France n'a pas honoré sa parole. A l'époque, il y avait des financements qui profitaient à des hommes politiques qui faisaient campagne lors de la présidentielle de 1995.» Une allusion, dit Le Figaro, à Jacques Chirac et Edouard Balladur.

Sur Europe 1, la fille d'une des victimes, est plus directe: «Il y a certains responsables politiques cités au dossier. Nous allons tout faire à partir d'aujourd'hui pour les mettre en cause. Peut-être Jacques Chirac et peut-être un président en exercice». A l'époque des faits rappelle Le Figaro, «Nicolas Sarkozy était au gouvernement [Ministre du Budget (93-95) et de la Communication (94-95), ndlr] et soutenait la campagne présidentielle du candidat Balladur.» Sur France3, ce dernier a précisé qu'il avait «entendu parler de cette histoire depuis des années» mais souligné qu'à sa connaissance, tout s'était déroulé de manière «parfaitement régulière».

[Lire l'article complet sur le site du Figaro]

(Photo: Chirac décore les cercueils des vicitmes de l'attentat de Karachi, REUTERS/STR New)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr

Newsletters

Mort de Charles Aznavour: «Il avait des carrières différentes dans chaque langue»

Mort de Charles Aznavour: «Il avait des carrières différentes dans chaque langue»

Charles Aznavour est décédé dans la nuit de dimanche à lundi à l'âge de 94 ans. Après Edith Piaf, il était sûrement le chanteur français le plus connu à l’étranger. Pour Slate.fr, Bertrand Dicale, auteur de Tout Aznavour (First Editions) ...

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

*Et les supportrices.

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Newsletters