France

La «journée de la pédale» fait polémique à Nancy

Temps de lecture : 2 min

 

«Décidément, ce sera la journée de la pédale» se serait exclamé Eric Pensalfini, vice-président UMP du Grand Nancy chargé des événements sportifs, et maire de Saint-Max. Il aurait prononcé ces mots la veille du 6 juin, où se tenait à la fois la gay pride et une grande fête du vélo à Nancy.

C'est en tous cas ce qu'affirme Hervé Féron, le député socialiste de Meurthe-et-Moselle et maire de Tomblaine. Son adjoint aurait entendu le prétendu dérapage de M. Pensalfini à l'issu d'une réunion des maires de l'agglomération.

«Une plaisanterie aux relents désagréables» écrit le site du «magazine des gays et lesbiennes» Têtu.

L'élu UMP dément formellement avoir tenu de tels propos, précisant qu'il était lui même au départ de la gay pride, le 6 juin, à Nancy. «Le premier adjoint d'Hervé Féron ferait mieux d'avoir de bonnes oreilles ! Je ne me souviens pas avoir dit ça...»

Conclusion de Têtu : «on risque de ne jamais connaître le fin mot de cette histoire pas très drôle.»

[Lire l'article complet sur Têtu]

(Photo: Arria Belli, Flickr)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr

Newsletters

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

Prudence... et action rapide. Selon Pierre-Yves Cossé, commissaire au Plan de 1988 en 1992, l'embellie apparente de certains indicateurs économiques ne signifie absolument pas une prochaine sortie de crise.

Newsletters