Monde

Quel sort attend les Ouïgours aux Îles Palaos?

Christopher Beam, mis à jour le 17.06.2009 à 19 h 14

La situation des ex-détenus de Guantanamo varie selon le pays d'accueil.

La République des Palaos, un Etat insulaire (plus de 250 îles) situé à environ 750 kilomètres des Philippines, a accepté, mercredi 10 juin, de «relocaliser provisoirement» jusqu'à 17 prisonniers ouïgours actuellement en détention dans le camp de Guantanamo. Que se passera-il quand ils arriveront aux Palaos?

Ils seront réinsérés dans la société. Ni le ministère américain des Affaires étrangères, ni le gouvernement des Palaos n'ont divulgué en détail la façon dont cela va se dérouler quand les détenus arriveront sur place. Mais par le passé, on a promis aux prisonniers transférés depuis Guantanamo - et parfois, ces promesses ont été tenues - un logement, l'accès aux soins de santé, à des cours de langue et à des formations professionnelles. Il est même probable que les ex-détenus puissent vivre et travailler aux Palaos en tant que résidents en situation régulière (même s'ils ne sont pas considérés comme des citoyens) et que leur famille reçoive des visas pour les y rejoindre. Le président des Palaos a toutefois souligné que le statut des Ouïgours est «susceptible d'être réexaminé de façon périodique».

Bien sûr, le style de vie de ces prisonniers n'est pas toujours à la hauteur des promesses. En 2006, cinq détenus ouïgours ont été envoyés en Albanie, où ils devaient se voir attribuer un logement, un emploi et bénéficier d'autres aides. Au lieu de cela, on les a mis dans un centre de réfugiés sous haute surveillance situé à la périphérie de la capitale. Ils y sont restés plus d'un an. On leur a expliqué qu'il fallait un permis de travail avant de pouvoir quitter le centre, mais que pour l'obtenir, ils devaient apprendre l'albanais. Finalement, le gouvernement leur a offert un logement. L'un d'eux travaille actuellement dans une pizzeria. Un autre a demandé l'asile en Suède, et l'a obtenu. Maintenant, il y vit en compagnie de sa sœur.

Certains prisonniers sont revenus à des conditions de vie particulièrement difficiles. L'un des sept détenus de Guantanamo rapatriés en Russie en 2004 a de nouveau été emprisonné. En outre, on a refusé de lui fournir des médicaments pour soigner une maladie du foie. Un autre a trouvé refuge aux Pays-Bas en 2007. Deux prisonniers libérés et renvoyés en Tunisie ont été interrogés et incarcérés pour des condamnations antérieures. Pour d'autres, leurs conditions de vie ne sont pas encore clairement définies. Binyam Mohamed, ex-détenu de Guantanamo renvoyé en Grande-Bretagne, dispose d'un droit de résidence de deux ans, à l'issue desquels il doit présenter une nouvelle demande ou aller ailleurs.

Le nec plus ultra de la réinsertion réussie de prisonniers réside dans le programme de réhabilitation de l'Arabie saoudite. Dans un ancien hôtel de luxe à proximité de Riyad, les prisonniers se baignent, jouent au foot, font de l'art et étudient l'islam modéré. Au bout de six mois, ils passent un examen. S'ils réussissent, le gouvernement les aide à trouver un emploi, un véhicule et un logement. Le gouvernement est même disposé à prendre en charge leurs frais de mariage pour encourager la stabilité de la famille. Sur les 121 Saoudiens rapatriés de Guantanamo, seuls six ont été de nouveau arrêtés.

L'explication bonus : qu'est-ce qu'un Ouïgour?

Les Ouïgours sont une minorité musulmane turcophone issue de la région autonome chinoise du Xinjiang. Depuis 1996, le régime chinois sévit contre les «séparatistes» ouïgours, dont certains ont mené des attentats dans des bus, des commissariats et des bâtiments commerciaux, y compris durant les J.O. de Pékin. En 2001, quand les bombardements de la coalition ont commencé en Afghanistan, 22 Ouïgours qui vivaient en groupe ont décidé de fuir le pays pour se rendre au Pakistan. Les Pakistanais les ont alors livrés aux autorités. Après six mois d'emprisonnement à Kandahar, ils ont été transférés dans le camp de Guantanamo.

Article de Christopher Beam paru sur Slate.com le 10 juin, traduit par Micha Cziffra.

(Photo: futureatlas.com, Flickr)

Christopher  Beam
Christopher Beam (57 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte