Depardieu: quel est l'emploi du temps d'un ministre de la Culture de Mordovie?

Gérard Depardieu portant un costume traditionnel mordove à Saransk le 6 janvier 2013, REUTERS/Stringer Russia

Gérard Depardieu portant un costume traditionnel mordove à Saransk le 6 janvier 2013, REUTERS/Stringer Russia

Qu'est-ce qui attendrait l'acteur français s'il acceptait l'offre d'emploi du chef de cette république russe?

Gérard Depardieu, qui a reçu des mains de Vladimir Poutine un passeport russe dimanche 6 janvier, s’est vu offrir à l’occasion de sa visite dans le pays le poste de ministre de la Culture de la République de Mordovie, selon les informations de l’agence de presse RIA Novosti.

Après avoir réservé un accueil en fanfare au plus célèbre des exilés fiscaux français à l’aéroport de Saransk (capitale de la Mordovie), le chef de cette république autonome russe, Vladimir Volkov, lui a offert le poste vacant. Depardieu a répondu qu’il ne pourra prendre cette décision qu’après avoir découvert plus en détail la culture locale. Quel serait l’emploi du temps de Gérard Depardieu s’il acceptait le poste de ministre de la Culture mordove?

Comme l’ont souligné de nombreux médias français, la Mordovie est plus connue pour ses camps de travail (autrefois de véritables camps de concentration soviétiques transformés en colonies) où les conditions de vie sont particulièrement éprouvantes que pour son offre culturelle. Ces camps permettent néanmoins à la région d’héberger une star internationale de la scène punk: Nadejda Tolokonnikova, une membre des Pussy Riots, y est actuellement prisonnière.

Mais ne vous fiez pas aux pages vides du site de tourisme Trip Advisor concernant la culture de la République de Mordovie, la région a bel et bien un patrimoine culturel à faire valoir.

La culture mordve

Le nom de la république de Mordovie vient du peuple mordve, une minorité ethnique finno-ougrienne qui représente un tiers de la population de la république (à ne pas confondre avec les Mordoves, nom donné aux habitants de Mordovie, qu’ils soient d’origine ethnique mordve, russe ou tatare).  

Comme les 20 autres républiques de Russie, la Mordovie bénéficie officiellement d’une certaine autonomie vis-à-vis de Moscou. Mais dans la pratique, ces régions sont «dirigées par un président qui n'est autre, en fait, qu'un super-préfet aux ordres du Kremlin», comme l’explique Pierre Lorrain, écrivain et spécialiste de la Russie, à Europe 1. Pour ce qui est de la culture, le ministre bénéficiera en tous cas de l’accord de coopération signé en 2012 avec la capitale russe.

L’une des principales tâches du ministre Depardieu serait d’assurer la promotion et la défense des cultures et des langues du peuple mordve, lui-même composé de deux ethnies, les Mochkanes et les Erzianes.

Des filles en tenue traditionnelle mokchane (une des deux ethnies mordves), Khaza II, Wikimedia Commons/GNU Free documentation license

En tant que représentant de la république comptant le plus de Finno-ougriens de Russie, il devrait, comme son prédécesseur, organiser et participer aux évènements internationaux défendant l’identité des peuples appartenant à ce groupe linguistique historique (également présents en Hongrie, en Estonie ou encore en Finlande) et encourageant la coopération entre ceux-ci.

Les meilleurs artistes mordves, et notamment les chanteurs traditionnels (voir vidéo ci-dessous), sont régulièrement envoyés dans les autres régions russes pour promouvoir la culture de ce peuple au cours de jours de la culture mordve.

Le prochain ministre de la Culture arrivera néanmoins après une année historique: 2012 a été marquée par les célébrations du millénaires de l'unification entre les peuples russe et mordve, avec de nombreux évènements et festivals organisés dans la capitale.

Malgré ce rendez-vous historique manqué, Depardieu aurait du pain sur la planche s’il décidait d’accepter l’offre. Il aurait à s’occuper de plus de 1.200 institutions culturelles et artistiques de Mordovie, dont la plupart sont concentrées dans la capitale Saransk, ville que l'acteur a déjà commencé à découvrir lors de son passage éclair dimanche.

Une capitale culturelle régionale

On y trouve par exemple le musée Stepan Erzia, qui exhibe 200 œuvres de ce grand sculpteur mordve surnommé le «Rodin russe». Le ministre devra notamment faire vivre la scène culturelle de cette ville «ordonnée et propre avec de bonnes routes et de belles zones de loisir» qui compte plusieurs théâtres à l’harmonie architecturale et aux intérieurs «remarquables», comme on l’apprend sur le site Mordva1000.

Saransk compte 3 cinémas, et le septième art est géré par le «Fonds pour le cinéma de la République de Mordovie», que Gérard Depardieu pourrait essayer de réformer en important quelques idées du système de financement français pour améliorer les salaires des acteurs locaux. La ville accueille également des festivals internationaux comme celui des «Compatriotes», où des troupes de théâtre de toute la Russie mais aussi d’Allemagne ou de France se produisent, ou le festival de jazz Veise.

Le ministre Depardieu devrait aussi s’assurer de la conservation du patrimoine de la capitale, comme le monument à la gloire de Pouchkine dans le parc central, celui à la gloire de trois astronautes russes qui sont montés jusqu’à 22 kilomètres dans un ballon stratosphérique en 1934 avant de s’écraser sur le sol mordove ou encore la statue à la gloire des soldats tombés face aux Allemands lors de la Seconde Guerre mondiale. La ville abrite aussi plusieurs églises orthodoxes.

Comme toute capitale qui se respecte, Saransk abrite aussi au moins une boîte de nuit, le Victoria Club, qui propose notamment un «théâtre érotique» et un «strip GO-GO», et un karaoke. Gérard Depardieu aura tout le loisir de lancer des états généraux de la nuit de Saransk avec l’aide précieuse d’une équipe de collaborateurs sérieux et dévoués déjà en place au ministère s’il trouve que l’offre nocturne n’est pas assez étoffée.

Grégoire Fleurot

Retrouvez tous nos articles de la rubrique L'explication ici. Vous vous posez une question sur l'actualité? Envoyez un mail à explication @ slate.fr.