Monde

Israël-Palestine, les manuels scolaires de l'incompréhension

Emily Bazelon, mis à jour le 21.02.2013 à 3 h 03

Grâce à l'étude la plus complète réalisée à ce jour, des chercheurs israéliens et palestiniens révèlent que les livres utilisés dans les écoles des deux camps ont besoin d'être revus et corrigés.

Dans une classe de Gaza, en 2006. REUTERS/Ahmed Jadallah

Dans une classe de Gaza, en 2006. REUTERS/Ahmed Jadallah

Dans la guerre d'image qui oppose Israël à la Palestine, il est d'usage de penser que les manuels de référence des écoles de Cisjordanie et de Gaza nourrissent la haine à l'encontre d'Israël. «Dans certains livres, on peut lire “S'il y a 13 juifs et que 9 sont tués, combien reste-t-il de juifs?”», a ainsi rapporté Newt Gingrich alors qu'il était candidat à la nomination républicaine pour la présidentielle américaine. «Ces manuels n'enseignent rien aux enfants palestiniens, ils les endoctrinent», avait estimé Hillary Clinton en 2007, quand elle était sénatrice de l'Etat de New York. Elle se fondait sur les critiques d'un organisme israélien de surveillance des médias à la suite de la première publication, par les Palestiniens, de l'ensemble de leurs manuels scolaires du cours préparatoire à la terminale. En 2011, l'IMPACT-SE (Institute for Monitoring Peace and Cultural Tolerance in School Education) publiait un rapport allant dans le même sens.

Il se pourrait pourtant que les choses soient plus complexes, et moins unilatérales, que ces commentaires véhéments ne le suggèrent.

Les indices existent déjà depuis des années. En 2004, une étude israélo-palestinienne portant sur 13 manuels israéliens et 9 manuels palestiniens trouvait des manquements des deux côtés quant au contenu politique, à la prise en compte du point de vue de l'autre, et à la présentation des cartes géographiques. D'aucuns avaient déjà souligné que ces accusations s'appuyaient sur des manuels égyptiens ou jordaniens, ou encore sur des traductions erronées.

Mais aujourd'hui sort la plus grande étude jamais réalisée sur les manuels scolaires palestiniens et israéliens. La plupart des spécialistes du comité consultatif ont jugé que celle-ci établissait «un nouveau jalon mondial pour analyser les manuels scolaires». Financée à hauteur de 500.000 dollars par le département d'Etat américain, commandée par le Conseil des institutions religieuses de la Terre sainte, qui regroupe, à Jérusalem, des personnalités religieuses éminentes des sphères musulmane, juive et chrétienne, l'étude a été menée par une équipe de chercheurs palestiniens et israéliens, et conçue par un psychiatre de Yale, Bruce Wexler.

Une étude à l'aveugle

Les résultats sont éloquents, tant pour le bon que pour le mauvais. Les réactions sont tout aussi révélatrices, notamment celle du ministre israélien de l'Education, qui lui a immédiatement reproché «son parti pris, son manque de professionnalisme et son absence d'objectivité». Soit. Peut-être que pour le gouvernement de Benyamin Nétanyahou et la droite israélienne, l'impartialité en matière d'enseignement scolaire n'a tout simplement pas sa place.

Les deux responsables de recherche sont le professeur israélien Daniel Bar-Tal, de l'université de Tel Aviv, et Sami Adwan, de l'université de Bethléem. Ils ont encadré une équipe chargée d'analyser des livres publiés entre 2009 et 2011.

Côté palestinien, les chercheurs ont regroupé 148 manuels utilisés dans toutes les écoles de Cisjordanie et de Gaza (publiques, religieuses et dirigées par les Nations unies). Côté israélien, l'étude a pris comme point de départ 381 ouvrages du système scolaire public, qui inclut les établissements laïcs et religieux, ainsi que 55 livres servant dans la plupart des écoles ultra-orthodoxes. La liste des thèmes examinés comprenait la littérature, l'histoire, l'arabe, l'hébreu, la géographie, l'éducation civique et la religion. Au final, 74 manuels israéliens et 94 manuels palestiniens ont été retenus, eu égard à leur contenu plus pertinent.

L'étude entend être exhaustive et rigoureuse. Les questions et les évaluations de Adwan et Bar-Tal couvrent une gamme étendue de sujets: événements historiques, guerre, conflit, processus de paix, réconciliation, religion, questionnement sur les valeurs de chaque camp, photographies, illustrations et cartes. Les informations collectées ont été intégrées à l'aveugle dans une base de données de l'université de Yale, ce qui signifie que les chercheurs n'ont pas pu être influencés en cours d'étude.

Des bonnes nouvelles... et des moins bonnes

Résultat des courses? Il y a de quoi se réjouir:

«La déshumanisation et la diabolisation de l'autre sont l'exception, dans les manuels israéliens comme palestiniens.»

Les descriptions extrêmement négatives sont au nombre de 20 dans les manuels israéliens, de 7 dans les ouvrages ultra-orthodoxes et de 6 dans les livres palestiniens. L'un des rares exemples tiré d'un manuel israélien: un passage où l'on lit que tel village arabe détruit «avait toujours été un nid de meurtriers».  Et son pendant palestinien: «Je suis resté “à l'abattoir” 13 jours», en référence à un centre d'interrogatoire israélien.

On pouvait s'attendre à pire, quand on repense à la récente révélation des propos du président égyptien Mohamed Morsi, qui traita les juifs «de descendants des singes et des cochons», ou à l'ancien vice-Premier ministre israélien, Avigdor Lieberman, qui appela en 2003 à noyer les prisonniers palestiniens dans la mer Morte. On ne trouve visiblement rien de cet acabit dans les manuels israéliens ou palestiniens, et c'est heureux.

Mais il reste du pain sur la planche. Et il convient de noter que les manuels palestiniens et ultra-orthodoxes sont sensiblement plus partiaux que les livres israéliens. Ainsi, 84% des extraits littéraires des livres palestiniens dressent un portrait négatif des Israéliens et des juifs, et 73% des extraits dans les ouvrages ultra-orthodoxes dépeignent négativement les Palestiniens et les arabes, alors que cette proportion tombe à 49% dans les manuels des établissements publics israéliens. Fragment d'un texte israélien:

«Les pays arabes ont accumulé les armes et les munitions, et entraîné leurs armées, afin de livrer une guerre totale à Israël.»

Les ultra-orthodoxes montent d'un cran:

«Au sein des Etats arabes, Israël est tel un petit agneau au milieu de 70 loups.»

Enfin, version palestinienne:

«L'ennemi s'en est pris aux maisons abandonnées, pillant et emportant tout ce qu'il pouvait de ce village réduit à une succession de tombes.»

Ces passages, s'ils ne sont pas forcément faux, sont partiaux et angoissés; rien de plus favorable ne vient les contrebalancer. Les Palestiniens et les arabes sont montrés sous un angle positif 11% des fois dans les manuels israéliens, et 7% du temps dans les livres ultra-orthodoxes. Tandis que juifs et Israéliens sont envisagés de façon positive 1% du temps dans les ouvrages palestiniens. De même, les photos et les illustrations des manuels palestiniens sont en général plus négatives que celles des livres israéliens, mais il y en a beaucoup moins.

Une différence de taille entre les manuels israéliens d'une part, et les ultra-orthodoxes et palestiniens d'autre part, est la capacité à l’auto-critique. Pour les Israéliens, cette évolution s'est entamée à la fin des années 1990, quand de nombreux historiens ont commencé à étudier avec des yeux neufs les premiers temps de l'histoire du pays, et qu'un député de gauche de la Knesset est devenu ministre de l'Education.

Des cartes d'un autre monde

Certains manuels officiels ont alors admis que des Palestiniens avaient laissé leur terre parce qu'ils en avaient été expulsés. C'est également à cette époque qu'il a été fait mention de l'appellation arabe pour la «guerre d'Indépendance» de 1948: la «Nakba», ou catastrophe. On a par ailleurs demandé à certains étudiants juifs israéliens ce qu'ils auraient pensé du sionisme s'ils avaient été à la place des Palestiniens. Autant d’aspects beaucoup moins présents dans les livres scolaires ultra-orthodoxes ou palestiniens. Ainsi, les ouvrages palestiniens ne traitent pas véritablement de la Shoah et de son lien avec la création d'Israël.

Pour ce qui est des cartes, les chercheurs ont constaté que 58% des manuels palestiniens publiés après 1967 (année où Israël a pris la Cisjordanie et Jérusalem-Est à la Jordanie, Gaza et le Sinaï à l'Egypte, et le plateau du Golan à la Syrie) ne font aucune référence à Israël: toute la zone située entre le fleuve Jourdain et la mer Méditerranée représente la Palestine. Chez les Israéliens, 65% des cartes ne comportent pas de frontières et ne mentionnent ni la Palestine ni l'Autorité palestinienne, tandis que chez les ultra-orthodoxes, ce chiffre atteint un ahurissant 95%. Pour les chercheurs, la comparaison des cartes des différents systèmes scolaires «peut faire penser qu'ils ne vivent pas dans le même monde».

Voici qui illustre à quel point l'enseignement de l'histoire et de la géographie est politisé pour les Israéliens et les Palestiniens, chaque camp essayant parfois littéralement de rayer l'autre de la carte.

Notons que sur ce point, les Israéliens et les Palestiniens ne sont pas uniques en leur genre. Pensons par exemple à Chypre, où durant des décennies, les Chypriotes grecs et turcs ne se sont pas vécus comme appartenant au même peuple, ou à l'Irlande du Nord, dont le qualificatif même donne lieu à des considérations plus que délicates (est-ce une province, un Etat, une région?) Venir à bout de ces distorsions, estiment les auteurs de l'étude, est de ce fait «extrêmement difficile et exige du courage et de la volonté». Ainsi que du temps.

En regard d'autres nations, Israël est un pays relativement jeune, et l'Autorité palestinienne l'est plus encore. Quatre mises à jour de manuels israéliens dénotent que l'enseignement public est de plus en plus apte à l'introspection. Les livres scolaires palestiniens, eux, n'en sont qu'à la première génération.

Jusqu'en 1967, la Jordanie avait la main sur le système scolaire en Cisjordanie, et l'Egypte contrôlait celui de Gaza. Après la guerre de 1967, Israël s'est chargé de l'enseignement palestinien, avec les mêmes manuels jordaniens et égyptiens, mais censurés –interdiction de certains livres, passages barrés dans d'autres. Les Palestiniens sont devenus maîtres de leur système scolaire en 1994, dans le sillage des accords d'Oslo, au cours desquels ils s'étaient engagés à suivre des «mesures de confiance» qui comprenaient une réforme de l'enseignement.

La réaction des politiques

Cependant, le ministre israélien de l'Education ne se satisfait pas de ces explications qui éclairent les problèmes communs et les différences observées dans les manuels scolaires: «Vouloir créer un parallèle entre les systèmes scolaires israélien et palestinien n'a aucun fondement, ni aucun rapport avec la réalité», a ainsi déclaré le ministre du gouvernement Nétanyahou.

Adwan, Bar-Tal et Wexler ont répliqué en défendant leur méthodologie. Le 3 février, Bar-Tal a également adressé une lettre au ministre israélien le menaçant de le poursuivre en diffamation s'il ne présentait pas d'excuses dans les 48 heures. «Ce que je trouve triste est que le ministre israélien semble préférer s'accrocher à une propagande qu'il sait mensongère, plutôt que de changer vraiment les manuels palestiniens et israéliens», a estimé de son côté Wexler. A l'inverse, on a rapporté au chercheur qu'un responsable palestinien avait dit au département d'Etat américain qu'il voyait là «ce dont ils avaient besoin pour rectifier leurs livres scolaires».

Par ailleurs, l'équipe de recherche a répondu point par point à une série de réfutations de la part de l'un des membres du comité consultatif, Arnon Groiss, ancien directeur de recherche de l'IMPACT-SE.

Si le sujet vous intéresse, la réponse vaut la peine d'être lue dans son intégralité. Groiss a mis en avant plusieurs citations selon lui omises par l'équipe. Mais la plus choquante, supposément issue d'un texte palestinien –«vos ennemis ont tué vos enfants, éventré vos femmes, traîné par la barbe vos respectables anciens jusque dans les charniers»– est en réalité une référence à une guerre du VIIe siècle où ne furent pas impliqués les juifs. D'autres citations en cause sont en fait des hadiths, c'est-à-dire des enseignements attribués au prophète Mahomet, qui ne figurent pas dans les manuels scolaires et qui ne sont peut-être pas du tout enseignés dans les écoles, a précisé Wexler. «Si selon lui, c'est ce que nous avons laissé de côté, je suis très heureux qu'il nous le confirme», nous a déclaré le chercheur. La réponse de Groiss se trouve ici, suivie de celle de Wexler.

Le sociologue Sammy Smooha, de l'université de Haïfa, qui dirige une étude annuelle sur les relations israélo-arabes, estime que l'objectif devrait à présent être de rédiger des manuels scolaires qui exposent davantage le point de vue de l'autre camp.

«Il faut considérer les arguments de l'autre sérieusement, et pas juste monter des théories spécieuses pour mieux les démolir.»

Eyal Naveh, professeur d'histoire à l'université de Tel Aviv et auteur de plusieurs livres scolaires pour le collège et le lycée, acquiesce:

«L'ignorer, c'est faire comme si ça n'existait pas.»

Reste qu'on ne sait pas vraiment ce qui se passe dans les salles de classe; ce n'est pas parce que ça n’apparaît pas dans les manuels que certains professeurs ne l'enseignent pas. Smooha met finalement le doigt sur l'essentiel, à savoir qu'il est difficile de traiter vraiment le problème tant que les deux camps ne seront pas sortis de l'impasse politique pour parvenir à un compromis.

«Les mesures de confiance [sont compliquées à mettre en place] quand chacun rechigne à accorder à l'autre sa confiance.»

Il y a quelques années, Naveh, Adwan et l'historien israélien Dan Bar-On ont écrit un manuel d'un genre nouveau, Side by Side, qui consiste en la «narration double» des événements marquants dans la région depuis 1917 jusqu'à la deuxième Intifada de 2000. Naveh qualifie l'ouvrage de «brillant échec»: bien qu'acclamé dans la presse internationale et vendu à l'étranger, il a été interdit par les ministres de l'Education israélien et palestinien. Naveh pense qu'aujourd'hui, un tel manuel ne pourrait «absolument pas» être inscrit aux programmes israéliens et palestiniens.

D'où, peut-être, la conclusion mesurée de l'étude, dans laquelle les auteurs se contentent d'appeler à la création, dans les deux camps, de comités d'examen des manuels actuels et à venir. «Cela leur prendra beaucoup de temps pour écrire une histoire commune, voire pour y travailler ensemble», prédit Wexler. «Tout ce que nous souhaitons, c'est que les ministres lisent notre étude, lisent leurs manuels respectifs, et décident s'il n'y a pas des choses susceptibles d’être modifiées.»

Emily Bazelon et Ruth Margalit

Emily Bazelon est journaliste à Slate.com, Ruth Margalit est une écrivain israélienne qui vit à New York et travaille pour The New Yorker.

Traduit par Chloé Leleu

Emily Bazelon
Emily Bazelon (21 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte