France

Gouvernement: l’ouverture à la Sarkozy, c'est le Real Madrid

Vincent Glad, mis à jour le 17.06.2009 à 10 h 08

Le vrai prix des ministres venus d'ailleurs.

En période de remaniement, le gouvernement Sarkozy ressemble au Real Madrid de Florentino Perez. Tous les jours depuis quelques semaines, la presse politique alimente la gazette des transferts: noms ronflants, rumeurs douteuses et démentis immédiats. De quoi remplir des pages et des pages d’«Indiscrets» dans les hebdomadaires. Il s'agit pour ceux qui lancent ces rumeurs de tester des noms, faire peur aux adversaires, augmenter ou abaisser les cotes... Et si le deal se conclut, d'avoir la meilleure équipe possible et de déshabiller l'adversaire. C'est le principe de l'ouverture à la Sarkozy.

A une semaine du remaniement qui devrait intervenir après le discours du chef de l'Etat devant le Congrès le 22 juin, Slate dresse cette équipe-type. Chaque ministre est converti en valeur-transferts du Real Madrid, (un faux) Jean-Michel Larqué commente chaque rumeur.

Premier ministre: Dominique Strauss-Kahn

Valeur du transfert: 94 millions d’euros
Ce serait la plus grosse prise, le stade ultime de l'ouverture, autrement appelé «gouvernement d'union nationale». La rumeur avait couru en avril quand Le Point avait révélé une discussion entre Sarkozy et le président du FMI: «Je réfléchis à l'idée de te mettre à Matignon», lui aurait dit le Président. DSK, qu’on disait «ouvert» à la proposition, avait démenti la «rumeur», mais une émission de politique-fiction sur Canal Jimmy l’imaginant à Matignon avait continué à semer le doute. L'hypothèse semble définitivement écartée.
L’analyse de Jean-Michel Larqué: «Ce serait le plus beau transfert de tous les temps. Mais attention, produit périssable: la valeur de DSK va chuter, à mesure que la crise économique se résorbe. Et il imagine très probablement devenir patron du club».

Vice-premier ministre en charge de l’Ecologie: Corinne Lepage
Valeur du transfert: 20 millions d’euros
Agacée par la stratégie de François Bayrou pour les Européennes, Corinne Lepage s'est montrée très critique le soir de l'élection. Nicolas Sarkozy ne serait pas mécontent d’accrocher un trophée vert à son palmarès et le nom de la présidente de Cap 21, comme celui de son collègue Jean-Luc Bennhamias, revient souvent. Lepage ne dément qu’à moitié la rumeur: «Je ne peux pas clairement dire non à une proposition qui ne m'a pas été faite. Je n'ai pas reçu d'appel, mais je serai sensible à la proposition qui me serait faite pour voir ce que c'est».
L’analyse de Jean-Michel Larqué: «Ce n’est pas un poids lourd de la politique. Mais débaucher chez Bayrou, un club formateur qui perd tous ses poulains, c’est forcément plus cher».

Ministre des Affaires étrangères: Jack Lang
Valeur du transfert: 50 millions d’euros
Jack Lang est sur le fil de l’ouverture depuis le début du mandat de Nicolas Sarkozy. Sa réputation de courtisan et ses positions iconoclastes au sein de son camp (sur la Constitution, sur l’Hadopi…) en font un ministrable de choix. Les affaires Etrangères paraissent le poste idéal pour le socialiste qui avait accepté une mission diplomatique de Sarkozy à Cuba en février dernier. Si Bernard Kouchner semble sur la sellette, le nom de Jack Lang est peu évoqué pour ce remaniement.
L’analyse de Jean-Michel Larqué: «A trop exhiber sa proximité avec Nicolas Sarkozy, Jack Lang a fait baisser sa cote sur le marché des transferts. Mais son côté médiatique devrait faire vendre beaucoup de maillots».

Ministre de l’Economie: Pascal Lamy
Valeur du transfert: 45 millions d’euros
Le profil de Pascal Lamy a tout pour plaire à Sarkozy: brillant énarque à la tête d’une grande institution internationale (l’OMC), c’est un compagnon de route de la gauche qui a travaillé avec Pierre Mauroy et Jacques Delors. Son orientation libérale à la tête de l’OMC le rend sarko-compatible, mais Lamy n’a jamais paru intéressé et la rumeur parisienne n’évoque pas son cas.
L’analyse de Jean-Michel Larqué: «Si le transfert de Dominique Strauss-Kahn s’avère impossible, c’est un excellent palliatif pour muscler l’Economie au gouvernement. Mais exilé depuis trop longtemps à l’étranger, il a perdu une partie de sa valeur».

Ministre de l’Industrie et de la Recherche: Claude Allègre

Valeur du transfert: libre
Nouveau concept: l’ouverture-boulet. Loin de désorienter la gauche, l’éventuelle arrivée de Claude Allègre pourrait ravir le PS qui aurait un moyen de contrer Nicolas Sarkozy sur ses prétentions écologiques. Mais le tir de barrage des écologistes contre le chercheur et le succès de Daniel Cohn-Bendit aux Européennes ont certainement semé le doute à l’Elysée, au moins à ce poste-là.
L’analyse de Jean-Michel Larqué: «Il ne vaut plus rien sur le marché des transferts. Son club cherche surtout à s’en «débarrasser», comme l’a reconnu l’ancien ministre socialiste Michel Sapin».

Haut-commissaire au Travail et aux Relations sociales: Martin Hirsch
Valeur du transfert: forte augmentation de salaire
L’ouverture, c’est bien. Mais la promotion des nouveaux convertis, c’est encore mieux. Après Eric Besson qui a obtenu plus de responsabilités en rejoignant l’Immigration, Martin Hirsch, qui a réussi le pari d’imposer du RSA, aurait le profil pour la rue de Grenelle. Problème: il tient visiblement à son poste de Haut-commissaire. En cas de promotion — que rien n'annonce — le protocole devrait s’adapter.
L’analyse de Jean-Michel Larqué: «Trop souvent remplaçant, Martin Hirsch a maintenant les épaules pour prendre le jeu à son compte».

Ministre de l’Intérieur: Manuel Valls
Valeur du transfert: 60 millions d'euros
En vue de la grande bataille au PS pour 2012, Manuel Valls joue la carte du sécuritaire en se posant comme le seul socialiste capable de répondre au besoin de sécurité des classes populaires. Une stratégie qui avait bien réussi à un certain Nicolas Sarkozy. Le Président l’aime bien et ne s'en cache pas: «Dans dix ans, ce sera le meilleur des socialistes, mais d'ici là, ils l'auront tué», avait-il déclaré en 2007.
L'analyse de Jean-Michel Larqué: «Le bon transfert, c'est celui qui renforce l'équipe et déstabilise les concurrents. En cela, Manuel Valls est la recrue idéale. Son statut de présidentiable fait encore monter les prix».

Ministre de la Santé et des Sports: Marielle de Sarnez
Valeur du transfert: 40 millions d'euros
Dans la grande tentative de démantèlement du Modem opérée par Sarkozy, Marielle de Sarnez fait figure d'étape ultime. La députée européenne est réputée pour être la plus proche de François Bayrou et son départ à l'ennemi sonnerait comme un requiem pour le leader centriste. L'hypothèse a refait surface après la déroute des européennes mais de Sarnez, qui reconnaît avoir été approchée «de manière informelle» assure que ce n'est «à (son) programme».
L'analyse de Jean-Michel Larqué: «Pour Sarkozy, couler définitivement le Modem, c'est comme gagner la Ligue des Champions, ça n'a pas de prix. Mais l'échec de Bayrou aux dernières élections a rendu le challenge trop simple pour affoler les compteurs».

Ministre de la Culture: Christophe Girard
Valeur du transfert: 15 millions d'euros
La rumeur Girard est insistante. L'adjoint de Bertrand Delanoë chargé de la Culture a le profil idéal pour remplacer une Christine Albanel, plombée par les déboires de sa loi Hadopi. S'il assure ne pas avoir été joint par Sarkozy, l'intéressé a confirmé son intérêt: «Si le président de la République me le propose, je lui demanderai une heure pour en parler à Bertrand Delanoë». Ami de Carla Bruni, plutôt partisan de l'Hadopi, Christophe Girard n'a qu'un seul problème: il est peu connu du grand public.
L'analyse de Jean-Michel Larqué: «Un joueur prometteur mais trop discret pour affoler le mercato estival».

Ministre de la Justice: André Vallini
Valeur du transfert: 35 millions d'euros
André Vallini s'est acheté une crédibilité et une visibilité médiatique en présidant la prestigieuse commission parlementaire Outreau. Donné comme possible ministre de la Justice en 2012 si le PS revient au pouvoir, l'Express lui prêtait, fin 2008, l'intention d'accélérer le temps en rentrant au gouvernement Sarkozy. Il a plusieurs fois démenti la rumeur mais, fâché avec Martine Aubry, il reste une «proie» potentielle de l'ouverture.
L'analyse de Jean-Michel Larqué: «Un socialiste qui dément les rumeurs de transferts, ça fait toujours monter les prix».

Ministre de la Défense: Jean-Marie Bockel
Valeur du transfert: augmentation de salaire
Néo-sarkozyste discipliné, Jean-Marie Bockel avait payé ses propos sur la Françafrique et avait été rétrogradé au poste de secrétaire d'Etat aux Anciens Combattants. Le temps de la promotion sera un jour venu.
L'analyse de Jean-Michel Larqué: «Jean-Marie Bockel, c'est le remplaçant de luxe. Il devrait faire ses preuves sans trop de problème au poste de titulaire».

Ministre de l’Immigration et de l'Identité Nationale: Fadela Amara
Valeur du transfert: forte augmentation de salaire.
Créer un ministère de l'Immigration, c'était risqué et subversif. Y placer un ancien socialiste comme Eric Besson, c'était risqué et subversif. Alors, tenter d'y nommer Fadela Amara, ce ne serait finalement qu'une marche de plus dans l'histoire tourmentée de ce ministère. Un défi comme Nicolas Sarkozy les aime. Même si rien ne le laisse aujourd'hui penser.
L'analyse de Jean-Michel Larqué: «Amara à l'Immigration, ce serait un peu comme placer un attaquant en défense centrale, mais un bon coach doit savoir prendre des risques».

Ministre de l’Education nationale : Richard Descoings
Valeur du transfert: 5 millions d'euros
Plutôt classé à gauche, mais sans exclusive, Richard Descoings rentre néanmoins dans le champ de l'«ouverture». Le directeur de Sciences-Po vient de rendre ses conclusions sur une mission de réflexion sur le lycée et a donc le profil idéal pour remplacer un Xavier Darcos usé par le job. Mais il a vigoureusement démenti la rumeur.
L'analyse de Jean-Michel Larqué: «Un transfert venu de la société civile vaut toujours moins qu'un vrai socialiste. Une opération qui ne ferait pas sensation».

Ministre de l’Agriculture: Michel Mercier
Valeur du transfert: 8 millions d'euros
Le patron des sénateurs centristes est très courtisé par Nicolas Sarkozy qui y voit un moyen supplémentaire pour déstabiliser François Bayrou. Trésorier du Modem, il a offert ses 20 minutes de campagne audiovisuelle pour les Européennes au Modem mais tout le monde a interprété le geste comme un cadeau d'adieu. Pressenti pour l'Agriculture où la place est libre, les dernières rumeurs l'annoncent au Logement.
L'analyse de Jean-Michel Larqué: «Depuis les Européennes et l'effondrement de Bayrou, la cote de Michel Mercier a baissé. A quoi bon tirer sur une ambulance?».

Ministre de l’Enseignement supérieur: Roger-Gérard Schwartzenberg

Valeur du transfert: 5 millions d'euros
Au coude à coude avec Paul Giaccobbi pour représenter les radicaux de gauche, Roger-Gérard Schwartzenberg a le profil pour remplacer Valérie Pécresse. Il a tenu le secrétariat d'Etat aux Universités entre 1984 et 1986 et le ministère de la Recherche entre 2000 et 2002.
L'analyse de Jean-Michel Larqué: «Ce serait un petit transfert: un vétéran qui vient apporter de l'expérience au groupe».

Ministre du Logement: Malek Boutih
Valeur du transfert: 30 millions d'euros
Le Figaro l'assurait en décembre 2008: Malek Boutih allait céder aux sirènes de l'ouverture et rejoindre Nicolas Sarkozy en tant que délégué interministériel à la diversité. Et puis... rien. Pour Boutih, a priori éloigné de l'UMP, la seule proximité avec Sarkozy reste un rapport en 2005 où il préconisait une politique de quota en matière d'immigration. Son nom n'est pas revenu à l'ordre du jour en 2009.
L'analyse de Jean-Michel Larqué: «Ce n'est pas une proie facile, il est solidement attaché à son club formateur».

Secrétaire d'Etat au Budget: Bernard Tapie
Valeur du transfert: déjà payé
Personne n'évoque un retour de l'homme d'affaires au gouvernement, mais sa nouvelle amitié avec Nicolas Sarkozy en fait une proie logique de l'ouverture. Le Budget paraît un bon poste pour Bernard Tapie, lui qui a obtenu un joli chèque de 390 millions d'euros dans l'affaire du Lyonnais.
L'analyse de Jean-Michel Larqué: «L'avantage dans ce transfert, c'est que la contrepartie financière est déjà réglée entre les parties»

Secrétaire d’Etat à l’Outre-mer: Victorin Lurel

Valeur du transfert: 15 millions d'euros
Après le long conflit aux Antilles, l'hypothèse d'un débauchage du président socialiste du Conseil général de Guadeloupe a fait surface dans les médias. Mais Victorin Lurel «récuse formellement la rumeur». «Socialiste je suis, socialiste je tiens à le rester», explique-t-il.
L'analyse de Jean-Michel Larqué: «Victorin Lurel joue dans un championnant très peu connu, mais qui a été sous les feux des projecteurs en 2009. Un bon coup pour Sarkozy».

Secrétaire d’Etat au Tourisme: Paul Giacobbi
Valeur du transfert: 10 millions d'euros
Dans le cas de Paul Giacobbi, député radical de gauche de Haute-Corse dont le nom est souvent avancé, l'ouverture n'est pas tant politique que géographique. Egalement président du Conseil général de Haute-Corse, on lui prête l'intention de briguer la présidence du conseil exécutif corse. D'après Backchich, la manoeuvre permettrait à Sarkozy de laisser la place libre à son ami UMP Camille de Rocca Serra pour les élections de 2010.
L'analyse de Jean-Michel Larqué: «J'ai jamais rien compris au foot corse».

Secrétaire d’Etat à la Prospective et à l’Economie Numérique: Christophe Barbier

Valeur du transfert: 10 millions d'euros
C'est l'hypothèse la plus fantaisiste de cette liste. Mais après tout, n'est-ce pas la vocation d'un ami de Carla Bruni que de rentrer un jour au gouvernement? Habitué aux longs éditoriaux, le directeur de la rédaction de l'Express se sentirait bien à la Prospective. Quant à l'Economie numérique, il pourrait arguer de son impressionnante maîtrise du podcast.
L'analyse de Jean-Michel Larqué: «Son goût prononcé pour les plateaux télé fait monter les enchères. Mais L'Express ne pourra plus de faire de couvertures sur Carla Bruni, un vrai handicap pour la maison sarkozyste.»

Vincent Glad

(photo: Nicolas Sarkozy, Arsène Wenger et Gordon Brown le 27 mai 2008 à l'Emirates Stadium de Londres, Reuters)

Vincent Glad
Vincent Glad (156 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte