«The Master»: à quel point le film est-il inspiré de la scientologie?

 © Metropolitan FilmExport

© Metropolitan FilmExport

Comparons Hubbard, Dodd et leurs deux religions pour déterminer, précisément, où s'arrêtait la scientologie et où commençait «The Master».

Depuis plusieurs mois que The Master est annoncé dans les salles, les discussions autour du film portent sur ses similitudes avec la scientologie et son fondateur, L. Ron Hubbard. Pour le New York Times, son réalisateur, Paul Thomas Anderson, cachait un petit quelque-chose, tandis qu'ici, à Brow Beat [le blog culture de Slate.com], nous avions bien l'impression que chaque nouvelle bande-annonce se rapprochait un peu plus près de la scientologie.

On pourrait donc trouver surprenant que, depuis les avant-premières à New York et Los Angeles, le débat s'oriente désormais davantage sur les Oscars –l'autre œuvre d'Anderson– et la condition humaine, que sur les Thetans, Xenu et Tom Cruise.

Mais il s'agit sans doute de la bonne réaction à avoir. Comme Dana Stevens, de Slate, le faisait remarquer dans sa chronique du film «il est évident qu'Anderson se sert avant tout de la vie d'Hubbard comme d'un tremplin vers d'autres problématiques, que ce soit la question du pouvoir, de la foi, du libre-arbitre ou encore de la croyance».

Quoi qu'il en soit, le film s'inspire réellement de la scientologie et de son histoire.

Il y a quelques semaines, Anderson a fini par l'admettre: son charismatique leader, Lancaster Dodd (Philip Seymour Hoffman) doit beaucoup à Hubbard, et le film emprunte globalement «aux premiers jours de la dianétique».

Mais plus précisément, quelles parties du films se calquent sur Hubbard et la religion secrète dont il fut le fondateur? Avec la publication d'un premier scénario du film, quelques similitudes ont été éventées, mais beaucoup de choses ont changé depuis et bon nombre de ces analogies ont été abandonnées dans la version finale. Nous avons donc comparé Hubbard, Dodd et leurs deux religions pour déterminer, précisément, où s'arrêtait la scientologie et où commençait The Master.

1. «L'analyse»

La scientologie s'axe autour d'une procédure appelée «l'audition» qui, par des questions et diverses techniques, est censée identifier des souvenirs traumatiques (les «engrammes») et les vider de leur  substance nocive.

Le mouvement spirituel de Dodd, «La Cause», emploie des procédés similaires, ce qui pousse son «disciple et cobaye», Freddie Quell (Joaquin Phoenix), à revivre des expériences douloureuses et à remonter leur origine –voire au-delà.

Ces deux techniques semblent dériver de l'hypnose, une autre méthode de prédilection d'Hubbard, et dans les deux cas, certaines variantes impliquent de se regarder droit dans les yeux pendant des heures sans détourner le regard, ou même de se relayer pour malmener verbalement un tiers.

Si Anderson a transformé «l'audition» en «analyse», il n'a quasiment pas touché au questionnaire utilisé par les scientologues. Bon nombre de questions que pose Dodd à Quell sont presque mot pour mot celles que l'on peut trouver dans le test dit «Oxford Capacity Analysis», avec lequel la scientologie recrute ses nouveaux membres. Voici quelques-unes des questions de l'OCA recyclées par Dodd:

  • 1) Faites-vous des remarques inconsidérées ou portez-vous des accusations irréfléchies, que vous regrettez par la suite?
  • 6) Avez-vous parfois des tics musculaires, sans qu’il y ait aucune raison logique à cela?
  • 8) Les autres considèrent-ils votre comportement ou vos actes comme imprévisibles?
  • 15) Etes-vous souvent impulsif dans votre comportement?
  • 21) Est-ce que vos échecs passés vous préoccupent?
  • 100) Est-ce que votre manière de penser est logique et scientifique?

2. Les livres

Comme L. Ron Hubbard, Lancaster Dodd propage avant tout sa bonne parole via ses livres. Hubbard fonda son Eglise sur la base d'un ouvrage publié en 1950, La dianétique: la science moderne de la santé mentale, que les scientologues considèrent comme le «Livre Premier».

The Master commence juste avant la publication du Sabre fendu, en mai 1950, que les fidèles de La Cause appellent le «Livre Second».

Mais d'où vient ce titre étrange? Ici, Anderson s'est peut-être inspiré d'Excalibur, le titre grandiloquent qu'aurait donné Hubbard à un premier manuscrit rédigé, selon l’Eglise de Scientologie, en 1938.

3. La vie de famille

Comme Lancaster Dodd, L. Ron Hubbard eut plusieurs enfants, de plusieurs femmes différentes, et bon nombre de ses ex-épouses devinrent très critiques à son égard. Dans The Master, Peggy Dodd, jouée par Amy Adams, explique que les précédentes femmes de Dodd font partie de ses plus acharnés détracteurs. Dans une première version du script, Dodd, comme Hubbard, avait une Mary Sue comme épouse. Mais finalement, la femme de Dodd s'appelle Peggy.

L'autre membre de la famille de Dodd très présent dans The Master est son fils, Val, visiblement son premier né. Dans une scène du film, Val dit à Quell que son père «invente tout ce qu'il dit au fur et à mesure». Une réplique qui a suscité les foudres de Tom Cruise, car la phrase sort tout droit de la vie de L. Ron Hubbard, qui a vu son fils aîné, L. Ron Hubbard Jr. le traiter d' «imposteur» après l'avoir aidé à fonder sa secte.

4. «Un écrivain, un médecin, un physicien nucléaire et philosophe théorique»

Comme Hubbard, Dodd adore se parer de références universitaires, bien que, chez l'un comme chez l'autre, de telles prétentions ne semblent pas reposer sur grand-chose.

Dodd se décrit lui-même comme «un écrivain, un médecin, un physicien nucléaire et philosophe théorique», tandis qu'Hubbard avait soit-disant l'habitude de se présenter comme «physicien nucléaire et docteur en médecine». Selon le New Yorker, Hubbard «a fréquenté l'université George Washington, mais n'en est pas sorti diplômé».

5. «L'Homme n'est pas un animal»

L'une des maximes de prédilection de Dodd est «l'Homme n'est pas un animal». De fait, l'un des principaux objectifs de Dodd est que Quell cesse d'être un «animal idiot, si idiot» et atteigne un «état de perfection». Ce qui fait écho à l’Eglise de Scientologie et à sa propre interprétation de la nature humaine, en opposition radicale avec la théorie de l'évolution.

Comme on peut le lire sur l'un des sites officiels de l’Eglise, «pour la première fois, la scientologie a prouvé que l'homme n'est pas un animal, mais un être spirituel».

6. La réincarnation

Dans The Master, Dodd n'expose jamais la totalité de sa théologie, mais nous en avons quelques aperçus. La Cause, comme la scientologie, promeut la notion de réincarnation et, selon elle, «l'analyse» permet aux gens de se rappeler de leurs vies antérieures.

Et comme dans la scientologie, ces vies antérieures peuvent remonter à plusieurs milliards, voire plusieurs milliers de milliards d'années. Dans The Master, un sceptique demande à Dodd de s'expliquer sur ce point, vu que l'origine de la Terre ne remonte qu'à quelques milliards d'années.

Dans son livre de 1952, Une histoire de l'Homme, Hubbard fait remonter l'existence de ses lecteurs à soixante mille milliards d'années et selon le New Yorker, certains scientologues signent aujourd'hui des contrats les liant pour un milliard d'années avec l'organisation religieuse.

7. L'arrivée en Angleterre

Dans The Master, la dernière image que nous avons de Dodd date de la fin des années 1950, quand il vient de s'installer en Grande-Bretagne (la chronologie n'est pas évidente). Il habite et travaille dans un manoir situé sur une colline, dans la campagne anglaise.

De même, Hubbard est arrivé dans le Sussex en 1959, pour établir son campement dans un manoir: le manoir de Saint Hill.

8. Miscellanées

Certaines des similitudes entre Hubbard et Dodd relèvent davantage de l'anecdote. Par exemple, dans une scène de The Master, Dodd va dans le désert pour jouer à «Choisis un point». Le jeu consiste à choisir un point sur l'horizon, et à le rejoindre le plus rapidement possible, quitte à rouler comme un dératé.

Le suspense de la scène fait écho à un épisode de la vie de L. Ron Hubbard et d'un accident de moto survenu en 1974, dans le sud de l'Espagne, qui le laissa avec un bras et plusieurs côtes cassés.

Les deux hommes sont fans de bateaux. Dodd, comme Hubbard, adore aller en mer pour réfléchir. Quand Quell rencontre pour la première fois Peggy Dodd, elle lui explique que travailler en mer permet à Dodd de s'isoler des critiques et des oiseaux de mauvaise augure. Dans son article sur Paul Haggis, le New Yorker nous apprend que la mer «représentait un environnement “dénué de toute distraction”, permettant à Hubbard de “poursuivre ses recherches sur les plus hauts niveaux de conscience spirituelle”». Hubbard a bien évidemment fini par se doter de toute une flotte, la Sea Org, dont le personnel était composé de jeunes volontaires.

Bien sûr, comme avec le reste du film, Anderson ajoute ses propres détails et touches personnelles pour compléter le portrait d'un homme qu'il a (globalement) inventé. Comme Dodd, L. Ron Hubbard avait-il un penchant particulier pour la chanson Slow Boat to China? Qui peut le dire... Mais l'intérêt d'Anderson pour cette chanson lui vient peut-être encore de quelqu'un d'autre: son ancienne petite-copine, Fiona Apple.

Forrest Wickman

Traduit par Peggy Sastre

A LIRE AUSSI