Culture

Grammy, Victoire, MTV Video Music Award, NRJ Award... Quel prix vaut-il mieux gagner?

Claire Verdier, mis à jour le 10.02.2013 à 23 h 10

Entre deux remises de prix musicaux — ce dimanche, c'est la soirée des Grammys, vendredi, c'était les Victoires—, interrogeons-nous sur la portée de chacun d'entre eux: à quoi ils servent vraiment pour ceux qui les reçoivent et ceux qui regardent les cérémonies.

Arcade Fire lors des Grammy 2011. REUTERS/Lucy Nicholson

Arcade Fire lors des Grammy 2011. REUTERS/Lucy Nicholson

Entre les Victoires de la musique, vendredi, et les Grammy Awards ce dimanche, on s'est penché sur le fonctionnement des nombreux prix de la musique décernés chaque année en France, aux Etats-Unis et en Angleterre. A quoi ils servent vraiment? Comment sont-ils attribués? Ont-ils une valeur financière? Artistique? Les cérémonies de remises des prix sont-elles ringardes ou cools? Une ribambelle de questions qu'on se pose et plein de réponses auxquelles on ne pensait pas...

Les Grammy Awards

Rihanna aux Grammys 2012. REUTERS/Mario Anzuoni

C’est quoi? Une cérémonie créée en 1958 pour récompenser les meilleurs groupes, artistes et techniciens de l’année précédente, principalement américains mais pas que. Diffusés sur CBS, les prochains Grammy ont lieu ce dimanche 10 février.

Derniers vainqueurs : Adele, Bon Iver, Foo Fighters, Kanye West, Adele, Adele, Adele...

Comment ça marche? Depuis 2012, les Grammy ne comportent plus que 78 catégories (contre 109 en 2011). Quatre sont plus prestigieuses que les autres et hors genres musicaux : le Grammy de l’album de l’année, celui de la meilleure chanson (décerné au compositeur du titre et son producteur), celui du meilleur enregistrement (décerné, contrairement à la meilleure chanson, à l’interprète du titre, son producteur et son ingénieur du son) et celui du meilleur nouvel artiste de l’année. Le reste des catégories se divisent en genres musicaux (rock, r'n'b, dance, pop...) ou en type de support (clip, pochette...).

Coefficient de ringardise: 6/10 pour la catégorie country et certaines catégories pop ou dance (coucou David Guetta et Michael Buble). 2/10 pour les catégories rap, musique alternative, rock et les Awards les plus importants.

Coefficient petits arrangements entre amis : 5/10, les nominations et les vainqueurs étant désignés par la National Academy of Recording Arts and Sciences, composée de musiciens et de personnes de l’industrie de la musique américaine (producteurs, ingénieurs, techniciens…) impliquées de près ou de loin dans la production des albums nominés.

Niveau d’importance : 10/10. On ne déconne pas avec les sacro-saints Grammy qui ont été regardés l'année passée par plus de 40 millions de téléspectateurs aux Etats-Unis, soit autant que la cérémonie des Oscars 2012.

Etre lauréat fait grimper les ventes d'albums: on appelle ça le «Grammy Effect». Après avoir empoché cinq Grammy en 2008, Amy Winehouse a par exemple vu son album Back To Black prendre la seconde position du Billboard US 200 dont le classement est basé sur les ventes de disques physiques et digitales.

Pour les plus jeunes groupes ou les groupes plus indé et moins connus du grand public (MGMT en 2010, Arcade Fire en 2011, Bon Iver en 2012 ), une nomination ou une victoire aux Grammy sont une porte d'entrée pour s'établir sur le marché américain.

En fait ça sert à : Récompenser les chansons que Taylor Swift a écrit sur chacun de ses ex; répondre à la question «who is Arcade Fire?».

Les Brit Awards

Le chanteur de Blur Damon Albarn lors des BRIT Music Awardsà Londres en février 2012. REUTERS/Dylan Martinez

C’est quoi ? L'équivalent anglais des Grammy Awards crée en 1977. La prochaine cérémonie aura lieu le 20 février en Angleterre et sera retransmise en direct sur la chaîne ITV 1 et Radio 1.

Derniers vainqueurs : Adele, Coldplay, Foo Fighters, Rihanna, Lana Del Rey...

Comment ça marche ? Les Brit Awards ont été crée par la British Phonographic Industry (BPI) formée de membres des trois plus grosses maisons de disques mondiales (les majors Warner, Universal et Sony) et de membres de labels indépendants. Les nominations et une partie des votes sont confiés à la Brits Academy composée de mille personnes issues du monde de la musique (labels, éditeurs, managers, producteurs, journalistes, promoteurs...) choisies par la BPI et quelques autres organismes de l'industrie de la musique. Le reste est confié au public ou à un panel de critiques musicaux pour le Critics' Choice Award.

Cette année, les Brit Awards comportent treize catégories : neuf réservées aux groupes et artistes britanniques et quatre aux groupes internationaux.

Coefficient de ringardise : 4/10, parce qu'on y retrouve aussi bien les Arctic Monkeys que le boys band pour ados One Direction.

Coefficient petits arrangements entre amis : 5/10 puisque la Brits Academy se réserve le droit de choisir plus de la moitié des gagnants.

Niveau d’importance : 8/10, presque autant que les Grammy. Une victoire aux Brit Awards influe directement sur les ventes d'albums. Après avoir empoché celui de l'Outstanding Contribution to Music l'an passé, Blur a vu ses ventes de disques augmenter de 2700%, rien que ça. Grâce à ses deux Awards en 2012, Adele était quant à elle tranquillement revenue squatter le top 10 d'Amazon UK qu'elle avait déjà occupé pendant un an.

En fait ça sert à : Permettre à Liam et/ou Noël Gallagher de se foutre de la gueule des autres nominés, notamment en chantant Parklife de Blur. Assister à une stage invasion de Jarvis Cocker pendant le show de Michael Jackson. Regarder Blur jouer un best of de live de best of de live. Voir toute l'industrie de la musique anglaise complètement ivre.

Le Mercury Prize

Joe Newman, Gwil Sainsbury, Gus Unger-Hamilton et Thom Green du groupe Alt J viennent de remporter le Mercury Prize en novembre 2012. REUTERS/Olivia Harris

C’est quoi ? Une récompense créée il y a vingt ans comme alternative aux Brit Awards et décernée au meilleur album britannique ou irlandais de l'année. Depuis 2012, les nominés sont annoncés en septembre et le vainqueur, choisi en novembre, lors d'une cérémonie retransmise en direct sur Channel 4 et Radio 1.

Derniers vainqueurs : Alt-J (∆).

Comment ça marche? Chaque label envoie la liste des groupes dont il s'occupe qu'il souhaite voir nominés, accompagnée de 25 exemplaires de leur album, des articles et autres retombées promo que ces groupes ont eus en Angleterre et de £125 de «frais de dossier». A partir de là, un petit panel composé d'une dizaine de journalistes, musiciens et autres personnes issues de l'industrie de la musique anglaise et irlandaise choisit la liste des douze nominés.

Une fois nominé, le groupe doit envoyer cent vingt-cinq exemplaires de son album supplémentaires, un chèque de £3900 considéré comme une contribution au marketing et un de £2500 pour assister au dîner de remise du prix. Le même panel vote ensuite pour élire le vainqueur parmi les douze prétendants le soir de la cérémonie.

Coefficient de ringardise : 0/10. Le Mercury Prize se veut cool, jusqu'à être souvent accusé de céder aux hypes du moment.

Coefficient petits arrangements entre amis : 7,5/10.  Comme les Brit Awards, le Mercury Prize a été crée par, ah tiens, la BPI, aidée de la British Association of Record Dealers. Ce sont eux qui choisissent le panel de juges qui désigne les douze nominés et le vainqueur. Le petit panel est tenu secret jusqu'à l'annonce des nominés et change chaque année mais «il est très facile de savoir qui est dans le panel et d'emmener chacun d'entre eux diner pour les soudoyer un peu» confie un manager.

Le Mercury Prize est régulièrement accusé de privilégier certains groupes aux détriments des favoris. On se souvient notamment de la victoire de M People contre Blur et Pulp en 1994.

Les nominations sont aussi plus difficiles d'accès pour les artistes signés sur des labels indépendants, frais oblige, alors que les majors peuvent déployer un gros budget pour voir nominé un maximum d'artistes de son écurie.

Niveau d’importance : 9/10, une victoire au Mercury Prize rapporte au gagnant £20.000 et pèse lourd dans la balance des ventes d'albums. Selon la BPI, Alt-J (∆) ont vendus 46.000 exemplaires supplémentaires de leur album An Awesome Wave, soit 411% d'augmentation, pendant les huit semaines séparants l'annonce des nominations de celle du vainqueur.

La semaine de leur victoire, leurs ventes ont grimpé de 150% par rapport à la semaine précédente, contre 800% pour PJ Harvey l'an passé. Au lendemain de sa victoire en 2011, l'Anglaise avait même vu ses ventes s'envoler de presque 1200% sur Amazon UK. Les perdants ne sont pas non plus en reste puisqu'ils bénéficient aussi de l'effet Mercury : Django Django a par exemple connu une hausse des ventes de son album de 211% entre leur nomination et la cérémonie cette année.

Une nomination au Mercury Prize peut aussi permettre aux groupes d'obtenir un meilleur contrat ou une plus grosse avance d'un label, voire même de changer de maison de disques plus facilement. La victoire de Dizzee Rascal en 2003 a par exemple ouvert les portes des labels à certains artistes hip-hop qui n'intéressaient pas jusqu'alors les maisons de disques.

En fait ça sert à : Occuper les bookmakers anglais pendant un mois et alimenter la légende voulant que le Mercury Prize est une malédiction qui ruinerait la carrière des groupes qui le remportent.

Les NRJ Music Awards

Le DJ David Guetta et sa femme Cathy devant le palais des festivals de Cannes à l'occasion des NRJ Music Awards 2012. REUTERS/Eric Gaillard.

C’est quoi? Des prix crées en 2000 par la radio NRJ et qui récompensent les meilleurs artistes,  groupes, clips et chansons de l'année français et internationaux. La cérémonie a lieu chaque année à Cannes en ouverture du Marché international du disque et de l'édition musicale (MIDEM) et en direct sur TF1, partenaire des NRJ Music Awards depuis leur création.

Derniers vainqueurs : Psy, Rihanna, M.Pokora, Carly Rae Jepsen, Shy’m...

Comment ça marche ? Depuis 2011, NRJ propose une liste de six nominés par catégorie et la soumet au vote des internautes qui en choisissent quatre. Les vainqueurs de chaque catégorie sont désignés parmi ces nominés par le public qui peut voter par SMS et sur Internet. Cette année, les NRJ Music Awards comportaient treize catégories, dont cinq réservées aux artistes et groupes francophones et deux hors compétition.

Coefficient de ringardise : Tout dépend du camp dans lequel on se place. Pour les majors, les auditeurs de NRJ, une partie du grand public et 20% de la population française de moins de 18 ans, 1/10. Pour les autres, 6.932/10.

Coefficient petits arrangements entre amis: 1/10 sur le papier puisque les vainqueurs sont choisis exclusivement par le public à raison d'un vote par personne et par jour par catégorie. Dans la réalité, 9,5/10 : les NRJ Music Awards sont l'occasion, pour NRJ et TF1, de faire un bon coup de promotion aux artistes, disques et spectacles auxquels ils sont de près ou de loin associés.

La liste des six pré-nominés reflète souvent la liste des partenariats publicitaires de la radio et de la chaîne télé – Madonna ou Britney Spears n'ont d'ailleurs étonnamment plus été nominées après leur rupture de contrat avec NRJ. En 2009, la comédie musicale Cléopâtre, dont à la fois NRJ et TF1 étaient partenaires, a ainsi remporté le NRJ Music Award du meilleur duo ou groupe francophone alors que la première représentation devait avoir lieu dix jours plus tard.

En 2011, juste avant de devenir membre du jury de l'émission Dancing With The Stars diffusée sur TF1, c'est M. Pokora qui repart avec deux trophées. Pendant plusieurs années, les vainqueurs de la Star Academy ont aussi systématiquement remporté le NRJ Award de la révélation francophone de l'année. Peu importe qu'elle ait ou pas d'actualité, Jenifer, elle, repart pratiquement chaque année avec un prix.

On notera aussi que les organisateurs des NRJ Music Awards refusent de révéler le nombre de votes obtenus par les nominés, ce qui leur vaut d'être l'objet de soupçons de fraude, et que les labels indépendants y sont somptueusement snobés.

Coefficient d'importance : -20/10

En fait ça sert à : Se moquer de M. Pokora. Se moquer de Mylène Farmer. Se moquer de Tokio Hotel. Et surtout, se moquer de Nikos Aliagas et de Kamel Ouali qui, selon toutes vraisemblances, ne savent pas lire un nom écrit sur un carton.

Les MTV Video Music Awards

Taylor Swift lors des MTV Video Music Awards 2012 à Los Angeles. REUTERS/Lucy Nicholson.

C’est quoi ? Une cérémonie créée en 1984 par la chaîne musicale MTV pour récompenser les meilleurs clips de l'année à l'époque où les Grammy Awards ne le faisaient pas encore. La cérémonie est diffusée en direct au mois de septembre sur MTV évidemment.

Derniers vainqueurs : Rihanna, Chris Brown, Nicki Minaj, One Direction, Coldplay, Drake, Calvin Harris, M.I.A...

Comment ça marche? Les MTV Video Music Awards – qu'on surnomment les VMA – comportent seize catégories : quatre classées par genre musicaux, deux par sexe, six récompensant des aspects techniques (réalisation, montage...) et une, le message que la vidéo promeut. Les deux dernières sont à part : elles récompensent respectivement la meilleure vidéo de l'année tous genres musicaux confondus et un artiste dont les videos ont marqué la culture MTV, baptisé le Michael Jackson Video Vanguard Award.

Coefficient de ringardise : 0,5/10 pour Green Day, Ricky Martin et Taylor Swift.

Coefficient petits arrangements entre amis : 2/10. Certes, les nominés sont choisis par MTV mais le choix des gagnants appartient entièrement au public qui vote sur Internet pour chaque catégorie. Les artistes dont les fanbases sont les plus importantes sortent souvent vainqueurs.

Niveau d’importance : 10/10 vu l'énorme impact qu'a eu MTV sur l'histoire de la production de clips et les noms de ceux qui assistent en général à la cérémonie (Beyonce, Jay-Z, Kanye West, Justin Timberlake...). Repartir avec un trophée ne sert pourtant qu'à asseoir la notorité des vainqueurs qui sont déjà de toute façon de super grosses reusta mondiales.

En fait ça sert à : Apprendre en direct la grossesse de Beyonce. Voir Madonna rouler des patins à Christina Aguilera et Britney Spears. Tenter, comme Britney, de dompter un tigre puis un python albinos en slip. Se demander pourquoi Lady Gaga est venue déguisée en type chelou. Revoir Kurt Cobain narguer les gros bonnets de MTV en chantant le début de Rape Me alors qu'il devait jouer Lithium et Kris Novoselic se prendre sa basse sur la tronche à la fin. Regarder à l'infini Kanye West taper un scandale devant Taylor Swift. Créer des mèmes.

Les Victoires de la musique

Nicolas Sirkis et Indochine performs lors des Victoires de la Musique 2011 à Lille. REUTERS/Pascal Rossignol

C’est quoi? Une cérémonie qui récompense les meilleurs artistes et groupes français de l'année précédente. Entre leur création en 1985 et 1994, les Victoires récompensaient à la fois les artistes de variétés, de jazz et de musique classique. Depuis, les Victoires de la musique classique ont une cérémonie distincte qui récompensait aussi les artistes de jazz jusqu'à la création, en 2002, des Victoires du jazz. Les prochaines Victoire de la musique auront lieu le 8 février en direct sur France 2.

Derniers vainqueurs: Dominique A, C2C, Lou Doillon, Hubert-Félix Thiéfaine, Catherine Ringer, Orelsan, Brigitte, Laurent Voulzy, Jean-Louis Aubert...

Comment ça marche? Le nombre de catégories varie pratiquement à chaque édition. Cette année, il y en avait douze : cinq par genres musicaux, deux par sexe, une visuelle pour le meilleur clip, deux pour les révélations, une pour le spectacle ou la tournée de l'année et une pour la meilleure chanson originale.

L'organisation des Victoires est aussi complexe que l'administration française. Les intitulés des prix sont décidés par le conseil d'administration de l'Association des Victoires de la musique composé de plusieurs organismes et syndicats professionnels du monde de la musique comme l'Adami (Société civile pour l'administration des droits des artistes et musiciens interprètes), la Sacem (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique),  la CSDEM (chambre syndicale de l'édition musicale), le SFA (syndicat français des artistes interprètes) et plein d'autres sigles compliqués que personne ne connaît.

Ce conseil d'administration d'une vingtaine de membres valide les membres du jury de chaque édition choisis par des comités de membres de l'Association et de personnes extérieures. Les membres de l'académie de votants doivent suivre une répartition stricte : 40% d'artistes (interprètes, musiciens, auteurs, compositeurs...), 40% de professionnels de la production musicale et 20% de professionnels de l'industrie de la musique (manager, disquaires, critiques musicaux, programmateurs radios...).

