Salaire à vie: l'emploi est mort, vive le salariat!

Euro Money In Pots. Images_of_Money via Flickr CC License by.

Euro Money In Pots. Images_of_Money via Flickr CC License by.

Et si, de la même manière que le suffrage universel est venu récompenser notre capacité à tous participer à la chose publique, un salaire à vie venait consacrer notre capacité à tous produire de la valeur? C'est l'idée mise en avant par l'économiste et sociologue Bernard Friot.

Imaginez une société où chacun d'entre nous toucherait un salaire à vie, versé de façon inconditionnelle à partir de la majorité. L'échelle des revenus serait de 1 à 4, soit de 1.500 à 6.000 euros.

Le passage d'un niveau à l'autre serait fonction de la qualification, équivalent du grade dans la fonction publique, attestant qu'une personne «peut participer à un certain niveau de création de valeur économique et a donc droit à un tel niveau de salaire». Ces qualifications, dont la liste précise serait sujette à délibérations, incluraient l'ancienneté, la pénibilité, les diplômes...

Cette société existe, du moins sur le papier: elle est l'oeuvre de l'économiste et sociologue Bernard Friot, professeur à l'université Paris-X et auteur notamment de L'Enjeu du salaire, qui voit dans ce système du salaire à vie le moteur d'une véritable révolution. Il permettrait en effet de nous libérer de la «convention capitaliste du travail», qui nous réduit au rang de marchandises que l'on échange sur le marché du travail. Pour cet universitaire, le chantage à l'emploi fait de nous des «mineurs sociaux» qui ne sont pas reconnus comme «producteurs de valeur économique», et le salaire à vie nous transformerait en «majeurs sociaux».

Tous retraités!

Bernard Friot postule que la qualification et le salaire correspondant viendraient récompenser notre capacité à tous à créer de la valeur économique, au même titre que le suffrage universel est venu reconnaître notre capacité à participer à la chose publique. Il rappelle que le salaire à vie existe déjà: en effet, les fonctionnaires et les retraités touchent déjà un salaire universel. En le généralisant à l'ensemble des Français, le sociologue ne veut pas seulement éradiquer la misère, mais bien dessiner les contours d'un nouveau système:

«L'enjeu du salaire, c'est la possibilité de sortir du capitalisme. Non pas de le contenir, non pas de bouger le curseur de la répartition de la valeur ajoutée en faveur du salaire et au détriment du profit, mais de se passer des capitalistes, d'affecter toute la valeur ajoutée au salaire, y compris la part qui doit aller à l'investissement. Nous n'avons besoin pour travailler ni d'employeurs, ni d'actionnaires, ni de prêteurs.»

Cette révolution qu'il appelle de ses vœux est, selon lui, déjà en marche car elle s'appuie sur un «déjà-là émancipateur» dont nous ne soupçonnons pas la puissance subversive: la cotisation. En effet, entre les cotisations dites «patronales» et «salariales», près de la moitié de notre salaire est aujourd’hui socialisé et permet de financer la sécurité sociale et les minimas sociaux. Bernard Friot propose de prolonger cette conquête et de socialiser 100% du salaire.

La fin du profit

Ainsi, une entreprise ne paierait plus de salaires mais verserait de l'argent directement dans une caisse dédiée, chargée de rémunérer les salariés en fonction de leur qualification, qu'ils soient ou non en poste chez elle. Mais Bernard Friot ne s'arrête pas là: il propose que toute la valeur ajoutée de l'entreprise soit socialisée et que le profit soit donc supprimé. L'argent ainsi collecté servirait à payer les salaires mais aussi l'investissement des entreprises et la Sécurité sociale.

«Cet assèchement du profit permettra la maîtrise de l'investissement, bien sûr, mais aussi sa progression considérable, puisqu'il sera financé sans remboursement et sans taux d'intérêt, deux freins à la dynamique des entreprises», explique-t-il. Avec cette méthode, il estime que la part du PIB consacrée à l'investissement pourrait passer à 30%, contre 20% aujourd'hui.

Les porteurs de projets devraient demander des financements auprès d'une caisse chargée d'en étudier la viabilité et l'utilité. Ainsi, ils ne seraient plus dépendants des prêts bancaires, de leur épargne personnelle ou du bon vouloir des apporteurs de capitaux et leur vision court-termiste.

En conséquence de quoi, les entreprises «permettront de travailler mais ne rapporteront aucun revenu, qu'elles soient individuelles, en cas de travail indépendant, ou collectives. [...] Il n'y aura plus ni employeurs, ni actionnaires». Pour autant, les entrepreneurs, qu'il définit comme «des personnes qui impulsent des productions et des collectifs de travail» existeront toujours, de même que la hiérarchie au sein des entreprises.

«La coopération s'imposera entre qualifiés pour trancher les conflits; conflit sur les valeurs d'usage à produire, conflit sur les conditions de travail, conflit sur le périmètre de l'entreprise et les relations interentreprises», prédit Bernard Friot. La suppression du profit permettra de rendre les entreprises démocratiques et non ploutocratiques comme c'est le cas aujourd'hui.

Pour mener à bien cette révolution, Bernard Friot s'appuie donc sur deux piliers, la cotisation et la qualification, qui sont au cœur de sa proposition. Mais pour que les citoyens retrouvent la souveraineté sur la création de valeur économique, il envisage un autre bouleversement majeur: la remise à plat de la création monétaire.

Le crédit bancaire, que le prix Nobel d'économie français Maurice Allais apparentait à de la création de monnaie par les faux-monnayeurs, serait ainsi supprimé. La monnaie ne serait plus créée en anticipation du rendement d'un investissement, comme le font les banques, mais en prévision de la qualification de nouvelles personnes arrivant à l'âge de 18 ans

Pour commencer en douceur, l'auteur propose d'attribuer un salaire à vie à la tranche des 18-22 ans, ce qui représenterait un effort financier de l'ordre de 4% du PIB (environ 20% si on opte pour les 18-37 ans). «Ainsi les entreprises pourront-elles tester l'intérêt qu'il y a à cotiser plutôt qu'à payer des salaires, les caisses prendront leurs marques avant l'extension du dispositif à toute la population, les effets pervers ou induits pourront être appréciés et corrigés», avance-t-il.

Son projet est débattu par diverses organisations politiques (NPA, Front de Gauche, Alternative libertaire, CGT...), notamment dans les sections locales qui l'invitent fréquemment à débattre, mais aucune de ces organisations n'a officiellement pris position  en faveur du salaire à vie au niveau national.

Payés à rien foutre?

D'une radicalité assumée, la proposition de Bernard Friot séduit autant qu'elle interroge. Une des principales objections opposées au salaire à vie (comme au revenu de base) est le fait qu'avec un salaire garanti, les gens arrêteraient de travailler.

Bernard Friot conteste cette allégation. Il rappelle que «c'est une intention que l'on prête toujours aux autres: interrogés sur le fait de savoir s'ils continueront à travailler avec un salaire à vie, les sondés répondent qu'eux continueront mais pas les autres. Ensuite, ceux qui ne font rien sont bien moins dangereux que tant qui font aujourd'hui. Mieux vaut ne rien faire que d'être une inspectrice d'académie appliquée à détricoter la fonction publique ou un ouvrier fabriquant des OGM».

Il argue également que sa proposition rendra caduque cette objection fréquente car la qualification viendra remplacer le temps de travail comme mesure de la valeur économique. L'auteur rappelle que les retraités, par exemple, contribuent à hauteur de 13% du PIB sans que cette création de valeur ne soit prise en compte.

Enfin, il met en garde contre «l'ethnocentrisme petit-bourgeois» qui fait croire que certains arrêteront leur activité jugée dégradante. S'appuyant sur une étude, il relève que les éboueurs, contrairement à ce que l'on pourrait croire, non seulement aiment leur métier mais ont conscience de leur utilité sociale. Il faut ajouter à cela le besoin humain de reconnaissance de son utilité sociale, qui passe notamment par le travail.

