France

Huit ans de prison pour Véronique Courjault

Jean-Yves Nau, mis à jour le 19.06.2009 à 10 h 09

Les jurés n'ont pas retenu la préméditation pour l'infanticide commis en 1999.

Accusée d'avoir «donné la mort» avec «préméditation» à trois de ses nouveaux-nés en 1999, 2002 et 2003, Véronique Courjault, 41 ans, a été condamnée, jeudi 18 juin, à une peine d'emprisonnement d'une durée de huit ans par la cour d'assises d'Indre-et-Loire. L'avocat géneral avait réclamé une peine de dix ans. La défense, coordonnée par Me Henri Leclerc avait demandé aux jurés non pas «l'impossible» mais «l'impensable». Faire en sorte que Véronique Courjault soit, ce jeudi soir, chez elle dès lors qu'elle aura accepté le principe de l'injonction thérapeutique. En d'autres termes, libre mais à une seule condition: accepter de sortir de ses brouillards et de reconnaître la monstruosité de des gestes. Accepter, si elle le peut et s'il existe, de franchir le miroir.

Au terme de la plaidoirie de Me Leclerc, le président Domergue avait demandé à l'accusée si elle souhaitait ajouter quelque chose pour se défendre. Véronique Courjault s'était alors levée.  «Oui... J'ai essayé de m'expliquer... Je n'ai sans doute pas toujours eu les mots... à la hauteur. J'ai conscience d'avoir tué nos enfants...  Cela me restera tout le temps».

L'accusée avait reconnu les faits, on ne peut plus graves, qui lui étaient reprochés - tests ADN à l'appui - de 2002 et 2003. Et c'est elle qui avait révélé aux enquêteurs policiers qu'elle avait pratiqué un autre infanticide, «entre mai et août 1999» à Villeneune-la-Comtesse.

Curieusement les jurés de la cour d'assises d'Indre-et-Loire n'ont pas retenu la «préméditation»  pour le fait d'avoir la  mort en 1999. Pourquoi? Le saura-t-on jamais?  

Jean-Yves Nau

Tous les articles de Jean-Yves Nau sur le procès Courjault:

L'impensable demandé aux jurés

Ne pas diaboliser Véronique;

Véronique Courjault; «je l'ai fait»;

Véronique Courjault, la «belle indifférente»;

Véronique Courjault n'a pas pu étouffer ses enfants;

Dans la tête de Véronique Courjault;

L'accusée devient victime;

Véronique une femme comme les autres?;

Véronique Courjault entre les pleurs et les mots;

Le terrible récit de Jean-Louis Courjault;

Qui est Véronique Courjault?;

Le procès des «bébés congelés» sera public;

Enceinte, moi? Jamais, de la vie!

Image de une: Henri Leclerc, un des avocats de Véronique Courjault. Stephane Mahe / Reuters

Jean-Yves Nau
Jean-Yves Nau (802 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte