France

Chirac et Rocard parlent trop fort

Temps de lecture : 2 min

Etonnant article jeudi 18 juin dans le Parisien: le quotidien raconte par le menu un déjeuner entre Jacques et Michel, deux vieux potes de Sciences-Po. Les deux convives parlaient visiblement très fort et les voisins ont tout entendu.

Et on commence par Sarkozy. «Et toi, tu t’entends bien avec Sarkozy?», demande Michel (Rocard). «Ça va, ça va, répond Jacques (Chirac). Mais quand j’ai un message à faire passer, j’appelle Claude Guéant». François Hollande s'en tire nettement mieux. «Je le vois très souvent. J’ai encore passé le week-end avec lui à Tulle. Je le redécouvre, c’est un gars bien», raconte Jacques Chirac à son ami de 50 ans.

La fin du déjeuner donne lieu à une dernière anecdote. L'ancien Président propose au socialiste de le raccompagner en voiture. Mais Rocard a sa voiture: «La République a cela de bien qu’elle est généreuse avec ceux qui l’ont servie, même à des postes aussi subalternes que celui de Premier ministre.»

[Lire l'article complet sur le site du Parisien]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr

Newsletters

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

Prudence... et action rapide. Selon Pierre-Yves Cossé, commissaire au Plan de 1988 en 1992, l'embellie apparente de certains indicateurs économiques ne signifie absolument pas une prochaine sortie de crise.

Newsletters