Slate.fr-Les Tablettes numéro 26: Tarantino, cinéaste déchaîné

Pour sa 26e livraison, Slate.fr-Les Tablettes se consacre à ce réalisateur de génie.

Slate.fr

- Slate.fr -

Il y a cent cinquante ans, le 1er janvier 1863, le président américain Abraham Lincoln signait la Proclamation d’émancipation, un décret rendant libres tous les esclaves résidant sur le territoire de la Confédération sudiste. Un événement que le cinéma américain célèbre, en ce mois de janvier, avec deux films très différents, Lincoln de Steven Spielberg (sortie le 30 janvier) et Django Unchained de Quentin Tarantino (sortie le 16).

Avec son huitième long-métrage, le réalisateur de Pulp Fiction, Palme d’or à Cannes en 1994, s’empare pour la seconde fois consécutive d’un sujet historique, après Inglourious Basterds et la Seconde Guerre mondiale. Un choix qui semble marquer une troisième époque dans son œuvre, après l’ère des polars bavards et virtuoses (Reservoir Dogs, Pulp Fiction, Jackie Brown) et celle des sagas de revanche individuelle (le diptyque Kill Bill, Boulevard de la mort).

Car dans Django, si la revanche est aussi individuelle –l’esclave incarné par Jamie Foxx ne cherche qu’à se libérer lui et son épouse–, elle s’inscrit dans un arrière-plan historique, celui de l’immédiat avant-guerre de Sécession. Et le film pose des questions politiques importantes, ce qui explique qu’il a abondamment été discuté aux Etats-Unis, par exemple sur son utilisation du mot «nigger» ou sur la représentation de la violence au sein des plantations. Des questions sur lesquelles permettent de revenir plusieurs articles de ce dossier et notre interview-fleuve de Quentin Tarantino.

» Téléchargez le n°26 de Slate.fr-Les tablettes: «Tarantino, cinéaste déchaîné» sur iPad

» Téléchargez le n°26 de Slate.fr-Les tablettes: «Tarantino, cinéaste déchaîné» sur Android

Mais heureusement, Django Unchained n’est pas qu’un prétexte à dissertations politiques: comme les films précédents de Tarantino, c’est aussi un immense plaisir de mise en scène, nourri comme toujours de nombreuses références. Un acte de croyance dans le cinéma, ce médium qui, dans Inglourious Basterds, pouvait tuer Hitler, et ici dans Django Unchained, peut libérer un esclave de ses oppresseurs.

Jean-Marie Pottier

Devenez fan sur , suivez-nous sur
 
L'AUTEUR
Les articles signés "Slate.fr" ont été écrits par la rédaction du site. Retrouvez les articles de Slate.fr sur Google+. Ses articles
TOPICS
PARTAGER
LISIBILITÉ > taille de la police
SLATE CONSEILLE
D'autres ont aimé »
Publié le 17/01/2013
Mis à jour le 17/01/2013 à 10h30
0 réaction