L'astéroïde 2012 DA14 frôle la Terre vendredi: vous ne devez pas en avoir peur

Toutes les réponses aux questions que vous vous posez (ou pas) sur l’Astéroïde 2012 DA14 qui va nous frôler vendredi.

Graphique de la Nasa montrant l'astéroïde en approche. REUTERS/NASA/JPL-Caltech

- Graphique de la Nasa montrant l'astéroïde en approche. REUTERS/NASA/JPL-Caltech -

Le vendredi 15 février, la Terre va être quasiment frôlée par un astéroïde. Baptisé 2012 DA14, ce gros caillou de 44 mètres de diamètre va en effet passer à 27.000 kilomètres de la Terre. C’est plus près que l’orbite de nos satellites géostationnaires, et donc vraiment très près!

Mais pour éclaircir la question et éviter les paniques: Cet astéroïde ne constitue pas une menace pour nous, ni maintenant ni dans un futur prévisible. Cette quasi-collision n’aura pas d’effets désastreux. Au contraire, c’est plutôt une bonne chose, car à chaque fois qu’un astéroïde se rapproche de la terre sans la heurter, nous en apprenons énormément sur eux: comment les détecter, suivre leur trajectoire et même comment en parler au grand public.

Alors laissez-moi donc vous causer de ce petit caillou et vous expliquer ce qu’il a de génial.

PLTDL!

Pour tout ceux qui sont affectés par le syndrome: tl;dr («Pas Le Temps De Lire», ou« Trop Long; Pas Lu», ndlr) j’ai réalisé une petite vidéo de deux minutes pour une nouvelle série de documentaires scientifiques diffusés sur Internet, This Week In Science and Technology (TWIST) avec mon amie, le Dr. Carin Bondar (mon allocution commence à 1m53s).

Voilà pour la base, mais si vous avez vraiment envie de vous distraire, lisez ce qui suit.

Des Cailloux dans le Ciel

2012 DA14 a été découvert en février 2012 par des astronomes de l’Observatorio Astronomico de La Sagra (Espagne); il passait alors à une bonne distance de la terre (2,6 millions de kilomètres). Cet astéroïde à une orbite assez proche de la terre, mettant 366 jours pour effectuer sa révolution autour du soleil. Son orbite est légèrement plus elliptique que celle de la Terre et inclinée d’environ 11° par rapport à la nôtre. Mais tout cela va bientôt changer: après notre «rencontre» de cette année, la gravité de la Terre va changer légèrement l’orbite de DA14.

L’orbite de 2012 DA14... avant sa «rencontre» avec la terre cette année. Image NASA/JPL

Les astéroïdes sont de classes variées, en fonction de leurs orbites; les astéroïdes Apollon ont, par exemple, un demi grand-axe (le rayon de leur orbite mesuré sur la partie la plus longue de l’ellipse) plus grand que celui de la Terre. A l’heure actuelle, DA14 est ainsi classé comme un Apollon (ou Apollo), mais après le 15 février, son orbite va tellement changer qu’il va probablement devenir un Aten.

La forme exacte qu’aura l’orbite de D14 après ce week-end est inconnue, mais ce qui est certain, c’est que nous pouvons exclure tout impact potentiel avec la terre avant un bon bout de temps. La prochaine fois que D14 se rapprochera de la Terre, ce sera en 2046 et il ne s’approchera pas à moins de 1,6 million de kilomètres.

Il va vraiment passer près?

DA14 va donc nous «frôler» en passant à 27.000 kilomètres de la surface de la Terre. La Terre a elle-même un diamètre d’environ 13.000 kilomètres. L’astéroïde va donc passer à une distance équivalente au double du diamètre de notre planète. Il est sans doute difficile de s’en faire une représentation mentale et voilà pourquoi j’ai donc inséré un diagramme:

Ce diagramme nous montre le trajet de DA14 quant il va se rapprocher de nous, bien plus près que bon nombre de nos satellites. (Geosynchronous Ring: Orbite des satellites géostationnaires). Image: NASA/JPL

Ce diagramme, élaboré par des scientifiques de la Nasa/JPL est à l’échelle (l’astéroïde lui-même serait bien plus petit qu’un pixel à cette échelle; la Terre est plus de 100.000 fois plus grande que DA14). Vous pouvez voir la Terre au centre, représentée par un grand disque vert, la trajectoire de DA14, le cercle autour duquel les satellites géostationnaires orbitent (soit environ 36.000 kilomètres au-dessus de la surface de la Terre. Sur ce diagramme, nous sommes placés au dessus des orbites des satellites artificiels et de la Lune, que nous voyons donc comme des ellipses. DA14 arrive par «en bas» et monte ensuite pour sortir de l’orbite de la Terre.

DA14 passe du côté non éclairé de la Terre (le Soleil est à gauche du diagramme, trop loin pour être représenté), ce qui est un avantage pour nous: s’il passait du côté éclairé, il serait bien plus difficile à observer. Son horaire de passage, environ 19h.30 en temps universel (20h.30 heure française), signifie que les habitants de l’Europe de l’Est, de l’Asie et de l’Australie en auront la meilleure vue.

Ce passage à proximité de la Terre a été prévu l’an dernier, peu de temps après la découverte de l’astéroïde. La Nasa et le JPL ont réalisé ensemble une sympathique vidéo informative sur lui. A la 37e seconde du film, vous pouvez assister à la rencontre du point de vue de DA14:

Si l’on exclut les véritables impacts, 2012 DA14 ne se classe qu’à la huitième place des astéroïdes ayant approché la Terre (et dont nous ayons trace, bien sûr). Le record de l’astéroïde étant passé le plus près de nous sans nous frapper est détenu par 2011 CQ1 qui, en 2011, est passé à 5.500 kilomètres de la surface de la planète bleue –une distance inférieure au rayon de la Terre! Il ne faisait qu’un mètre de circonférence et s’il nous avait frappé, nous n’aurions sans doute assisté à rien d’autre qu’à une spectaculaire boule de feu, sans véritables dégâts.

Mais malgré cela, DA14 est un des plus gros astéroïdes à nous frôler. Pourtant, comparé aux autres astéroïdes, avec ses 44 mètres de circonférence, il est clairement très petit.

Est-ce que je vais pouvoir le voir?

Bien qu’il passe vraiment très près de nous, le DA14 est si petit qu’il n’apparaitra jamais assez clairement pour être aperçu à l’œil nu. Selon les prévisions que j’ai pu consulter, on lui attribue une magnitude de 7, ce qui est deux fois moins brillant que la plus petite chose que vous puissiez observer. Toutefois, une telle brillance est largement détectable par des jumelles ou des petits télescopes.

J’insiste à nouveau sur le fait que D14 n’est pas l’astéroïde qui passe le plus près de la Terre depuis que l’on est en mesure de les observer (certains sites rapportent les choses de cette manière: c’est faux). En 2008, pour commencer, le petit astéroïde 2008 TC3 est entré en collision avec la Terre. Il ne faisait qu’un mètre de circonférence et ne fut détecté qu’un jour avant l’impact –il a brûlé au dessus du Soudan, en Afrique. Une expédition a été envoyée sur place pour en collecter les météorites et j’ai peu en tenir quelques-unes dans ma main. C’est un sentiment incroyable.

L’astéroïde 2012 DA14 vu depuis l’observatoire de La Sagra en 2012. Crédit: La Sagra/ESA

Si vous chercher sa position, le site Heavens Above a consacré une page à la position de l’astéroïde au fur et à mesure de sa progression.

Si vous êtes déjà rompus aux observations astronomiques et en mesure d’utiliser des coordonnées astronomiques, il vous est possible de générer des éphémérides de la position de l’astéroïde sur la page Internet IAU Minor Planet. Sinon, il vous suffit de contacter le club d’astronomie le plus proche de chez vous où les observatoires qui suivent sa progression. J’imagine que plusieurs observatoires vont suivre cet événement en direct et posteront des images et des vidéos en ligne. Au moment où j’écris ces lignes, je sais que l’observatoire de Clay à Brookline, dans le Massachusetts, en diffusera des images en ligne et en direct quand DA14 sera visible pour lui. L’observatoire a également une page qui fourmille d’infos, comme celle de l’Observatoire de Paris.

A quel rythme ce genre de choses se produisent?

Au risque de me répéter: cet astéroïde ne va pas entrer en collision avec la Terre et nous sommes donc en sécurité. Mais il est loin d’être le seul astéroïde dans l’espace. A quel rythme sommes nous donc approchés par ces corps célestes?

En moyenne, des astéroïdes de cette taille approchent la Terre à des distances comparables tous les 40 ans. Mais naturellement, la chose est variable: le prochain astéroïde pourrait passer dans une semaine ou dans plus de 100 ans. C’est donc juste une moyenne, sur une longue période de temps.

Mais attention, la Terre est percutée par environ 100 tonnes de matériaux CHAQUE JOUR! Ce sont, la plupart du temps d’innombrables débris de la taille d’un grain de riz ou de sable ou plus petit. Plus les objets sont gros, plus ils sont rares.

A l’heure où j’écris ces lignes, l’approche de six astéroïdes variés est recensée pour l’année qui vient, mais ce nombre va très probablement augmenter au fur et à mesure; la plupart des astéroïdes sont tous petits et ne sont découverts que lorsqu’ils sont en approche.

Si les mouvements à proximité de la Terre ne sont pas très courants, le véritable impact d’un astéroïde de 50 mètres de diamètre ou plus est plus rare encore et se produit en moyenne moins d’une fois pas millénaire. C’est une bonne chose, parce que, sans vouloir être trop technique: un truc pareil, ça craint.

Bon d’accord, DA14 ne va pas nous toucher. Mais s’il nous touchait, il se passerait quoi?

Ah, vous êtes de ces gens qui aiment jouer à se faire peur? OK, alors essayons d’imaginer ce qui se passerait si la trajectoire de DA14 venait à croiser la nôtre pour de bon. Nous avons quelques éléments de comparaison, en plus. Dans l’Arizona, il y a par exemple un cratère baptisé –comme c’est original– Meteor Crater, qui mesure près d’1,2 km de large. Il a été provoqué par la chute, il y a environ 50.000 ans, d’un astéroïde d’une taille à peu près comparable à celle de DA14 qui, au moment de l’impact, a probablement provoqué une détonation libérant une énergie équivalente à l’explosion de 20 mégatonnes d’armes nucléaires.

L’explosion de Toungouska représentée par Don Davis, un artiste spécialiste des questions spatiales. (Avec l’aimable autorisation de Don Davis)

Cet astéroïde était métallique. Il a donc pu traverser l’atmosphère terrestre et frapper le sol. Nous savons à présent que la plupart des astéroïdes sont bien moins solides et exploseraient sans doute dans l’atmosphère, en se désintégrant sous la pression exercée par une progression dans l’air à Mach 20. C’est arrivé en Sibérie en 1908 lors du fameux événement de la Toungouska. Une fois encore, un astéroïde de la taille de DA14 est arrivé, mais il a, cette fois, explosé dans les couches supérieures de l’atmosphère.

Ce ne fut pas, loin s’en faut, une mince affaire. Des arbres furent arrachés et brûlés sur des centaines de kilomètres carrés et il est quasi certain que toute vie a été éradiquée dans un rayon de 10 kilomètres de l’épicentre du phénomène. (Soixante millions d’arbres auraient été détruits dans une explosion équivalente à une centaine de fois celle d’Hiroshima, NdT).

Autant dire qu’il n’est pas franchement souhaitable que de tels objets viennent nous frapper. Ils ne provoqueront pas une extinction globale, mais il n’est pourtant pas nécessaire que la terre soit frappée par un objet céleste de 10 kilomètres de large (comme celui qui a provoqué la disparition des dinosaures) pour provoquer un effet catastrophique. Un objet de la taille de DA14 pourrait anéantir une ville entière. Et il n’a même pas besoin de frapper des terres habitées: il suffirait que l’un d’eux frappe n’importe où sur le territoire états-unien pour provoquer un effondrement de l’économie mondiale. Souvenez-vous qu’il a suffit d’une poignée de personnes écrasant des avions de ligne dans des tours pour aboutir au même résultat. Un impact d’astéroïde, et particulièrement un impact qui se produirait sans prévenir, aurait des conséquences bien plus graves.

Cette menace n’est pas une blague. Elle est bien réelle et il nous faut la prendre au sérieux. Nous devons construire davantage d’observatoires pour observer le ciel et élaborer un plan au cas où nous apercevrions une météorite qui fonce droit sur nous. De nouveaux observatoires vont bientôt se retrouver en ligne, ce qui va nous aider. Il faut aussi dire que la NASA et la fondation privée B612 ont pour projet de lancer des missions d’observation spatiales visant à étudier de près ces objets qui frôlent notre planète. B612 a même quelques idées sur la manière dont il serait possible d’empêcher un de ces corps célestes de nous anéantir. J’ai délivré une conférence sur ce sujet précis.

D’ailleurs, à ce propos, l’astéroïde Apophis qui avait fait les gros titres quand on pensait qu’il existait une possibilité qui nous frappe de plein fouet. Aujourd’hui, le risque est réduit à zéro, ce qui signifie que nous sommes également à l’abri de celui-là.

OK, super. Mais est-ce qu’il peut heurter un satellite?

D14 passant plus près de la Terre que certains satellites en orbite autour de notre planète, il n’est pas totalement stupide de poser cette question. La réponse est que c’est très improbable. Il y a une petite chance, mais le caillou est petit et les satellites encore plus petits. L’espace, lui, est GRAND. C’est d’ailleurs pour cela qu’on l’appelle ainsi. Il y a des milliards de kilomètres cubes totalement vides, à peine occupés par de tous petits fragments de matières solides.

Autrement dit: il est extrêmement rare que des satellites soient heurtés par des débris cosmiques alors qu’il y a énormément de débris qui se baladent dans l’espace. La probabilité qu’un gros machin se baladant tout seul vienne frapper un satellite est ENCORE plus faible. Je suis même prêt à parier un paquet d’argent que rien ne sera touché par le DA14 – et les fabricants de satellites parient cet argent pour de bon! La Nasa a contacté les compagnies de satellites et leur a fourni les coordonnées de la trajectoire de DA14 par mesure de précaution, mais je ne pense pas que quiconque soit véritablement inquiet pour nos petits coucous.

Et en quoi ça me regarde?

Pour la plupart des gens le passage de 2012 DA14 sera un non-événement; si vous n’en aviez jamais entendu parler, il serait passé près de la Terre sans que vous le sachiez, en pleine nuit, dans le silence le plus complet.

Mais en fait, cette histoire est une sacrée histoire. Déjà parce que son passage va nous permettre de vérifier nos modélisations du comportement des astéroïdes; quelle est la précision des prévisions de l’an dernier, fondée sur les observations d’alors, comment nous pouvons l’améliorer, à quelle vitesse et avec quel degré de précision pouvons nous intégrer les données des nouvelles observations? Nous allons pouvoir vérifier tout cela.

En plus, ce gros bébé va traverser le ciel à TRES grande vitesse.

Au moment où il sera le plus près de nous, son mouvement sera suffisamment rapide pour le voir traverser la face de la Lune pendant environ 40 secondes. Suivre un objet aussi rapide avec un télescope n’est pas chose aisée. Voilà un excellent test pour les ingénieurs spatiaux.

Enfin, nous allons pouvoir disposer de nombreuses observations et elles seront ensuite réunies et compilées dans un programme de paramétrage d’orbites qui sera utilisé pour faire des prédictions dans le futur. J’imagine que cela risque d’occuper plusieurs astronomes pendant un sacré bout de temps.

Et puis, voyons les choses en face: les gens auraient fini par en entendre parler, d’une manière ou d’une autre. On peut trouver ici et là des unes sensationnalistes (j’en ai vu récemment une qui affirmait que l’astéroïde allait passer «dangereusement près» de la Terre, soit une expression qui n’a qu’un seul objectif: faire peur. Il n’y aura pas de collision. Point) et de ridicules théories conspirationnistes qui affirment que DA14 va en fait nous heurter et/ou nous affecter d’une manière ou d’une autre. Nous avons hélas été confrontés à ce genre de théories par le passé – elles se sont toujours avérées fausses –  mais cela n’empêche pas de les voir réapparaitre régulièrement.

Pour moi, cet astéroïde est intéressant d’un point de vue scientifique, certes, mais il constitue avant tout une bon exercice d’information du public, qui s’intéresse aux questions scientifiques en général et aux astéroïdes en particulier. Je suis en fait assez content de ce que je peux voir autour de moi: beaucoup de faits et plutôt moins de stupidités ou d’articles sensationnalistes. Peut-être que nous nous y prenons mieux.

En plus, disons-le tout net: le passage de cet astéroïde est tout simplement cool. L’univers est immense et la Terre est une toute petite cible. Ce genre de visite n’est pas si fréquente et je trouve vraiment génial qu’elle reçoivent toute cette attention. Tout ce qui se passe autour de DA14 est clairement positif à mes yeux, y compris l’intérêt du public pour le sujet. J’espère que quand cet intérêt va retomber, les gens vont de plus en plus se passionner pour les astéroïdes en général, ce qui pourrait nous permettre de financer de nouvelles études visant à une meilleure compréhension des astéroïdes, de mieux les observer et, peut-être, qui sait, un jour d’en visiter un?

Et un dernier mot, pour la route:

Non. Vraiment, non. Pas cette fois en tous cas.

Phil Plait

Traduit par Antoine Bourguilleau

Devenez fan sur , suivez-nous sur
 
L'AUTEUR
Phil Plait, créateur du blog Bad Astronomy, est un astronome, conférencier et auteur. Après 10 années de travail sur les données du télescope spatial Hubble et six années passées à enseigner l'astronomie, il a décidé d'écrire. Ses deux livres sont Bad Astronomy: Misconceptions and Misuses Revealed, from Astrology to the Moon Landing "Hoax" et Death from the Skies! These Are the Ways the Universe Will End. Il a également écrit des dizaines d'articles de magazine et des milliards d'articles de blog. C'est un sceptique et il combat les abus scientifiques, mas sa vraie passion est de faire l'éloge des merveilles de la vraie science. Ses articles
TOPICS
PARTAGER
LISIBILITÉ > taille de la police
D'autres ont aimé »
Publié le 15/02/2013
Mis à jour le 15/02/2013 à 11h20
3 réactions