Il prend également l'exemple de la fonction publique où les fonctionnaires sont moins menacés dans leur emploi mais se présentent tout de même au travail. Il rappelle enfin que, même si le salaire est garanti dans son système, le licenciement, lui, est toujours en vigueur.

Il nous faut des patrons!

Un autre argument avancé contre le salaire à vie est la nécessité d'avoir des entrepreneurs compétents dont la seule motivation serait l'argent. C'est comme cela que l'on justifie les rémunérations extrêmement élevées des grands patrons actuels. Avec un salaire plafonnée à 6.000 euros, ne risquerait-on pas de voir l'envie d'entreprendre et la volonté d'innover freinées, et de devoir se contenter de «minables»?

Bernard Friot fait valoir que sur le web, la coopération non lucrative marche très bien, prenant l'exemple des logiciels libres. De même, dans le milieu universitaire, la motivation n'est pas tant le salaire que celle d'être «le premier à mettre à jour une nouveauté».

D'autres mettent en cause la capacité des citoyens à gérer une entreprise. «L'incapacité populaire est l'argument classique de tout privilégié, et les propriétaires lucratifs ne manquent pas de communicants pour entretenir cette conviction, y compris chez ceux qu'ils maintiennent en servitude», réplique l'auteur. Il remarque qu'à chaque fois que des salariés se mobilisent pour reprendre leur entreprise, ils ont un «appétit vif pour comprendre les questions économiques face au sentiment d'avoir été bernés par les experts».

Les partisans du revenu de base, une autre forme de revenu inconditionnel [1], partagent les ambitions émancipatrices de Bernard Friot mais critiquent sa proposition. Un d'eux, Baptiste Mylondo, avance notamment que des salaires allant de 1.500 à 6.000 euros ne feraient que nous encourager à consommer plus sans prendre en considération les limites écologiques. Bernard Friot explique qu'il imagine bien volontiers une fourchette plus basse, à condition que la sphère de la gratuité soit étendue (notamment au logement).

Les défenseurs du revenu de base mettent également en cause le caractère constructiviste de la proposition de Friot: elle ne laisserait pas assez de place à l'individu pour décider de la société dans laquelle il veut vivre, contrairement au revenu de base, qui serait lui plus humaniste et adaptable aux volontés de tous. La socialisation totale du salaire rappelle inévitablement le communisme (il est d'ailleurs proche du PC), un projet politique qui est loin de faire l'unanimité.

C'est bien là la principale limite de son projet: dans une société ou le capitalisme est largement intériorisé, il paraît difficile de convaincre une majorité de personnes de la nécessité d'un changement radical de système. L'auteur se dit néanmoins «tout à fait confiant quant à la possibilité de faire valoir de manière majoritaire une qualité de vie fraternelle, sobre. Ça rejoint une aspiration extrêmement partagée. La consommation actuelle n'est qu'une compensation de l'absence de maîtrise de son quotidien».

Pourtant, il ne croit pas que son salaire à vie s'imposera grâce aux urnes. Mais il compte sur le «spectacle de l'inefficience du capitalisme» pour que le salaire à vie s'impose comme une évidence et met l'accent sur le travail de sensibilisation qu'il réalise avec le Réseau salariat et l'Institut européen du salariat:

«La demande est énorme. Certes, ça concerne encore une minorité, mais une minorité prescriptive. Nous sommes actuellement dans un temps froid de l'histoire. Mais dans un temps chaud pendant lequel le peuple se met en mouvement, ce qui arrive régulièrement (1789, 1870, 1936), cette minorité tirera le mouvement. Il faut préparer ce moment par un travail d'éducation populaire.»

Emmanuel Daniel

[1] Disclaimer: Je contribue occasionnellement au site revenudebase.info. Revenir à l'article

A LIRE AUSSI