Tech & internet

HADOPI: 33% des pirates arrêteraient en cas d’avertissement

Temps de lecture : 2 min

L'un des principaux arguments de Christine Albanel dans la défense du projet de loi Création et Internet - vulgarisé HADOPI, du nom de l'instance qu'elle mettait en place - se basait sur un chiffre :70%. Ce chiffre était censé défendre l'idée d'un «mail d'avertissement» en cas de téléchargement illégal. Ce chiffre était censé correspondre à un fait réel. Ce chiffre était censé représenter le nombre d'internautes ayant arrêté de télécharger illégalement à la suite d'une lettre d'avertissement. Ce chiffre était massivement diffusé par les médias et les défenseurs de la mise en place d'un système de riposte graduée; il était censé convaincre.

Premier problème: ce chiffre correspond à un simple sondage de mars 2008, réalisé par Wiggin, un cabinet lié à l'industrie britannique du disque, pour Entertainment Media Research. Selon ce sondage, 70% des internautes anglais interrogés disaient qu'ils arrêteraient de télécharger des fichiers protégés par le droit d'auteur s'ils recevaient, de la part de leur fournisseur d'accès Internet, une lettre ou un appel téléphonique d'avertissement.

Deuxième problème : ce chiffre n'est plus d'actualité. En effet, le même cabinet Wiggin a rendu publique la semaine dernière une nouvelle étude dans laquelle il apparaît qu'ils ne sont plus que 33% à indiquer qu'ils arrêteraient le téléchargement illégal s'ils recevaient un message d'avertissement. Ils seraient par contre 80% si la lettre peut être suivie d'une coupure de l'accès internet.

Lire l'article complet sur Ecrans.fr, un site de Libération.fr

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

En mémoire de l'horloge parlante

En mémoire de l'horloge parlante

Orange a annoncé qu'à partir du 1er juillet, ce service historique ne serait plus disponible. Il fallait bien lui rendre un dernier hommage.

Aux États-Unis, les recherches Google sur l'avortement en disent long sur l'inquiétude générale

Aux États-Unis, les recherches Google sur l'avortement en disent long sur l'inquiétude générale

«Les grossesses extra-utérines sont-elles traitées par une IVG?», «Que protège l'arrêt Roe v. Wade en dehors de l'avortement?», «L'IVG est-elle légale aux Bahamas?» font partie des requêtes les plus tapées depuis la décision de la Cour suprême.

Une nageuse sauvée de la noyade grâce à son Apple Watch

Une nageuse sauvée de la noyade grâce à son Apple Watch

Sans cette montre au poignet, l'issue n'aurait pas été aussi heureuse.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio