Économie

GM vend Saab

Temps de lecture : 2 min

Le constructeur américain General Motors se sépare de Saab

Le géant américain en crise General Motors qui souhaitait céder Saab depuis le mois de février semble avoir trouvé un acheteur: le constructeur automobile américain a annoncé la vente d'un ancien fleuron de l'automobile européenne au constructeur suédois Koenigsegg.

Les deux entreprises ont signé un accord préliminaire de vente qui devrait «assurer l'avenir de Saab» dont les emplois étaient de plus en plus menacés. Le président de GM Europe Carl-Peter Forster a ainsi indiqué dans un communiqué que cet accord représentait «la meilleure chance pour Saab de devenir une compagnie plus forte».

Toutefois le constructeur suédois Koenigsegg aura fort à faire pour restaurer le mythe que fut Saab. Car le constructeur suédois de véhicules de luxe qui emploie 45 personnes se retrouve à la tête d'une entreprise qui vend près de 100 000 voitures par an, et dont les ventes et la réputation ne cessent de se détériorer depuis 20 années.

Cette vente, qui devrait se concrétiser à la fin du troisième trimestre, suscite ainsi un certain pessimisme chez quelques spécialistes du marché de l'automobile. «J'essaye de comprendre l'intérêt de cet accord», confie l'analyste automobile auprès d'UBS Philippe Houchois. «Est-ce pour assurer la survie de Saab, pour sauver des emplois ? Cela ressemble à une solution à court-terme qui ne résout en rien les problèmes de fond».

Lire l'article complet sur The New York Times.

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

La génération Z ne consomme pas de la même façon aux quatre coins du monde

La génération Z ne consomme pas de la même façon aux quatre coins du monde

Si les jeunes nés après 1997 partagent un intérêt commun pour certaines grandes marques, ils ne constituent pas une cible marketing homogène selon les pays.

Privée de dollars, l'Argentine parie sur les cryptomonnaies

Privée de dollars, l'Argentine parie sur les cryptomonnaies

La capitale Buenos Aires serait la deuxième ville la plus crypto-friendly au monde.

Le plan de relance économique ou comment gâcher 100 milliards d'euros

Le plan de relance économique ou comment gâcher 100 milliards d'euros

Les mesures annoncées le 3 septembre sont plus inspirées par des considérations politiques que par une logique économique rigoureuse.

Newsletters