Ce sont eux qui décident des gagnants dans chaque catégorie exceptée pour celles du groupe ou artiste révélation du public et de la chanson de l'année où le public vote par SMS et Internet.

Coefficient de ringardise : 9/10. 10/10 s'il n'y avait pas eu Dominique A, Bashung, Camille, Benjamin Biolay, Sefyu ou Orelsan. Les Victoires de la musique ne représentent pas du tout la diversité de la musique française.

Coefficient petits arrangements entre amis: 3/10. Pas besoin de pot de vin, les résultats sont plus que prévisibles. On sait d'avance que les Victoires iront de toutes façons à des artistes signés sur des majors. L'académie de votants est en plus composée d'un trop grand nombre de personnes (527 en 2012) pour être soudoyée. Les votes du public fonctionne comme pour les MTV ou les NRJ : les plus grosses fanbases font gagner leur favoris.

Niveau d’importance: 2/10. Les Victoires peuvent booster la carrière des groupes Révélation de l'année (Sefyu ou Brigitte par exemple) ou avoir un effet sur les ventes – on se souvient des hausses de téléchargements légaux des albums de Thiéfaine, Skip The Use ou Brigitte l'an passé –, mais elles récompensent la plupart du temps des artistes déjà très populaires. En vrai, personne n'en a rien à carrer. L'audience de la cérémonie décline d'ailleurs chaque année (2,5 millions de téléspecteurs cette année contre 4 millions il y a dix ans).

En fait ça sert à : Evaluer son degré de résistence à Zazie. Assister au coup de gueule annuel des intermittents du spectacles. Constater que Saez existe toujours et le regarder faire semblant d'être punk en balançant sa chaise. Voir Alain Bashung une dernière fois et pleurer.

Les Q Awards

C’est quoi? Des Awards décernés depuis 1990 en octobre par le magazine musical anglais Q. La soirée est retransmise en direct sur Channel 5.

Derniers vainqueurs: Django Django, Blur, Plan B, Bobby Womack, Emeli Sandé, Pulp...

Comment ça marche? Les catégories sont décidées par les journalistes de Q. Elles changents souvent et sont désormais à moitié composées de prix récompensant la carrière d'un groupe plutôt que son actualité (Q Inspiration, Q Hero, Q Icon Awards...). Pour les autres catégories (Best New Act, Best Track, Best Album...), le public peut dans un premier temps nominer qui il veut dans chaque catégorie sous réserve que l'artiste y soit éligible, c'est-à-dire qu'il ait sorti un album dans les douze mois précédents. L'équipe de Q Magazine réduit ensuite la liste des nominés à cinq par catégories. Le public vote en ligne pour choisir le vainqueur de certaines catégories. Les autres sont désignés par l'équipe de Q.

Coefficient de ringardise : 2/10 parce que les Q Awards sont parfois l'occasion de ressortir les vieilles gloires de la musique britanniques de leur placard.

Coefficient petits arrangements entre amis : 0/10 parce que tout le monde se fiche de le gagner.

Niveau d’importance : 4/10. Remporter un Q Award ne veut pas dire grand chose d'un point de vue des ventes d'albums. La cérémonie est par contre devenue une institution au Royaume-Uni pour ses nombreux débordements inexpliqués. Aux Q Awards, la tradition veut qu'on fume, qu'on boive (beaucoup), qu'on insulte tout le monde et qu'on finisse même au poste comme Liam Gallagher en 1996. On citera aussi entre autres : Elton John qui se fout de la gueule de Madonna, Alex Turner d'Arctic Monkeys qui vanne méchamment Take That, Chris Martin de Coldplay qui chambre l'ex manager d'Oasis Alan McGee et l'éternelle guéguerre entre Liam Gallagher et Robbie Williams.

En fait ça sert à : Réunir toute l'industrie de la musique anglaise pour une soirée de débauche et à flater l'égo des icones de la musique britannique.  Organiser une super soirée d'entreprise pour les salariés de Q.

Les NME Awards

Le groupe Jane's Addiction lors des NME Awards USA de Los Angeles en 2008. REUTERS/Mario Anzuoni

C’est quoi? Des récompenses crées en 1953 et données aux meilleurs et pires artistes britanniques et internationaux de l'année par le journal anglais New Musical Express (NME). Les prochains NME Awards auront lieu le  27 février 2013 en direct sur Channel 4.

Derniers vainqueurs: Kasabian, Foo Fighters, Florence + The Machine, The Vaccines, Arctic Monkeys...

Comment ça marche? Les NME Awards comportaient vingt-huit catégories en 2012. On y retrouve des prix classiques (meilleur album, meilleur chanson...), mais aussi des prix pour le film de l'année, le meilleur festival, le meilleur clip, le meilleur livre et tout un tas de choses absurdes (meilleur Twitter  meilleure fanbase, beau gosse/bonnasse de l'année...). Comme les Q Awards, les NME Awards ont plusieurs catégories visant à récompenser la carrière d'un groupe plutôt que son actualité (Godlike Genius, Outstanding Contribution to Music, Hero of The Year). Ils possèdent aussi deux Awards pour les pires albums et groupes de l'année, ainsi qu'un prix du Villain of The Year où sont nominés des artistes mais aussi des hommes politiques – George W.Bush l'a remporté six années de suite.

Les intitulés des catégories sont choisis par l'équipe de NME. Le choix des nominés et des vainqueurs est ensuite presque entièrement confié au public en ligne à l'exception de l'Outstanding Contribution to Music et du Godlike Genius Award.

Coefficient de ringardise : 2/10. La liste des nominés est, à quelques exceptions près, plutôt cool, bien qu'elle soit moins pointue que celle du Mercury Prize. Ne manque que quelques filles quoi.

Coefficient pot de vin : 0/10 parce que c'est le public qui décide pour presque toutes les catégories. Dans la réalité, la liste des vainqueurs reflète en général la ligne éditoriale du magazine. En 2006, Alex Turner des Arctic Monkeys s'en était d'ailleurs amusé en remportant le NME Award du Best British Band: «à qui d'autres pouviez-vous donner ce prix ? On n'écrit pas autant à propos d'un groupe pour ne pas lui donner le prix du meilleur groupe anglais après». On veut bien parier un milliard de dollars que les prochains vainqueurs du Best New Act 2013 seront Palma Violets, que le NME a mis en couverture à l'automne dernier.

Niveau d’importance : 7/10 facile. Les ventes du NME déclinent au Royaume-Uni, mais l'hebdomadaire reste un magazine très influent dans monde de la musique. «Pour les groupes débutants, une nomination aux NME Awards est un très bon appuis pour faire décoller une carrière ou entrer en playlist radio par exemple», explique un manager anglais. Remporter un NME Awards, c'est aussi se garantir le soutien du NME pour la suite.

En fait ça sert à : Écouter les Libertines déclamer un poème dans un sale état. Voir Nick Jago de Black Rebel Motorcycle Club observer sept (très longues) minutes de silence en venant récupérer son prix avant se faire sortir manu militari de scène. Se faire détester à vie par Pitchfork.

Le BBC Sound of...

C’est quoi ? Une liste de quinze espoirs anglais et internationaux pour l'année à venir établie depuis 2003 par la BBC. Les nominés sont annoncés en décembre, le top 5 et le vainqueur sont connus en janvier.

Dernier vainqueur : Haim.

Ça marche comment ? Chaque année, la BBC demande à plus de cent quatre-vingt tastemakers britanniques (critiques, présentateurs radio, présentateurs, bloggers, producteurs...) de donner une liste de trois espoirs pour l'année à venir classés par ordre de préférence. Les critères sont stricts: les espoirs choisis ne doivent par exemple jamais avoir atteint le top 20 des singles des charts anglais, ils ne doivent pas être déjà reconnus (impossible de nominer un membre d'un groupe maintenant en solo ni un candidat de télécrochet).

Les tastermakers se doivent de privilégier la qualité du groupe à ses ventes d'albums. Les quinze groupes qui obtiennent le plus de voix forment la liste. Le groupe qui a remporté le plus de voix est désigné vainqueur.

Coefficient de ringardise : 0/10. Comme pour celle du Mercury Prize, la BBC Sound Of est toujours pointue.

Coefficient petits arrangements entre amis : 0/10 sur le papier. Les tastemakers, dont les noms restent secrets jusqu'à la publication de la liste, ne peuvent pas être lié de près ou de loin aux artistes ou groupes qu'ils nominent (interdiction d'avoir travaillé avec eux ou de prévoir de travailler avec eux par exemple). Dans la réalité, c'est un peu plus compliqué que ça. Plus un groupe a de promo, plus il a de chances d'être repéré par les tastemakers, comme A$AP Rocky  en 2012 pour qui Sony avait déployé depuis des mois une machine de guerre marketing. La liste est donc chaque année presque exclusivement composé de groupes et d'artistes signés sur des majors qui, contrairement au plus petits labels ou groupes non-signés, disposent d'un budget important pour promouvoir leurs jeunes artistes.

Une grande partie des tastemakers est aussi issus de médias qui promeuvent eux-mêmes leurs espoirs pour l'année suivante dans leur magazine ou émission : comme l'explique Kitty Empire du Guardian, les tastemakers ont donc plus souvent tendance à pousser des artistes déjà soutenus par leur média que des groupes totalement inconnus. Le BBC Sound of... suit la tendance, ses nominés étant ensuite soutenus de nouveau par ces mêmes médias jusqu'au succès. La boucle est bouclée.

Niveau d’importance : 7/10 pour les groupes débutants, 0/10 pour les groupes déjà installés qui sont hors-catégorie. Pour les maisons de disques,  le BBC Sound Of permet de connaître les tendances de l'année suivante et de miser sur les bons chevaux.

En fait ça sert à : Flatter l'égo des critiques musicaux et agacer les labels indépendants.

Les Ivor Novello Awards

PJ Harvey lors du festival de Glastonbury 2004. REUTERS/Kieran Doherty

C’est quoi? Les Ivor Novello Awards – du nom de l'auteur/compositeur et acteur britannique – ont été créée en 1955 par la British Academy of Songwriters, Composers and Authors (BASCA) et récompensent les auteurs et compositeurs britanniques de l'année. Les prochains Ivors se tiendront le 16 mai 2013.

Derniers vainqueurs : Adele, PJ Harvey, Lana Del Rey, Take That, Siouxsie Sioux, Ed Sheeran...

Ça marche comment ? Les Ivors comportent cinq catégories soumises à nomination : la meilleure chanson pour sa mélodie et ses paroles, celle de la meilleure chanson contemporaine, du meilleur album, de la meilleur BO télé et de la meilleure BO de film. Les nominés du prix PRS for Music du titre le plus joué correspondent logiquement au top 3 des chansons les plus jouées de l'année au Royaume-Uni. Les vainqueurs des autres catégories (Outstanding Contribution to Music, Lifetime Achievement, Inspiration Award, Sonwriter of the Year...) sont choisis directement par la BASCA.

Les règles pour participer aux Ivors sont très précises [PDF]. Les chansons, albums ou bandes originales doivent notamment être composées au moins au tiers par un compositeur ou songwriter britannique ou irlandais ou par un compositeur ou songwriter ayant résidé au Royaume-Uni l'année précédente. £60 de frais sont demandés pour chaque participation.

Les trois nominés des catégories ouvertes à nomination ainsi que leur vainqueur sont choisis par un panel désignés par la BASCA et composé de cinq à neuf juges, majoritairement auteurs ou compositeurs. Il y a un panel différent par catégorie.

Coefficient de ringardise : 4/10. On y croise autant Bat For Lashes, David Bowie et Madness que James Blunt et Take That. 

Coefficient petits arrangements entre amis : 0/10. Les Ivors sont les seuls prix musicaux indépendants des maisons de disques et des éditeurs où les auteurs et compositeurs sont jugés par leurs pairs. Les panels de juges désignés par la BASCA sont de plus observés par deux personnes qui ne votent pas et peuvent rapporter tout conflit d'intérêt. Les noms des juges sont tenus secrets jusqu'à la cérémonie.

Niveau d’importance : 7/10. Les Ivors ne sont pas très connus du public, mais sont des récompenses très respectées dans l'industrie de la musique. Ils ne font certes pas décoller les ventes d'albums, mais les compositeurs ou les auteurs de l'ombre vainqueurs peuvent y gagner gros. Justin Parker, co-auteur de Video Games avec Lana Del Rey, est passé du statut de chômeur à celui d'auteur très convoité. Il a notamment depuis écrit des titres pour Bat For Lashes, Ellie Goulding et Rihanna.

En fait ça sert à : Rassurer sa maman sur le fait qu'auteur/compositeur est un vrai métier.

Les AIM Independent Music Awards

Leeroy Thornhill, le chanteur de Prodigy, lors du Creamfields Andalucia Music Festival 2007. REUTERS/Francisco Bonilla.

C’est quoi ? Des prix réservés aux labels indépendants britanniques et à leurs artistes. Ils ont été crée en 2011 par l'Association of Independent Music (AIM) qui regroupe une grande partie des labels indépendants du pays et se tiennent à la fin du mois d'octobre en direct sur BBC6.

Derniers vainqueurs : Alt-J (∆), First Aid Kit, The Prodigy, 65daysofstatic, le label 4AD...

Ça marche comment ? Les AIM Music Awards – à ne pas confondre avec les Independent Music Awards – comportent quinze catégories allant du Meilleur nouvel artiste et du Meilleur difficile second album de l'année (c'est le vrai intitulé) au Meilleur label et au Meilleur festival indépendant de l'année. Parce que les AIM aiment bien déconner, ils remettent aussi chaque année le prix du Champion de l'indé.

Les nominés des catégories sont choisis par un panel de vingt juges sous l'impulsion de propositions du public en ligne. Le panel est composé principalement de critiques musicaux issus de la presse et du web et de programmateurs et animateurs radio. Il désigne ensuite les vainqueurs de chaque catégorie.

Coefficient de ringardise : 1/10. Qui dit labels indépendants dit groupes pointus.

Coefficient petits arrangements entre amis : 0/10. Pour l'instant, les AIM Awards ne sont ni assez populaires, ni assez prestigieux. «On nous a demandé d'envoyer un de nos titres que les juges voulaient nominer mais on ne l'a même pas fait», raconte un groupe.

Niveau d’importance : 3/10. Les AIM Awards n'en sont qu'à leur deuxième édition. Ils permettent cependant de montrer que la musique britannique n'est pas qu'une histoire de majors. Au Royaume-Uni, un quart de la musique produite provient des labels indépendants pourtant sous-représentés dans d'autres prix plus prestigieux comme le Mercury Prize ou le BBC Sound Of.

En fait ça sert à : Faire un gros pied-de-nez à Universal, Sony et consorts et consoler les groupes qui n'iront pas jusqu'au Mercury Prize (sauf pour cette année puisqu'Alt-J a remporté les deux).

Le Prix Constantin

Emily Loizeau au festival de Montreux 2009. REUTERS/Valentin Flauraud.

C’est quoi ? L'équivalent français du Mercury Prize crée en 2002 par le Syndicat national de l'édition phonographique (SNEP) et l'Union des producteurs phonographiques français indépendants (UPFI). Contraitement aux prix britannique et canadien, le Prix Constantin n'est pas réservé qu'aux artistes français : n'importe quel groupes, peu importe sa nationalité, peut y participer tant que son album a été produit en France. Les nominations sont annoncées fin septembre, le vainqueur, fin novembre.

Dernier vainqueur : Selah Sue en 2011. Le Prix Constantin n'a pas eu lieu en 2012.

Ça marche comment? N'importe quel album produit et publié en France entre le 1er juillet de l'année précédente et le 30 juin de l'année en cours sont éligibles. Deux restrictions s'ajoutent pourtant: le groupe ne doit pas avoir eu de disque d'or (50.000 exemplaires vendus) auparavant et ne doit pas avoir sorti plus de deux albums avant celui proposé à la nomination. Ces règles empêchent les artistes déjà très populaires de concourir (pas de Zazie ni de Calogero donc) et ont par exemple permis à Dominique A d'être nominé en 2009 malgré des années de carrière au compteur.

Dix-neuf juges – issus de la presse musicale, de la radio, de la télé, de disquaires... –, présidé chaque année par un artiste, décident ensuite des dix nominés puis du vainqueur.

Coefficient de ringardise : 3/10. Contrairement aux Victoires de la Musique, le Prix Constantin met en avant des artistes plus représentatifs de la musique actuelle et de la diversité de la scène française noatmment. Effort hautement louable donc, même si on a vu apparaître Zaz dans la liste des dix nominés en 2010.

Coefficient petits arrangements entre amis : 0/10 si l'on en croit le règlement ultra-strict qui explique que les votes se font en un milliard d'étapes et à bulletin secret. En 2009, la victoire d'Emily Loizeau avait pourtant soulevé quelques questions, notamment parce qu'elle appartenait à la même maison de disques que la présidente du jury Olivia Ruiz. 

Niveau d’importance : 5/10. Le Prix compte pour les professionnels, pas encore pour le grand public. Remporter le Prix Constantin assure aussi une bonne promotion dans les mois à suivre, rassure les labels et laisse les mains libres aux artistes pour la suite. «J’ai eu une paix royale et des moyens fous alors que Le Fil n’avait pas fait un super carton de ventes», avait confié Camille après sa victoire en 2005.

En fait ça sert à : Se consoler des Victoires de la musique.

Claire Verdier

Claire Verdier
Claire Verdier (2 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte