Économie

Premier sommet des BRIC

Temps de lecture : 2 min

Brésil, Russie, Inde et Chine se rencontrent et parlent économie

Les chefs d'Etat du Brésil, de la Russie, de l'Inde et de la Chine (les pays dits du BRIC) doivent se rencontrer le mardi 16 juin à Iekaterinbourg en Russie. Le mot BRIC, trouvé par la banque Goldman Sachs afin de désigner les quatre pays dont la puissance économique grandit rapidement, est peu à peu entré dans le langage commun. La priorité pour ces pays n'est plus d'obtenir une reconnaissance des puissances occidentales à leur égard, car leur influence dans l'économie et la diplomatie mondiale est acquise.

Les discussions porteront sur les différentes opportunités de réformer les institutions financières. Une volonté semble unir Dmitri Medvedev et ses invités Hu Jintao, Manmohan Singh et Luiz Ignacio Lula da Silva: mettre un terme à l'hégémonie du dollar et favoriser l'émergence de nouvelles devises de réserve. Cette revendication, portée par les deux plus grands détenteurs de dollars, la Chine et la Russie, inquiète sérieusement les Etats-Unis et, selon les analystes américains, menace la stabilité des marchés financiers.

Lire l'article complet sur BBC NEWS.

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr

Newsletters

Vous avez vraiment cru qu'Ikea s'intéressait aux centres-villes?

Vous avez vraiment cru qu'Ikea s'intéressait aux centres-villes?

À l'été 2019, un magasin Ikea devrait ouvrir ses portes en plein Paris, dans le quartier de la Madeleine. Officiellement, il s'agit de séduire une clientèle rétive aux déplacements en banlieue.

Samsung annonce un partenariat avec un faux Supreme

Samsung annonce un partenariat avec un faux Supreme

La marque de streetwear new-yorkaise ne compte pas lancer de boutique en Chine ni conclure de partenariat avec la marque coréenne.

Emmanuel Macron, fatalement inaudible?

Emmanuel Macron, fatalement inaudible?

Les mesures qu'il a annoncées pour répondre à la crise des «gilets jaunes» ne pouvaient être qu'insuffisantes.

Newsletters